Législatives : les territoires de l'Est qui ont fait de la résistance à La République En Marche

Publié par Christiane Perruchot, le 13 juin 2017

ELECTIONS/EST. La vague La République en Marche a, comme partout ailleurs, déferlé massivement sur la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand Est où respectivement 27 et 49 sièges de députés étaient remis en jeu dimanche dernier. Mais elle n’a pas envahi tous les territoires.
Une synthèse des résultats dans l’Est qui donneront lieu le 18 juin à des duels, dont un singulier entre le FN et La France Insoumise en Meurthe-et-Moselle, et la seule triangulaire de l'hexagone, à Troyes.


carteelectorale

 

Les Républicains ont préservé des positions dans le Jura où les sortants Jean-Marie Sermier (Dole) et Marie-Christine Dalloz (Saint-Claude) arrivent en tête. Dans le département voisin du Doubs avec Annie Genevard l’est aussi à Pontarlier. Dans les Ardennes, les sortants Bérangère Poletti (Charleville-Mézières) et Jean-Luc Warsmann (Sedan) sont en ballotage favorable.


Idem dans les Vosges, pour Gérard Cherpion (Saint-Dié). Dans ce département, deux autres circonscriptions ne placent pas les candidats Macron en tête, Remiremont et Neufchâteau où les sortants ne se représentaient pas. Eric Straumann, président du conseil départemental du Haut-Rhin se trouve aussi en balotage favorable, tout comme François Cornut-Gentille à Saint-Dizié (Haute-Marne). Catherine Vautrin à Reims est en revanche en ballotage défavorable.

 

banniere-635x102

 

Le Parti Socialiste (PS) ne peut faire le même constat. Lui qui avait raflé presque tous les sièges en 2012, notamment en Saône-et-Loire et en Meurthe-et-Moselle, a peu de chances d’en sauver malgré la présence de candidats au second tour. Plusieurs personnalités sont éliminées comme Christophe Sirugue à Chalon-sur-Saône et Christian Eckert à Longwy, tous les deux anciens secrétaires d’Etat du gouvernement Vals ainsi que l’ex-ministre de la Culture Aurélie Philippetti à Metz.


Il faut cependant noter la qualification des députés sortants socialistes, Dominique Potier en ballottage favorable à Toul, Chaynesse Khirouni dans la 1ère circonscription de Nancy, Eric Elkoubi et Philippe Bies, dans les deux premières circonscription de Strasbourg, ainsi que Cécile Untermeyer en Bresse (Saône-et-Loire), Christian Paul (2ème de la Nièvre) et Barbara Romagnan dans le Doubs. Mais tous les six en ballotage défavorable.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond


Le Front National qui avait fait une large percée au premier tour de la présidentielle confirme son ancrage dans certains territoires qui permettent à ses candidats d’accéder au second tour.


C’est le cas à Nevers dans la Nièvre, terre mitterrandienne, où les électeurs éliminent le sénateur socialiste Gaëtan Gorce prétendant succéder à la député sortante qui ne se représentait pas. Le Front National, arrivé deuxième, affrontera au second tour le candidat de la République En Marche.

 

Même configuration en Haute-Saône aussi, où le parti de Marine Le Pen sera au second tour dans les deux circonscriptions du département. Ainsi que dans la 3ème de Dijon, la circonscription qui englobe les banlieues de Chenôve et de Quétigny.


La Moselle qualifie le candidat frontiste dans pas moins de cinq des neuf circonscriptions. En deuxième position dans la 1ère de Metz, à Saint-Avold, à Moyeuvre-Frande et à Thionville, le FN est en tête à Forbach en la personne de Florian Philippot. En Alsace, Mulhouse-Nord place aussi le candidat FN en première position.


La France Insoumise sera au second tour à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) face au candidat FN. Les électeurs restent fidèles à leur choix du 1er tour de la présidentielle : le FN décroche à nouveau la première place et La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, la seconde.

 

Pour la première fois, le parti régionaliste alsacien Unser Land accède aussi au second tour. Gérard Simler milite pour la sortie de l'Alsace de la région Grand Est et les langues régionales. Avec 16,85% des suffrages, il sera en compétition dimanche, dans la circonscription de Sélestat (Bas-Rhin) avec le député sortant LR-UDI, Antoine Herth.

.

 

femmesecogif


Le raz-de-marée La République en Marche (LRM) et la faible participation explique la rareté des triangulaires : une seule dans l’hexagone, à Troyes, entre La République en Marche, Les Républicains et le Front National. Grégory Besson-Moreau (LRM), un chef d'entreprise, se retrouve en ballottage favorable (29,86%) face au député sortant (LR) Nicolas Dhuicq (25,68%) et au FN Bruno Subtil (24,89%). Pour l'heure, aucun des candidats n'a dit son intention de se retirer du second tour.


On peut aussi remarquer qu’à chaque fois qu’un député sortant de gauche a bénéficié de l’investiture En Marche ou par accord de parti, n’avait pas de concurrent macroniste, cela « a marché » pour lui !


C’est le cas d’Eric Alauzet, député écologiste (EELV) du Doubs sans adversaire LRM, de Frédéric Barbier dans le Pays de Montbéliard et de Jean-Yves Caulet, le maire d’Avallon (Yonne), tous les deux élus en 2012 avec le PS.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Grand Est, parti socialiste, Bourgogne Franche-Comté, Les Républicains, Front National, Elections législatives, République en Marche, La France Insoumise

Découvrez également les articles associés :

Le palmarès de la construction bois Bourgogne-Franche-Comté en imagesLe palmarès de la construction bois Bourgogne-Franche-Comté en images
Avec Chooz aujourd'hui et Fessenheim demain, le Grand-Est, futur laboratoire du démantèlement nucléaire ?Avec Chooz aujourd'hui et Fessenheim demain, le Grand-Est, futur laboratoire du démantèlement nucléaire ?
Quand le gazoduc du Val de Saône franchit le canal de Bourgogne : un chantier de 700 millions d'euros en imagesQuand le gazoduc du Val de Saône franchit le canal de Bourgogne : un chantier de 700 millions d'euros en images
Elan bâtisseur à Besançon sur les technopoles Temis dédiées aux microtechniques et aux industries de la santéElan bâtisseur à Besançon sur les technopoles Temis dédiées aux microtechniques et aux industries de la santé

Commentez !


Combien font "7 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire