L'emploi industriel fait encore souffrir la Franche-Comté

Publié par Traces Ecrites News, le 08 juillet 2010

Habituée à un taux de chômage inférieur à la moyenne de l'hexagone, la Franche-Comté dépasse aujourd'hui le taux national avec 9,7%, au premier trimestre 2010 (9,5% en moyenne France). Un an plus tôt, il s'élèvait à 9%. Avant la crise, en 2008, il n'atteignait que 6,6% (7,2% en France).

Les statistiques de l'Insee font apparaître que la zone d'emploi de Montbéliard détient le taux de chômage le plus élevé avec 12%.

Pourtant, par rapport au 4ème trimestre 2009, le chômage recule dans toutes les zones d'emploi franc-comtoises. La région de Saint-Claude (Jura) enregistre le repli le plus important, avec -0,5 point sur un trimestre.

L'intérim est de retour

Parmi les cinq régions de métropole où l'emploi baisse au premier trimestre, la Franche-Comté est celle qui connaît la situation la plus difficile. Elle perd 1 000 postes salariés: moins 0,4% en un trimestre.

«La contraction de l'emploi dans l'industrie semble s'atténuer», commente l'Insee. Cependant, en un an, plus de 6 000 postes ont disparu. À l'opposé, les services marchands progressent de 3,8%, soit un gain de 3 600 postes. Cette progression s'explique par le retour des emplois intérimaires (+ 5 300), atténuant par conséquent la réalité dans l'industrie et dans la construction.

Plus de détails sur : www.insee.fr/fr/regions/f-comte



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation

Mots-clés : Franche-Comté, Emploi - Formation, industrie, chômage

Découvrez également les articles associés :

L’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vinL’Alsace se dote d’une grande école spécialisée dans les métiers du vin
Expérience unique de dégustation à l’École des vins de BourgogneExpérience unique de dégustation à l’École des vins de Bourgogne
Concept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutentionConcept Formations délivre les permis de conduire des engins de chantier et de manutention
A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation

Commentez !


Combien font "3 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire