Traces Ecrites News, le club
  • Acadir
  • Anthalys
  • Roch Constructeur Bois
  • Domaines Albert Bichot

Les communes s'efforcent de jardiner durable

Publié par Christiane Perruchot, le 27 mars 2015

rougeot_1HORTICULTURE/BOURGOGNE/FRANCHE-COMTÉ. En marge de l'exposition florale Florissimo qui se déroule au parc des expositions de Dijon jusqu'à ce dimanche 29 mars, nous faisons le point sur l'évolution des pratiques de jardinage des communes.

 

Avec Jacques Milder, directeur du service des espaces verts de la ville de Dijon et conseiller technique du salon.

 

Dans les villes, finis les parterres de fleurs qui ne vivent qu'un été et les jardinières accrochées aux lampadaires, gourmandes en eau. Les services des espaces verts s'efforcent de jardiner "durable".

 

L'observatoire Ecophyto du ministère de l'agriculture constate une baisse de 35% des volumes de produits phytosanitaires depuis 2008. Cependant les chiffres n'isolent pas la part des professionnels et celle des jardiniers amateurs.

 

milder
« La loi Labbé du 6 février 2014 interdit l'usage des produits phytosanitaires dans les parcs et jardins publics à compter du 1er janvier 2020 », rappelle Jacques Milder, ingénieur au service des espaces verts de la ville de Dijon et conseiller technique de Florissimo. ©Traces Ecrites.

L'association Plante et Cité qui regroupe des professionnels des espaces verts privés et publics ajoute un bémol : « supprimer les produits chimiques ne suffit pas, car certains produits biologiques ont un impact négatif sur l'environnement ».

 

Observatoire des pratiques de ses adhérents, Plante et Cité estime qu'au moins 10% des grandes villes jardinent sans pesticides et engrais d'origine chimique.

 

« La loi Labbé du 6 février 2014 interdit l'usage des produits phytosanitaires dans les parcs et jardins publics à compter du 1er janvier 2020, à l'exception des allées des cimetières », rappelle Jacques Milder, ingénieur au service des espaces verts de la ville de Dijon et conseiller technique de Florissimo. Aussi les jardiniers communaux révisent-ils leurs méthodes de travail.

 

Plus de phytosanitaires en 2020

 

La ville de Dijon par exemple, qui emploie 181 personnes pour l'entretien de ses 880 hectares d'espaces verts et la production de plants avec un budget annuel de 2,6 millions d'euros (hors salaires), pratique la lutte biologique dans ses serres avec des insectes auxiliaires qui détruisent les nuisibles.

 

Elle ne désherbe plus, préférant des techniques de paillage qui protègent la terre de l'évaporation. Selon le directeur du service des espaces verts, l'utilisation de phytosanitaires a diminué de deux tiers depuis 2009. Et il n'hésite pas à laisser les pissenlits et autre végétation spontanée s'épanouir sur les trottoirs, limitant la fauche à trois à cinq fois par an.

 

arbrefruitier
En périphérie des villes, vergers et prairires fleuries font la transition avec la campagne. ©Traces Ecirtes.

Pour réduire les arrosages, les vivaces et graminées remplacent les fleurs annuelles. « En général, les villes pratiquent un fleurissement différencié », précise Jacques Milder.

 

Les prairies fleuries et les arbustes à fleurs en périphérie, voire les arbres fruitiers sont une prolongation de la campagne. Les parterres de fleurs annuelles se limitent au centre-ville.

 

Les concours des villes et villages fleuris, très courus, s'adaptent. Le jury ne s'ébahit plus devant d'énormes fleurs de canas, mais juge la gestion écologique des espaces verts. A l'instar de l'Ecojardin que vise la ville de Dijon, plusieurs labels récompensent cette démarche.

 

Article également paru dans lesechos.fr

 

dolefleurs

 

Dole, prix national de la mise en valeur du patrimoine

 

Dole s'est vu remettre le 18 mars dernier le prix national de la mise en valeur du patrimoine et confirmer le label 3 fleurs. C’est la première fois qu’une ville franc-comtoise obtient le prix de la mise en valeur du patrimoine, décerné par le Conseil national des villes et villages fleuris, associé au ministère de la culture et de la communication.

 

Ce n’est pas un site en particulier qui est noté, mais l’aménagement global de la ville, et particulièrement le centre-ville :  choix des plantes en fonction des sites, belle harmonie d’ensemble et un patrimoine - classé ou nono - très bien entretenu, de surcroît ouvert au public.

 

Le conseil national des villes et villages fleuris livre quelques recommandations aux communes pour réussir l'harmonie entre le patrimoine et le fleurissement : « dans le cas d’un patrimoine protégé (monument historique inscrit ou classé, abords de monuments historiques ou en secteur sauvegardé), il convient d’associer, préalablement à la conception de l’aménagement, le service départemental de l’architecture et du patrimoine qui donnera un conseil en amont. Dans le cas du patrimoine non protégé, il est souhaitable de solliciter l’avis d’un paysagiste conseil. »

 

dolefleurissement



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires
Evasion

Mots-clés : Dole, Dijon, Franche-Comté, Bourgogne, collectivités locales, horticulture, Florissimo

Découvrez également les articles associés :

Gilets jaunes : les milieux économiques commencent à s’alarmer des conséquences sur l'activité des entreprisesGilets jaunes : les milieux économiques commencent à s’alarmer des conséquences sur l'activité des entreprises
Les collectivités locales de Bourgogne-Franche-Comté dévoilent leur offre foncière pour les entreprisesLes collectivités locales de Bourgogne-Franche-Comté dévoilent leur offre foncière pour les entreprises
Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon tout beau tout neuf pour accueillir Emmanuel MacronLe musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon tout beau tout neuf pour accueillir Emmanuel Macron
A Metz, le tiers-lieu Bliiida double sa surface d’accueil des industries créatives et start-up du numérique pour près de 12 millions d’euros A Metz, le tiers-lieu Bliiida double sa surface d’accueil des industries créatives et start-up du numérique pour près de 12 millions d’euros

Commentez !


Combien font "4 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire