L'essentiel

Publié par Christiane Perruchot, le 11 décembre 2013
Des patrons dijonnais, hier au lever du jour, sur un pont de la
Des patrons dijonnais, hier au lever du jour, sur un pont de la rocade de Dijon.
Photo : Eric Capelli.
ECO)BREF.

- Les patrons de PME se sont fâchés hier dans l'Est. A Dijon, à l'initiative de la CGPME, ils ont manifesté sur les principaux axes de circulation, puis sur le marché des halles au centre-ville, pour dire leur « exaspération face à l'inertie, la crise, les taxes et les errances de la politique économique ». Plusieurs syndicats professionnels les ont rejoints : la fédération départementale du bâtiment, le syndicat régional des travaux publics, l'union des cafetiers, hôteliers et restaurateurs de Côte-d'Or, le syndicat des pharmaciens.

Aujourd'hui, dans l'Yonne, le Medef et la CGPME ainsi que plusieurs fédérations professionnelles du département (UIMM, FFB, UMIH, FNTR et FDSEA) sont reçues, à leur demande, en audience par le Préfet.

Ces organisations patronales, qui représentent un tiers des emplois du secteur privé de l’Yonne, interpellent le représentant de l'Etat sur « la gravité de la situation économique et l’inquiétude grandissante des chefs d’entreprise, dans le contexte actuel d’instabilité fiscale et règlementaire ».

En Alsace, pas de descente dans la rue, mais une motion commune des chambres consulaires d’Alsace (chambres de métiers, de commerce et d’industrie et d’agriculture) et l'ensemble des organisations syndicales patronales (UPA, CGPME, MEDEF, FNSEA) pour exprimer leur impatience face au chantier de mise à plat fiscal du gouvernement et la simplification des démarches administratives.

« Le moral des acteurs économiques, entrepreneurs et consommateurs, est en berne », écrivent-ils, alors qu' « à quelques pas de nous, deux économies s’en sortent pourtant bien mieux dans la crise actuelle : celle de la Suisse et de l'Allemagne. Notre situation n’est donc pas une fatalité. »

En Franche-Comté, quelques jours plutôt, la CGPME avait dénoncé le recours croissant à des travailleurs d'Europe de l'Est et du Sud qui coûtent « 30 à 40% moins cher que les salariés Français ». Lire la suite sur le site de notre partenaire Macommune.info en cliquant sur le logo :

logo macommune.info

- Gérard Kottmann, président du Pôle nucléaire Bourgogne (166 adhérents, 130 projets de R&D collaboratifs, dont 71 en cours de réalisation) a signé le 2 décembre 2013, le contrat de performance du pôle de compétitivité jusqu'en 2018, avec Pascal Maihos, préfet de Bourgogne et François Patriat, président du conseil régional de Bourgogne.

Parmi les projets, une formation universitaire pour les cadres techniques de composants nucléaires entre Areva et l’université de Bourgogne.

Par ailleurs, deux projets concourent à l’Appel à Projet n°17 du Fonds Unique Interministériel : "Drumvie", porté par le groupe CNIM, traite de la fabrication de tambours filtrants dédiés aux centrales nucléaires et thermiques ainsi qu’au dessalement de l’eau de mer, et "Nuc-Track"  piloté par Assystem, concerne la protection des sources radioactives.

levermont

Louis Bidault, à gauche, fondateur de TEB, et son fils Stéphane, l'actuel président.
Louis Bidault, à gauche, fondateur de TEB, et son fils Stéphane, l'actuel président.
Photo : TEB/J.C. Tardivon.

- L’entreprise TEB, implantée à Corpeau, près de Beaune (Côte-d’Or), et que préside Stéphane Bidault, fête ses 35 ans d’existence et surtout d’innovation. Fondé dans le garage familial par Louis Bidault et son épouse en 1978, ce fabricant d’appareils de sécurité électronique et de vidéo protection rayonne aujourd’hui à l’international, principalement en Europe et en Amérique du Sud.

Quelques chiffres : 22 millions d’€ de chiffre d’affaires consolidé, 150 salariés, 250 000 mètres de TUB caméra et près de 8000 enregistreurs numériques en fonctionnement.

L’acquisition en avril dernier de Vigilec Sécurité (35 salariés), spécialisée en sécurité électronique pour les particuliers, les PME, les collectivités et les banques, accroît ses savoir-faire. Initialement basée Chalon-sur-Saône, cette société a été transférée sur Corpeau, lui offrant l'opportunité de rénover les locaux et d’intégrer la fibre optique pour un investissement global de 200 000 €.

energie- L’association Vallée de l’Energie, qui regroupe une quarantaine d’adhérents, dont 35 entreprises,   devrait devenir d’ici à quelques mois une grappe d’entreprises. Son dossier, déclaré éligible, sera présenté ce vendredi 13 décembre par le préfet de la région Franche-Comté à Belfort (Territoire de Belfort) où elle a élu domicile.

Cette reconnaissance nationale et les financements qui vont avec lui permettront de développer deux plates-formes technologiques : un banc d’essais sur les mesures et effets multi fluides, ainsi qu’un démonstrateur d’efficacité énergétique.

Vallée de l’énergie et ses deux poids lourds que sont le Français Alstom Power et l’Américain GE Energy misent sur un budget prévisionnel de 12 millions d’€ et escompte rayonner sur les régions Alsace, Bourgogne, Franche-Comté et Lorraine.

Le nouveau bureau du conseil de l'ordre régional des architectes de Bourgogne.
Le nouveau bureau du conseil de l'ordre régional des architectes de Bourgogne.

 - Renouvelé pour moitié, le conseil régional de l'ordre des architectes de Bourgogne s'est réuni hier à Dijon, pour la 1ère fois, sous la houlette de son nouveau président, François Peyre. Sur la feuille de route de la nouvelle équipe, une grande campagne de communication sous forme de rencontres particulières et de réunions, en direction des maîtres d'ouvrages (techniciens et élus) et leurs partenaires du quotidien (bureaux d'études et entreprises).

« Le respect de la fonction des architectes se dégrade, les maîtres d'ouvrage nous considèrent comme de simples prestataires de service en achetant un prix, alors que l'architecture a aussi une dimension culturelle », expose François Peyre.  Contrairement aux idées reçues, beaucoup d'architectes sont en difficulté, affirme le président, même s'il est difficile de les dénombrer.

En photo, le nouveau conseil d'administration : François Peyre (Côte-d'Or), président (au centre, chemise jaune) ; Bertrand Francin (Yonne), Gwénaële Pele-Bessard (Saône-et-Loire) et Luc Tabbagh (Nièvre), vice-présidents ; Olivier Juffard (Côte-d'Or), secrétaire général ; Ana Ursu-Vajnovszki (Côte-d'Or), trésorière ; Thierry Cornu (Côte-d'Or), Delphine Clognier (Côte-d'Or), Eric Beyon (Côte-d'Or), Karine Rattez (Saône-et-Loire), Vincent Billard (Côte-d'Or) et Frédéric Vincendon (Yonne).

Photos : Eric Capelli, Vallée de l'Energie et Traces Ecrites

 

Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dijon, architecte, Franche-Comté, Bourgogne, Alsace, énergie, CGPME, Vallée de l'énergie, Pôle Nucléaire Bourgogne, CCI Alsace, TEB, ordre des architectes de Bourgogne

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "1 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire