Traces Ecrites News, le club
  • Batifranc
  • EDC
  • Toyman
  • JTEKT

Lisi s’outille pour l’avenir à Lure, en Haute-Saône

Publié par Didier Hugue, le 30 janvier 2014
Centrage d’une matrice sur une rectifieuse cylindrique.
Centrage d’une matrice sur une rectifieuse cylindrique.

MECANIQUE. Lisi Automotive à Lure n’est pas un site de production comme les autres pour la division automobile du groupe comtois que préside Gilles Kohler.

Il lui est tout simplement vital.

Car dans cette commune de Haute-Saône, le spécialiste mondial des fixations filetées et composants mécaniques de sécurité pour l’automobile conçoit et fabrique tous ses outillages de frappe à froid utilisés dans ses autres usines.

La pression est donc grande sur les épaules des 59 salariés et leur très paternel directeur : Jean-Christophe Paulin.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Nos confrères de la presse de Haute-Saône ont mille fois raison de baptiser l’un des sites comtois que Lisi Automotive exploite à Lure, la pépite luronne.

Ici, dans 2000 m2 d’ateliers, se conçoivent et se fabriquent tous les outillages de frappe à froid (*) nécessaires à la production des fixations filetées et composants mécaniques de sécurité dans les autres usines de la division automobile du groupe franc-comtois : Delle (Territoire-de-Belfort), Dasle (Doubs), Saint-Florent-sur-Cher (Cher) ou encore Melisey (Haute-Saône).

L’unité en livre pas moins de 25 000 exemplaires à l’année avec une exigence de qualité chassant la moindre erreur, tant les conséquences seraient désastreuses (**).

Car une machine de frappe à froid est soumise à rude épreuve. Elle réalise de quatre à six opérations différentes pour donner corps à une seule pièce. Et ce à grande vitesse pour en débiter entre 80 et 250 à la minute.

Polissage d’un poinçon de frappe.
Polissage d’un poinçon de frappe.

Une formation de longue haleine

« Notre mission d’unité-support, outre la sauvegarde d’un savoir-faire précieux, consiste à être très réactif, c’est-à-dire à pouvoir assurer un dépannage en moins de trois jours, mais aussi à accompagner les usines dans la mise au point des machines », explique Jean-Christophe Paulin, le directeur de Lisi Lure.

A l’intérieur de son « fief », sur lequel il veille jalousement, travaillent une soixantaine de personnes. On pourrait presque les appeler des compagnons tant les différentes tâches à réaliser pour fabriquer un outil de frappe à froid impose une dextérité manuelle.

Tout commence par la préparation des pièces, via du tournage et du fraisage. L’électroérosion, soit par enfonçage, soit à fil, prend ensuite le relais pour donner les formes complexes. Sachant qu’à chacune de ses étapes peut s'en rajouter une autre : la rectification.

« Il faut une dizaine d’années pour former à nos exigences un polisseur, un tourneur ou un électroérodeur d’où notre important programme de formation qui atteint les 1200 heures par an », souligne le directeur.

A observer les employés qui s’affairent autour de 70 machines, on constate que chaque geste est précis, pour ne pas dire minutieux.

Préparation d’un plateau pour les machines d’électro-érosion par enfonçage.
Préparation d’un plateau pour les machines d’électro-érosion par enfonçage.

Un million d’euros d’investissement

C’est pourquoi l’entreprise, dont la moyenne d’âge frise les 46 ans, doit régénérer ses troupes régulièrement.

Elle accueille ainsi trois apprentis en permanence et chaque intérimaire est suivi de trois à six mois en double poste par un salarié expérimenté.

Le renouvellement des équipements est aussi une priorité pour gagner de 3 à 5% de productivité à l’année. Un programme d’un million d’€ en cours permet de changer chaque année, là une fraiseuse, ailleurs un électro-érodeuse.

Sans faire d’infidélité à sa maison-mère, Lisi Lure fournit aussi une clientèle extérieure dont les commandes atteignent jusqu’à 10% de l’activité.

(*) Ils sont composés d’une matrice et d’un poinçon.

(**) Lisi Automotive possède en France un parc d’environ 60 équipements de frappe à froid.

Jean-Christophe Paulin.
Jean-Christophe Paulin.

Qui est Jean-Christophe Paulin ?

On pourrait presque dire un homme à tout faire, même de repeindre une partie des sols pour redonner un peu de fraîcheur à l’établissement Lisi de Lure qu’il dirige depuis 2009 sous la responsabilité de Jean-Pierre Godeau, le directeur industriel et logistique.

Cet ingénieur de 52 ans, diplômé du CESI Evry, par la voie de la formation alternée puis continue, a commencé sa carrière chez Thomson.

Il intègre ensuite le groupe Delphi en Normandie, où il reste dix ans, puis rejoint en 2000 Lisi Aerospace.

Quatre ans plus tard, il rentre dans la branche automobile sur le site de Delle comme directeur de la qualité et des fabrications, puis du progrès continu. Ce qui caractérise le mieux ce triathlète amateur tient à son management dynamique et très humain.

Il dorlote ses collaborateurs, passe beaucoup de temps auprès d’eux dans les ateliers, accompagne leur progression professionnelle. Mais, Jean-Christophe Paulin sait aussi, en dirigeant responsable, trancher dans le vif. Qui aime bien…

Crédit photos : Traces Ecrites



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Franche-Comté, automobile, Haute-Saône, Lure, outillage, Lisi Automotive, Jean-Christophe Paulin, frappe à froid

Découvrez également les articles associés :

La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie

Commentez !


Combien font "8 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire