Les métiers de l'industrie graphique s'enseignent à Beaune

Publié par Traces Ecrites News, le 19 novembre 2010

Technicité. Du CAP au BTS, toutes les formations initiales des métiers de l'imprimerie dispensées en Bourgogne sont désormais réunies au lycée Clos-Maire de Beaune (Côte-d'Or).

Initié par le conseil régional, l'académie de Dijon et la profession réunie au sein de l'Union nationale de l'imprimerie et de la communication (Unic), le pôle régional des industries graphiques dispose d'un atelier de machines dernier cri qui permettent aux étudiants de se familiariser avec les outils de leur futur métier.

La Région a investi 4 millions d'euros dans la réhabilitation et la transformation de 1000 m² d’ateliers, la construction de locaux dédiés à la sérigraphie et l’achat de logiciels et de machines performantes, numériques ou offset.

La formation générale continue d'être dispensée dans les autres établissements bourguignons spécialisés dans la filière : le CFA La Noue à Longivc, près de Dijon, le lycée Marey de Beaune et pour la formation continue, le GRETA 21 à Dijon.

«La performance des technologies implantées dans l'atelier grâce à l'addition des moyens techniques des établissements compense largement les problèmes de transport des élèves», estime Luc Lecherf, directeur du CFA La Noue.

Le pôle régional des industries graphiques compte 112 élèves recrutés principalement en Bourgogne et en Franche-Comté. 80% sont en formation initiale.

Sept formations y sont dispensées  : deux CAP signalétique, enseigne et décor et, sérigraphie industrielle ; deux Bacs pro production graphique et production imprimée  ; un BEP métiers de la communication et des industries graphiques, enfin deux BTS communication et industries graphiques, option étude et réalisation d’un produit graphique et, option étude et réalisation de produits imprimés.

«Les débouchés ne se limitent pas aux ateliers d'imprimerie», indique Jean-François Gortva, président de l'Union nationale de l'imprimerie et de la communication (Unic) Bourgogne, dirigeant de la Société d'Edition et d'Imprimerie du Centre (SEIC) au Creusot (Saône-et-Loire).

Une place croissante des tâches assistées par ordinateur

Une bonne partie des embauches à venir se situent dans les entreprises et collectivités locales en prépresse (infographiste, scannériste chromiste…), et dans la sérigraphie.

«Les jeunes ne s'orientent pas assez vers nos métiers, par méconnaissance, alors qu'ils évoluent avec une place croissante des tâches assistées par ordinateur», regrette le président du syndicat régional.

Les métiers de l’impression (conducteur offset, chef de fabrication…) et de la finition (conducteur de chaîne de brochage, opérateur sur plieuse…) sont moins porteurs. Ces dernières années, les gains de productivité favorisés par l'automatisation des machines a réduit les effectifs.

Dans l'immédiat, la conjoncture semble s'éclaircir. Au plan national, deux marchés affichent une hausse par rapport à l'année dernière : la presse magazine avec +1,6% et les catalogues et brochures, +5,4%.

L'industrie graphique compte 135 entreprises en Bourgogne et 90 en Franche-Comté. Elles emploient 2110 salariés.

www.unic-bourgogne.fr

Crédit photo: conseil régional de Bourgogne



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation

Mots-clés : Bourgogne, conseil régional, Imprimerie, Beaune, industries graphiques

Découvrez également les articles associés :

L’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vinL’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vin
Expérience unique de dégustation à l’École des vins de BourgogneExpérience unique de dégustation à l’École des vins de Bourgogne
Concept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutentionConcept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutention
A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation

Commentez !


Combien font "8 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire