Traces Ecrites News, le club
  • Moutarderie Edmond Fallot
  • EDC
  • CEN Group
  • DVF

L'essentiel de Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 01 avril 2014
© PVCP
© PVCP

ECO)BREF.

- Au final, Gérard Brémond, président de Pierre & Vacances Center Parcs, n’aura pas eu à choisir entre la Bourgogne et la Franche-Comté pour implanter son nouveau concept de Center Parcs, dit mid-size (400 cottages). Il en fera un dans chacune de ces régions avec une ouverture simultanée prévue à l'été 2018.

En Saône-et-Loire, c’est la forêt du Rousset, un site naturel de 315 hectares qui hébergera le village vacances avec un espace aqualudique,  des restaurants, des commerces et des espaces de jeux.

L’investissement total est estimé à 170 millions d’€, répartis entre 66 millions pour les équipements et 104 millions pour les cottages. Sur ce montant, 15 millions d’investissement public devraient être pris en charge par le conseil régional de Bourgogne et le conseil général par le biais d’une société d’économie mixte (SEM).

L’opération sera dupliquée à l’identique dans le Jura, dans la région du Revermont sur le territoire de la commune de Poligny.

Sur le coût total de 170 millions d’€,  70 millions d’€ sont portés par une structure investisseur de capital mixte, avec les collectivités locales (conseil général du Jura, conseil régional de Franche-Comté, communauté de communes du Comté de Grimont, ville de Poligny), la Caisse des dépôts et consignations ainsi que plusieurs investisseurs privés. Le groupe Pierre et Vacances-Center Parcs assurera l’amortissement par paiement d’un loyer annuel sur 20 ans. La phase administrative (protocole d’accord, obtention des diverses autorisations, constitution de la SEM, etc.) devrait durer jusqu’à l’automne 2015.

« Le potentiel de clientèle, entre Lyon et Paris, ainsi que la proximité de la Suisse, nous ont conduit à cette décision », souligne t-on chez Pierre &Vacances Center Parcs. Ce sont pas moins de 300 emplois qui seront créés pour chaque village. L'opérateur estime les retombées futures à 630 000 nuitées pour chacune des régions.

Denis Thuriot, le nouveau maire de Nevers.
Denis Thuriot, le nouveau maire de Nevers.

- Les maires PS des capitales d'Alsace, Bourgogne et Franche-Comté, Roland Ries à Strasbourg, François Rebsamen à Dijon et Jean-Louis Fousseret à Besançon retrouvent leur fauteuil de maire.

Ce n'est pas le cas dans les fiefs historiques de la gauche, en Bourgogne et Franche-Comté. A Nevers, le DVD Denis Thuriot remplace le PS Florent Sainte Fare Garnot  et à Belfort, le député UMP Damien Meslot succède à Etienne Butzbach (PS). A Montbéliard, le mandat du socialiste Jacques Hélias ne fut finalement qu'une parenthèse de six ans : avec Marie-Noëlle Biguinet, la droite revient aux commandes.

Conséquence :  plusieurs communautés d'agglomération, compétentes en matière de développement économique, vont changer de bord. A Belfort, à Montbéliard, à Nevers, mais aussi à Dole où le député UMP Jean-Marie Sermier l'a emporté au premier tour et à Chalon-sur-Saône où le député PS a cédé son fauteuil à l'UMP Gilles Platret dès le 23 mars.

Les nouveaux exécutifs sont par ailleurs confrontés à une nouvelle donne. Les conseils municipaux de Besançon, Montbéliard, Nevers et Montceau accueillent pour la première fois des élus du Front National.

Dans le Haut-Rhin, les lignes ne bougent pas.  A Mulhouse, le maire Jean Rottner (UMP) qui s’était installé en cours de mandat précédent remporte sa première « vraie » élection. A Colmar, Gilbert Meyer (UMP) entame un quatrième mandat.

Pas de changement non plus à Chaumont (Haute-Marne) comme à Troyes (Aube) : Christine Guillemy (DVD) et François Baroin (UMP) retrouvent leur siège de premier magistrat.

- Le groupe franc-comtois Delfingen (1700 salariés) surfe toujours sur la croissance avec un chiffre d’affaires 2013 en hausse de 7%, à 128,7 millions d’€.

L’équipementier automobile, numéro un mondial dans les solutions d'isolation et de protection des faisceaux électriques, réalise ses meilleures ventes hors Europe (+14%) et tout spécialement en Chine (+20%).

Les autres résultats financiers confirment sa très bonne santé financière. Le résultat opérationnel courant s’établit à 9,1 millions d’€ et le résultat net à 3,1 millions. Quant au cash flow libre, c'est-à-dire le flux de trésorerie disponible après impôt et qui mesure le flux de trésorerie généré par l'actif économique, il atteint les 4,8 millions. Autre signe d’une bonne vitalité, l’endettement net de 16,3 millions se rétracte de 3,4 millions.

oncodesign- Beau succès pour l’introduction en bourse d’Oncodesign, biotech dijonnaise spécialisée dans la découverte de nouvelles molécules thérapeutiques contre les cancers et autres maladies graves sans traitement efficace connu.

L’entreprise (7,3 millions d’€ de chiffre d’affaires, 63 salariés annonce) souhaitait lever 12,8 millions d’€ dans le cadre d’une offre à prix ouvert auprès du public en France et d’un placement global auprès d’investisseurs institutionnels en France et à l’étranger.

En regard de la forte demande constatée, soit 23,5 millions, la société a décidé la mise en œuvre intégrale de la clause d'extension et constaté l'exercice intégral de l'option de sur-allocation. Elle a par ailleurs fixé le prix de souscription à 7,34 € par action, en haut de fourchette.

Au total, le nombre de titres émis s'établit à 1 671 512 permettant la réalisation d'une augmentation de capital de 12,2 millions (prime d’émission incluse), auxquels s’ajoutent 77 882 actions existantes cédées pour 0,6 million. La capitalisation boursière totale ressort à 44,5 millions.

Le capital est désormais détenu à hauteur de 42,18% par Philippe Genne, le fondateur, 7,07% par les managers, 27,21% par les actionnaires financiers historiques et 23,53%, par le public sur une base totalement diluée.

Photos : MG, © PVCP et Oncodesign.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Montbéliard, Besançon, Dijon, Franche-Comté, Bourgogne, Alsace, Chalon-sur-Saône, Belfort, Jura, Saône-et-Loire, Champagne-Ardenne, Nevers, Montceau, Strasbourg, Troyes, Colmar, Oncodesign, Center Parcs, Delfingen, Chaumont

Découvrez également les articles associés :

Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites NewsBrèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites News
Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites News

2 réponse(s) à "L'essentiel de Traces Ecrites News"

  1. Christiane Perruchotdit :

    Précision de la rédaction de Traces Ecrites News : Si M. Thuriot a présenté au 1er tour une liste divers (tendance gauche), les lecteurs doivent savoir qu'il l'a fusionné entre les 2 tours avec les listes UMP et UDI ; Ce dont le bourguignon François Sauvadet, vice-président de l'UDI s'est félicité d'y avoir oeuvré.

  2. Arnauddit :

    Denis Thuriot, le nouveau maire de Nevers est Divers. Ni gauche, ni droite, ni centre. Il est sans étiquette et a choisi de mener une liste de rassemblement avec des gens de gauche et de droite dans sa liste.

Commentez !


Combien font "1 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire