Traces Ecrites News, le club
  • PMS Industrie
  • Toyman
  • Batifranc
  • Domaines Albert Bichot

Le plaidoyer d’un architecte pour la maison de la culture de Nevers

Publié par Christiane Perruchot, le 01 janvier 2016

URBANISME/BOURGOGNE. Patrice Warnant fait partie de ces architectes qui aiment faire bouger les lignes dans leur ville.

Architecte depuis 1980 à Nevers (Nièvre), au sein de l'atelier ABW Warnant Architecture Urbanisme, il se prête de temps en temps au jeu, seul ou avec des confrères de l’association A58, d’imager leur ville telle qu’il aimerait la voir se transformer.

 

mcmneversun
La maison de la culture "verdie" avec une esplanade qui descend jusqu'à la Loire ©Atelier ABW Warnant.

 

Lui qui fait de l’église Sainte-Bernadette du Banlay à Nevers (Nièvre) le plus bel édifice de son département - un bunker de béton signé du célèbre architecte Claude Parent - s’est encore une fois autorisé la liberté du crayon pour donner une nouvelle vie à un autre bâtiment de Nevers tout aussi décrié, la maison de la culture.

 

L’exposition qu’il vient de dépendre de son atelier de la rue du Fer, n’est pas seulement un exercice. Il espère « échafauder » - pour reprendre le titre de l’exposition « Echafauder la culture » -, auprès du nouveau maire de Nevers, Denis Thuriot, et de la population, « le début d’un dialogue constructif » pour changer l’aspect de cet équipement vieillissant.

 

Située sur les bords de Loire, la maison de la culture jumelée avec la bourse du travail et la maison des sports, est un ensemble massif en béton datant de la fin des années 1960.

 

On a eu plusieurs fois l’intention de la démolir pour résoudre le problème de son vieillissement et les difficultés d’accès : un boulevard à forte circulation la sépare du centre historique, en surplomb.

 

mcmnevers
Vue de l'autre rive de la Loire. ©Atelier ABW Warnant.

 

Les esquisses de projet échafaudées par l'équipe de l'atelier ABW Warnant, habillent de végétation la boîte de béton et proposent des « solutions de dissimulation » qui sont autant d’opportunités de donner de nouvelles fonctions au bâtiment.

 

Les planches de l’exposition présentent plusieurs constructions modulaires en bois accrochées aux façades aveugles et sur le toit qui pourraient abriter un hôtel (dimensionné à 80 chambres), un restaurant avec une terrasse face au fleuve ainsi que diverses activités qui attireraient un autre public : un Fablab et un espace de bien-être.

 

Pour reconnecter la maison de la culture à ville, les architectes imaginent de redécouvrir la rivière Nièvre qui traverse la ville en souterrain, et de rétrécir le boulevard routier pour donner plus d’ampleur aux déplacements piétons.

 

mcmneversnuit
Vue de nuit. ©Atelier ABW Warnant.

 

Projet urbain utopique ? s’interroge l’architecte. Pas tant que ça…

 

« Si tout cela n'était pas faisable (bien que techniquement possible) ou pas désiré, écrit-il, un plan B serait à rechercher : camouflage des façades hautes, dissimulation des façades aveugles de la forteresse avec force bardages, étagères à végétation et autres artifices comme si lʼon avait honte... mais toujours avec le reflet des eaux vives de la confluence »...



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Bourgogne, Nièvre, urbanisme, Nevers, architecture, Atelier ABW Warnant, maison de la culture

Découvrez également les articles associés :

Gilets jaunes : les milieux économiques commencent à s’alarmer des conséquences sur l'activité des entreprisesGilets jaunes : les milieux économiques commencent à s’alarmer des conséquences sur l'activité des entreprises
Les collectivités locales de Bourgogne-Franche-Comté dévoilent leur offre foncière pour les entreprisesLes collectivités locales de Bourgogne-Franche-Comté dévoilent leur offre foncière pour les entreprises
Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon tout beau tout neuf pour accueillir Emmanuel MacronLe musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon tout beau tout neuf pour accueillir Emmanuel Macron
A Metz, le tiers-lieu Bliiida double sa surface d’accueil des industries créatives et start-up du numérique pour près de 12 millions d’euros A Metz, le tiers-lieu Bliiida double sa surface d’accueil des industries créatives et start-up du numérique pour près de 12 millions d’euros

Commentez !


Combien font "1 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire