Le parc de loisirs Vintage Bel Air réinvente la belle époque de la RN6

Publié par Didier Hugue, le 30 septembre 2016

LOISIRS/CÔTE-D'OR Jacques Le Disez et David Butet, associés à 22 autres partenaires, vont proposer sur 29 hectares à La Rochepot, près de Beaune, une plongée grandeur nature dans toute l’imagerie des années 50 à 70.

Les 80.000 visiteurs attendus dans le futur parc de loisirs Vintage Bel Air® découvriront, dans différentes atmosphères, une vingtaine d’animations.

L’investissement atteint les 9 millions d’€ pour une ouverture prévue au printemps 2018.

En attendant, ce samedi 1er octobre, a lieu une journée festive avec exposition d'engins agricoles anciens, repas guinguette (*) et plantation du premier arbre du parc qui fait suite à l'installation cet été de la première borne kilométrique.

 

vintagebelair

 

Le parc de loisirs Vintage Bel Air® ne sera ni un hommage et encore moins une célébration, mais une évocation des Trente glorieuses..., avec pour guide mémoriel la RN6.

 

« Et tout le vintage de l’époque : design, mode, musique, cinéma, réclames et, bien sûr, nombre d’objets domestiques devenus cultes », précise Jacques Le Disez (67 ans), l’un des co-initiateurs avec son partenaire David Butet (39 ans), du futur site à La Rochepot, près de Beaune (Côte-d’Or).

 

Aux yeux de ces spécialistes de l’événementiel, le premier avec la société parisienne CRÉE et le second, fondateur du groupe dijonnais Strategic Event, le vintage est devenu en matière de tourisme et de loisirs, une activité économique à part entière.

 

Mais encore trop peu exploitée, d’où l’idée d’apporter une offre professionnelle. « Et de faire aussi revivre nos rêves de gosses », glissent-ils amusés.

 

pub-gif-juin-v10 

 

Associés à 22 autres actionnaires très complémentaires, car on trouve parmi eux un carrossier, l’historien des routes nationales Thierry Dubois, deux entrepreneurs de travaux publics, des experts-comptables, un hôtelier…, les deux compères ont acquis 29 hectares d’un seul tenant, en bordure de l’ancienne RN6.

 

Deux millions d'€ de chiffre d'affaires attendu au départ

 

Ils vont y investir jusqu’à 9 millions d’€ pour proposer une vingtaine d’animations permanentes et une multitude de manifestations temporaires : puces vintage, rétro-camping, expositions de cartes postales, d’affiches, ciné-driving, concerts de jazz, de rockabilly, concours de danse…

 

Les visiteurs entreront sur le site avec leur voiture mais uniquement si elle est d’époque, sinon ils pourront en louer une. « Notre concept les invite à un voyage de 2 à 4 heures sur deux kilomètres d’une RN6 reconstituée à l’ancienne et dont la première borne vient d’être posée », évoque David Butet.

 

garageblanchet
A l'intérieur du garage Blanchet, dans son jus des années 60, racheté par la communuaté d'agglomération de Beaune.

 

Fait logiquement d’étapes, le parcours plongera dans des atmosphères différentes : ici, un vrai-faux garage de cette route des vacances rempli d’effets spéciaux ; là, un hall d’exposition permanente avec restaurant, type Relairoute, et boutiques ; plus loin un bout de « Road 66 » sur 200 mètres version « Bagdad Café ».

 

Les enfants ne seront pas oubliés et pourront conduire des modèles réduits à pédales ou électriques. Quant aux passionnés de véhicules anciens, un pôle technologique proposera réparations et pièces détachées.

 

butetledisez
David Butet, à gauche, et Jacques Le Disez.

Le calendrier prévoit un dépôt de permis de construire en début d’année prochaine et une ouverture du site au printemps 2018.

 

« Nous tablons sur 75.000 à 80.000 entrées au début, pour 2 millions d’€ de chiffre d’affaires, et plus du double à cinq ans », indique David Butet.

 

Le début de cette folle d’aventure n’aurait jamais été possible sans Alain Suguenot, avouent-ils. Car le député-maire de Beaune et président de la communauté d’agglomération (54 communes) est un amoureux outre-Atlantique de la route 66.

 

La plus importante station-service d’Europe

 

Informé au début des années 2000 qu’au moins 10.000 visiteurs des célèbres Hospices de sa ville proviennent de groupes constitués pour des rallyes de vieilles voitures, il interroge alors Gérard Roy, son vice-président chargé du développement rural.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Les deux hommes ne cherchent pas longtemps quoi imaginer comme animation sur l’ancienne RN6 qui traverse leur territoire. Leur idée : acquérir sur le plateau de Bel Air à La Rochepot le garage Blanchet, conservé en l’état et l’un de ceux qui ponctuaient la nationale sur 733 kilomètres, entre Paris et l'Italie (col du Mont-Cenis), via Lyon et la Savoie. Précisons que situé à 300 kilomètres de la capitale, le garage Blanchet était celui qui distribuait le plus de carburant en Europe pour cause de réservoir vide.

 

relairoutelarochepot
Vieille photo du Relairoute, près du garage Blanchet qui servait 400 repas par jour avant l'ouverture de l'autoroute A6 en 1973.

 

« Nous l’avons racheté, rénové et confié à l’Association AOC - Automobiles d’origine et de Collection forte de 110 adhérents - pour leurs rassemblements réguliers », explique Gérard Roy qui, bonne pioche, a été dans sa vie professionnelle l’associé de Jacques le Disez. « Il me consultait régulièrement sur le sujet et j’ai progressivement vu plus grand avec l’opportunité d’étendre l’idée au vintage des années 50-70 en créant un parc de loisirs autour, et ce d’autant que Beaune est une ville touristique majeure », explique ce dernier.

 

Ecole des vins

 

Le lien avec David Butet se fait ensuite tout naturellement en raison d’anciennes et fructueuses relations professionnelles, le monde de l’événementiel étant un petit jardin. Autre référence parlante pour la réussite du projet, Beaune, capitale des vins de Bourgogne, eut comme hôte, en 1887, le tout jeune Suisse Louis Chevrolet.

 

Engagé comme mécanicien chez un marchand de cycles, la petite histoire raconte qu’il dépanna un jour l’automobile d’un riche américain qui l’invita à le suivre chez lui. Ce qu’il fit en 1900 pour mener ensuite une belle carrière de pilote de course et monter l’une des plus célèbres marques automobiles au monde. Une belle histoire à raconter dans un parc de loisirs de ce genre.

 

rn
 

 A l'exception du vieux cliché du Relairoute, toutes les crédits photos sont à attribuer à Traces Ecrites.

 

(*) Programme de la journée du 1er octobre 2016 en cliquant sur ce lien - Réservations conseillées à l'Auberge du Pont de Paris à Corpeau-Chagny, 03 85 87 11 76.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Evasion

Mots-clés : Côte-d'Or, tourisme, Beaune, Alain Suguenot, Vintage Bel Air® , Bourgogne Franche-Comté, Jacques Le Disez, David Butet, parc de loisirs, vintage

Découvrez également les articles associés :

Les Fonctionnaires, épisode du tome 5 :  il suffit bien souvent d'avoir des arguments persuasifsLes Fonctionnaires, épisode du tome 5 : il suffit bien souvent d'avoir des arguments persuasifs
Expérience unique de dégustation à l’École des vins de BourgogneExpérience unique de dégustation à l’École des vins de Bourgogne
Entre style Renaissance, impérial germanique et contemporain, Metz est un livre d’architecture à ciel ouvertEntre style Renaissance, impérial germanique et contemporain, Metz est un livre d’architecture à ciel ouvert
Le musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'AlsaceLe musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'Alsace

1 réponse(s) à "Le parc de loisirs Vintage Bel Air réinvente la belle époque de la RN6"

  1. tavernierdit :

    Bonjour. Super toute cette initiative... Quant à moi, je recherche pour réaliser un montage vidéo sur la DS avec tout le rêve qu'elle inspire, en particulier aux amoureux de cette voiture mythique !!!

Commentez !


Combien font "1 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire