L'essentiel de la semaine

Publié par Traces Ecrites News, le 23 septembre 2014
A l'instar d'Agronov à Bretenières, future zone dédiée à l'agro-industrie, toutes les zones d'activités seront gérées par la communauté urbaine de Dijon. ©CP
A l'instar d'Agronov à Bretenières, future zone dédiée à l'agro-industrie, toutes les zones d'activités seront gérées par la communauté urbaine de Dijon. ©CP

ECO)BREF. Dijon devient la 4ème communauté urbaine de l'Est. 18 millions de travaux au stade de football de Dijon. Look remporte les trois plus grands tours cyclistes. Les carriers de Bourgogne Franche-Comté, écologues. Louis Picamelot dans le guide Hachette. Fermé pour travaux, le musée des beaux-arts de Besançon déplace ses collections. Jean-Luc Piton, nouveau président du Medef Franche-Comté. Un trio de PME dans le transport réfrigéré.

- La communauté d'agglomération de Dijon devient la 4ème communauté urbaine de l'Est et la 17ème de France.

La capitale bourguignonne profite de l'abaissement du seuil démographique de création des communautés urbaines de 450 000 habitants à 250 000 habitants (loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles de 2013) pour rejoindre Strasbourg, Le Grand Nancy et Le Creusot-Montceau.

La grande différence d'avec les communautés d'agglomération, porte sur le renforcement des compétences, d'où découle un pouvoir politique plus important : la voirie, la gestion de l'ensemble des zones d'activités économiques, le tourisme et surtout l'urbanisme et la politique du logement entrent dans le pot commun.

L'approbation de 23 communes sur 24 (Talant, une des plus importantes communes de la périphérie de Dijon avec environ 12 000 habitants, s'étant prononcé contre) et le vote, le 18 septembre dernier, de la majorité des conseillers communautaires (65 voix pour, 6 contre et 4 abstentions) soulève cependant certaines interrogations.

L'urbanisme est le sujet le plus sensible : les maires conserveront la délivrance des permis de construire, rassure Alain Millot, président du Grand Dijon, mais ils seront instruits au niveau intercommunal. L'intégration d'une partie des agents communaux dans les services communautaires laisse aussi place à des inconnues qui seront progressivement levées d'ici le 1er janvier 2015, date de la transformation officielle.

Trois motivations essentielles à cette évolution, 15 ans après la création de la communauté d'agglomération : la hausse « significative » de la dotation générale de fonctionnement de l'État portée à 36 millions d’€ étalés sur les 5 prochaines années, des économies de fonctionnement et « une amélioration des services au public ».

Large ouverture de la tribune du stade côté rue. Jean Guervilly, architecte. © Labtop
Large ouverture de la tribune du stade côté rue. Jean Guervilly, architecte. © Labtop

- La rénovation du stade de foot de Dijon se poursuit avec le lancement de la reconstruction de la tribune Est dans le courant de 2015.

Les 36 millions d'€ de dotations de l'État, attendues par le Grand Dijon pour sa transformation en communauté urbaine, pourraient alléger le poids de l'investissement sur le stade Gaston Gérard qui, depuis 2011, va approcher les 40 millions d'€.

La reconstruction de la tribune Est et son extension à 5212 places sur 5 niveaux, coûtera au Grand Dijon (moins les subventions éventuelles) la somme de 18,2 millions d'€ HT.

L'architecte vient d'être choisi : il s'agit de Jean Guervilly (Côtes-d'Armor).

La particularité du projet : l'intégration d'espaces commerciaux côté rue avec une façade largement vitrée.

Son architecture reste fidèle à celle de son prédécesseur, L'Atelier parisien Michel Rémond (Paris), en conflit avec le maître d'ouvrage pendant la première phase de travaux.

Le chantier devrait démarrer au milieu de 2015 pour deux ans.

La pédale Kéo Blade 2. ©J-P Ehrmann
La pédale Kéo Blade 2.
©J-P Ehrmann

- Look : trois grands tours et puis…

Le fabricant nivernais de vélos et de pédales remporte les trois plus grands tours cyclistes : Tour d’Italie (Giro), Tour de France et tout récemment avec Alberto Contador, la Vuelta (Tour d’Espagne).

La performance de ses produits, notamment sa toute nouvelle pédale baptisée Kéo Blade 2 y est pour beaucoup : la lame est désormais complètement intégrée dans le corps de la pédale, assurant un meilleur aérodynamisme et de nouvelles sensations de chaussage et de déchaussage.

Pas moins de neuf équipes internationales l’ont adopté, offrant en une seule saison le record de 230 victoires.

Look, dirigée par Dominique Bergin et implantée à Nevers, réalise 45 millions d’€ de chiffre d’affaires, dont 75% à l’international. L’entreprise totalise 230 brevets et collectionne les prix de l’innovation.

bannieremobilis

carriers
Restauration d'un mur de pierres sèches.

- Opération de communication des carriers de Bourgogne Franche- Comté pour les 10 ans de la charte de l'environnement.

Durant une journée, début septembre, une cinquantaine d'employés d'exploitants de carrières de Bourgogne et Franche-Comté a réalisé un chantier solidaire, dans une ancienne carrière de granulats qu'a exploité CBS-Holcim jusqu'en 2000 sur les hauteurs de La Rochepot (Côte-d'Or).

Taillage des buis et de l'épine noire proliférant sur une pelouse sèche où sera réintroduit un troupeau de moutons, suppression de l'envahissante renouée du Japon, restauration d'un mur de pierres sèches et d'un coffre funéraire…

Aidés de membres du conservatoire d'espaces naturels de Bourgogne et de la ligue de protection des oiseaux ainsi que de techniciens de la Dreal (Équipement) et de la Drac, les adhérents de l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) ont voulu par cette action, redorer leur blason.

« Nous avons une image de vilain petit canard qui laisse à l'abandon les espaces que nous exploitons ; or, depuis dix ans, beaucoup d'entreprises vont au-delà de la réglementation en recréant des corridors écologiques », explique Gilles Streit, président de la charte de l'environnement en Bourgogne-Franche-Comté.

Dans les deux régions, une trentaine d'entreprises représentant 70 % de la production de carrières de granulats et de pierres d’ornement, adhèrent à cette charte.

picamelot- Louis Picamelot dans le guide Hachette.

Le producteur de crémant, implanté à Rully (Saône-et-Loire), se voit distinguer « grand crémant de gastronomie » pour sa cuvée millésimée 2008 Jean-Baptiste Chautard (36 mois de vieillissement).

« Du corps, du gras, une fraîcheur fine et tranchante, beaucoup de volume et de longueur, le palais affiche un équilibre parfait », écrit le guide de référence.

Dirigée par Philippe Chautard, Picamelot réalise 1,5 million d’€ de chiffre d’affaires et emploie 6 personnes.

L'entreprise viticole produit 90 000 bouteilles avec un domaine de 9 hectares et 250 000 au total, grâce aux achats complémentaires de raisin. Ses canaux de distribution sont essentiellement les cavistes et la restauration haut de gamme.

banniere_vigilec-sec

- Fermé pendant trois ans pour travaux, le musée des beaux-arts de Besançon déplace ses collections à Planoise.

En travaux d'ici la fin de l'année pour une rénovation de fond en comble (10 millions d'€), le musée des beaux-arts et d'archéologie installe une antenne au centre Mandela - qui regroupe la maison de quartier, la médiathèque et le Théâtre de l’Espace -, dans le quartier sensible de Planoise.

Un parcours artistique en plein air avec des reproductions vise à sensibiliser à l'art, un public éloigné de plusieurs kilomètres du centre historique.

piton
©Bevalot Phox

- Jean-Luc Piton, président du Medef Franche-Comté.

Regroupés depuis début juillet sous une unique entité régionale, les Medef du Doubs, de Haute-Saône, du Territoire de Belfort et du Jura ont élu Jean-Luc Piton à la présidence.

Agé de 59 ans, Jean-Luc Piton est PDG depuis 1997, de la société industrielle Bruno Richard & Compagnie des Athelots (SBIR, linge de maison haut de gamme) à Luxeuil (Haute-Saône) qui réalise 1,2 million d'€ de chiffre d'affaires et emploie 25 salariés.

- Un trio de PME dans le transport réfrigéré.

Toutes les trois spécialistes du transport sous température dirigée, N7 Froid (Côte-d'Or), Transports Guebey (Haute-Savoie) et Plein Sud (Drôme) créent une structure commune dénommée G7 pour couvrir les régions Alsace, Lorraine, Bourgogne-Franche-Comté ainsi que le sud de la France et l'Ile-de-France.

Ensemble, elles pèsent 45 millions d'€ de chiffre d'affaires (350 collaborateurs) et disposent de 12000 m2 en froid positif et 65000 m3 de froid négatif.

L'une des plateformes logistiques appartenant à N7 Froid se situe à Selongey (Côte-d'Or).



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Besançon, Dijon, musée des beaux arts, Franche-Comté, Bourgogne, Côte-d'Or, Doubs, Medef, logistique, Grand Dijon, stade, Louis Picamelot, Look Cycle, carrières, Unicem, Le Creusot-Montceau, communauté urbaine, N7 Froid

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de Champagne vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Champagne vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Bourgogne vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Bourgogne vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "1 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire