L’avenir de l’électricité s’écrit chez Levisys à Troyes

Publié par Frédéric Marais, le 26 février 2014
Pascal de Guglielmo, directeur général de Levisys, donne l’échelle de ce fameux volant d’inertie. Photo : Frédéric Marais.
Pascal de Guglielmo, directeur général de Levisys, donne l’échelle de ce fameux volant d’inertie.
Photo : Frédéric Marais.

INNOVATION. Comment stocker l’électricité de manière à résoudre le problème de décalage entre production d’énergie et besoins de consommation ?

La société Levisys apporte une réponse à cette question qui taraude les scientifiques.

Créée par deux physiciens, la start-up s’apprête à lancer la fabrication d’un nouveau volant d’inertie à la Technopole de l’Aube en Champagne, près de Troyes.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Le conseil général de l’Aube a déroulé le tapis rouge à cette start-up prometteuse dont la technologie pourrait révolutionner le secteur de l’énergie. Le département va faire construire à son attention une usine relais qui devrait entrer en service en 2016.

Nom de code : Flyprod. C’est une contraction de "ligne pilote de production de volants d’inertie". Le projet consiste à mettre au point et à produire industriellement une machine plus performante, plus fiable et moins chère que ses concurrents et, utilisable à peu près n’importe où.

Réguler les énergies renouvelables

« Notre volant d’inertie utilise la technique de la sustentation passive, explique le directeur général de Levisys, Pascal de Guglielmo. Cela ressemble à une toupie qui tourne à toute vitesse suspendue dans le vide » (d’où le terme de lévitation qui forme la racine du nom de Levisys).

Ce procédé présente l’avantage de n’entraîner aucun frottement, donc de ne pas s’user, et par conséquent d’offrir une durée de vie beaucoup plus longue qu’une batterie par exemple, tout en ne consommant pratiquement pas de courant.

« Et par rapport à une batterie, le volant d’inertie se recharge beaucoup plus vite », complète Pascal de Guglielmo.

Comment fonctionne le volant d’inertie ? « Il stocke l’électricité en période de faible consommation pour la restituer en cas de pic de consommation de manière quasi instantanée. »

Ce principe est particulièrement pertinent lorsqu’il s’agit de réguler un réseau électrique alimenté par des énergies renouvelables (solaire, éolien), dont on sait qu’elles sont par nature intermittentes. « Plus la part des énergies renouvelables sera importante, plus il faudra stocker l’énergie », annonce le directeur général de Levisys.

C’est donc un marché considérable qui tend les bras à l’entreprise auboise. Les centres de production d’électricité, mais aussi les lignes de chemin de fer ou les zones industrielles sont autant de clients potentiels. Les dix premiers volants d’inertie fabriqués iront équiper un site pilote installé à Toulouse.

 Le plan en 3D du site toulousain de production d’énergies renouvelables où seront testés les volants d’inertie.

Le plan en 3D du site toulousain de production d’énergies renouvelables où seront testés les volants d’inertie.

100 machines par an pour démarrer

Fondé à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), Levisys est venu s’installer officiellement dans l’Aube en 2013 à l’invitation du conseil général.

« Je suivais cette société depuis une dizaine d’années », indique Philippe Adnot, président de l’exécutif départemental, mais aussi chantre de l’innovation et des nouvelles technologies au Sénat.

Le conseil général a rejoint le consortium qui porte le projet Flyprod et va construire un bâtiment de 4 000 m2 sur le site de la technopole, sur la commune de Rosières-près-Troyes, pour un montant de 8 millions d’€ financés dans le cadre d’un crédit-bail.

Selon Pascal de Guglielmo, « le chantier pourrait démarrer fin 2014 pour un lancement de la production mi-2016 ». Le site sera dimensionné pour assembler cinq cents volants par an, mais commencera au rythme d’une centaine à l'année. « Tout peut aller très vite, car les besoins sont énormes ».

Une vingtaine d’embauches sont prévues, sachant que Levisys emploie déjà une demi-douzaine de personnes affectées au développement du prototype et de l’outil industriel. L’Ademe soutient Flyprod sous couvert des Investissements d’avenir.

Qui est Pascal de Guglielmo ?

Levisys a été créée par deux physiciens, Pierre Fessler et Michel Saint-Mleux. Pascal de Guglielmo a été nommé directeur général en 2012 lors du transfert de la société dans l’Aube et du premier tour de table financier, afin de l’aider à démarrer sur le plan industriel.

Pascal de Guglielmo est le fondateur et l’ancien PD-G d’Aries Packaging, qu’il qualifie lui-même de « première success story de la Technopole de l’Aube en Champagne ». Cette PME conçoit et fabrique des machines d’emballage-conditionnement.

Aujourd’hui à la retraite, il poursuit une activité d’ingénieur conseil indépendant. Il préside également Champagne-Ardenne Angels, un club régional de business angels installé à la technopole, dont l’un des poulains répond au nom de Levisys.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Innovation
Start-up

Mots-clés : énergie, Champagne-Ardenne, Troyes, énergies renouvelables, Aube, Levisys

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

1 réponse(s) à "L’avenir de l’électricité s’écrit chez Levisys à Troyes"

  1. CHEVALIER Pierredit :

    Bravo Pascal, toujours passionné par l'innovation et prêt au juste risque !

Commentez !


Combien font "5 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire