Le Signe de l'Environnement débarbouille les villes

Publié par Christiane Perruchot, le 27 avril 2012

PROPRETÉ URBAINE. Oeuvres d'art qui ont même eu l'honneur du Grand Palais, les tags et graffiti s'affichent aussi comme des actes de vandalisme sur les bâtiments publics et immeubles d'habitation.

De l'enlèvement des tags indésirables, une petite entreprise de Côte-d'Or en a fait son business.

Après avoir conquis des communes de la région de Dijon, en premier lieu la capitale de la Bourgogne, ainsi que son université, Le Signe de l'Environnement s'attaque au nettoyage du Vieux Lyon.

L'optimisation de son matériel ouvre une diversification vers le nettoyage des rues et la rénovation des façades.

Avec un fil conducteur : des matières premières naturelles.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

En près de 10 ans, François-Xavier Désertot a fait son bonhomme de chemin dans le secteur de la propreté urbaine, où sévissent de grands groupes comme Véolia ou Suez Environnement.

La PME de huit salariés s'est installée sur la niche des tags et graffiti, au grand soulagement des maires qui en ont horreur. Depuis plusieurs années, un contrat lie Le Signe de l'Environnement à la ville de Dijon (Côte-d'Or).

Sur simple demande des habitants auprès de la mairie, une équipe de quatre personnes part à la chasse aux tags. Sa mission : les faire disparaître sous 48 heures.

L'opération de nettoyage se fait avec une gommeuse basse pression qui projette un abrasif naturel fin, de 150 microns.

Pas de sable : «il abîme tous les supports». Pas de produit détergeant non plus. Le Signe de l'Environnement utilise des scories de fusion (cendres vitrifiées récupérées de l'industrie). «Une solution référencée par les Monuments historiques», se félicite François-Xavier Désertot.

Pour les rideaux métalliques des commerces, l'entrepreneur a jeté son dévolu sur les noyaux de pêches finement broyés. Et pour les panneaux de signalisation dont il faut préserver le film réfléchissant, ainsi que le verre ou l'aluminium, un mélange d'eau et d'agrumes fait l'affaire, avec l'avantage d'être à 95% biodégradable.

La peinture appliquée après l'enlèvement des graffiti pour éviter les remontées capillaires est elle aussi réduite en solvants.

Diversification dans des niches de marché

A cause d'interventions fréquentes dans les rues étroites du cœur historique des villes, la machine de gommage a été rendue portative et son poids a été allégé avec l'aide de l'entreprise Guernet Compresseurs à Joigny (Yonne).

L'exiguïté des chantiers justifie aussi l'acquisition récente d'un véhicule utilitaire électrique. Il circule au centre-ville de Dijon. En plus de la touche développement durable chère au dirigeant, il assure une sérieuse économie de carburant. «L'équipe fait 60 à 80 km par jour en centre-ville», précise t-il.

Fort d'un parc de matériel et du savoir faire des équipes, élargir l'activité à d'autres métiers de la propreté urbaine relève du bon sens.

C'est ainsi que Le Signe de l'Environnement lorgne sur le nettoyage de la voirie à l'échelle du Grand Est.

L'entreprise vient d'achever à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) le nettoyage de 8500 m2 de rues piétonnes. "La seule eau chaude à 60 à 80 degrés suffit à éradiquer 70% des salissures", assure le dirigeant.

Avec pour premiers chantiers les caisses d'Epargne d'Auxerre (Yonne) et de Lons-le-Saunier (Jura), ainsi que le parc des expositions de Beaune (Côte-d'Or), l'embellissement des façades anciennes ouvre la voie vers une autre diversification.

Là encore, les produits naturels sont privilégiés. Les champignons et les noircissures sont ôtées au savon, avant un rinçage à l'eau chaude. Les enduits sont à base de chaux.

La prochaine étape de développement de l'entreprise est un déménagement en juin, sur la zone d'activités Cap Nord à Dijon. Et peut-être une nouvelle niche de diversification.

Lilliput dans un monde de géants, la petite entreprise (540 000 € de chiffre d'affaires en 2011) a «l'obligation d'innover», insiste son patron débarbouilleur des villes.

Photos : Le Signe de l'Environnement.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, bâtiment, Chalon-sur-Saône, Caisse d'Épargne, Grand Est, Beaune, Auxerre, Lons-le-Saunier, environnment, propreté urbaine

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "9 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire