Traces Ecrites News, le club
  • Brassserie de Vézelay
  • PMS Industrie
  • Acadir
  • CCI Grand Est

Renz entend doubler son activité grâce à la boîte à colis

Publié par Philippe Bohlinger, le 01 janvier 2016

TÔLERIE/LORRAINE. Le fabricant de boîtes aux lettres Renz, en Moselle, parie sur le marché émergent de la boîte à colis pour doubler son activité d’ici 2030.

Cette SARL de 95 personnes, propriété du groupe allemand Renz, expérimente depuis novembre chez ses voisins d'Alsace, les boîtes de retrait 7 jours/ sur 7, 24 heures sur 24 en partenariat avec l’enseigne Weldom.

Elle planche également avec huit autres fabricants sur la future norme française de boîtes à colis pour les logements collectifs.

 

renzbatiment
Renz a investi 2,7 millions d’€ dans la rénovation et l’agrandissement de ses locaux à Woustviller en Moselle. © Philippe Bohlinger.

 

« Nous devons réussir la mutation de la boîte aux lettres vers la boîte à colis », résume Alain Fischer, cogérant de Renz France (95 personnes et 16 millions d’€ de chiffre d'affaires).

 

Implantée il y a quarante ans à Woustviller, en Moselle, par le groupe allemand éponyme, Renz parie sur cette diversification pour doubler son chiffre d'affaires d’ici 2030. Premier pas sur cette voie, l'entreprise a investi cette année 2,7 millions d’€ dans la rénovation et l’agrandissement de ses locaux.

 

Positionné sur le segment de la boîte aux lettres « premium », Renz estime aujourd’hui avoir décroché les 25% de parts de marché qui lui revenaient en France, sur un segment - celui des envois de correspondance - en recul.

 

« Les mises en chantier de logements neufs ont baissé de 30% depuis 2012. Or nous sommes très présents sur ce secteur, car nous travaillons beaucoup avec les architectes et  les promoteurs. Etre stable dans ce contexte est déjà une performance », analyse le responsable de Renz France qui réalise la moitié du chiffre d'affaires dans le bâtiment, l’autre moitié dans le négoce.

 

Conscient de l’impérieuse nécessité d’innover, l’industriel a commencé à explorer le marché de la boîte à colis.

 

Il tire tout juste les conclusions d’un investissement de 300 000 € dans un « démonstrateur », une e-conciergerie installée en 2013 en partenariat avec La Poste dans un immeuble parisien de 80 logements.

 

Concrètement, des boîtes aux lettres privatives ont été associées à des boîtes à colis de différentes tailles mutualisées entre les résidents, mais privatisables le temps d’une livraison. Avertis par SMS, email ou visiophone, les occupants ont visiblement été séduits : les commandes par colis auraient augmenté de 23%.

 

renzboitearetrait
Six boîtes de retrait ont été aménagées à l’extérieur de l’enseigne Weldom de Molsheim (Bas-Rhin).

Une stratégie collective

 

Les livreurs express et les e-commerçants applaudissent des deux mains. Toutefois, malgré ce succès individuel, Renz France a choisi de jouer collectif en associant les autres fabricants réunis au sein du syndicat national des industriels de boîtes aux lettres et de colis professionnels (Sibco).

 

Au total, neuf fabricants représentant 90% de parts de marché ont rejoint l’organisation créée en 2012 pour faire évoluer la norme française de l’Union de normalisation de la mécanique (UNM). Objectif, convenir courant 2016 d’un standard en termes d’accès, de dimension, etc.

 

« Stratégiquement, nous aurions pu choisir d’attaquer seul ce nouveau marché. Mais le choix de collaborer l’a emporté, car nous pensons que l’avènement des boîtes à colis bénéficiera à l’ensemble des fabricants. Par ailleurs, nous ne détenons que 25% du marché français, une part peut-être pas assez importante pour y aller seul... », poursuit le co-dirigeant de l’entreprise avec Armin Renz, PDG du groupe basé à Stuttgart (750 salariés).

 

exercice_illegal_boucle

 

 

renzeconciergerie
L’industriel compte généraliser l’e-conciergerie expérimentée dans un immeuble parisien.

 

Autre atout, la boîte à colis permettrait à Renz de se diversifier sur le marché du tertiaire, via le concept de boîtes de retrait dans les zones commerciales.

 

Renz a démarré  mi-novembre en Alsace, à Molsheim (Bas-Rhin) l’expérimentation de six boîtes de retrait 7j/7, 24h/24 avec l’enseigne Weldom.

 

Le principe - enfantin - pourrait être étendu à l’ensemble des magasins : les clients viennent récupérer leurs commandes de matériel de bricolage passées via Internet dans l’une des six boîtes installées sur le parking, indépendamment des horaires d’ouverture.

 

Si Renz France a bien fait ses calculs, l’avènement de la boîte à colis dans le logement collectif et le secteur tertiaire devrait porter le marché national de 60 à 150 millions d’€ d’ici à 2030, doublant mécaniquement l’activité de l’ensemble des fabricants.

 

Reste à voir comment se comporteront les concurrents polonais et autrichiens déjà très présents en Allemagne, bien qu'ils soient davantage positionnés sur le marché des consignes automatiques dans les quartiers.

 

RENZPATRONQui est Alain Fischer ?

 

« Jamais je n’aurais pensé revenir en Lorraine », s’étonne le co-gérant et directeur commercial de Renz France.

Originaire de Phalsbourg (Moselle), diplômé d’un BTS Action commerciale, Alain Fischer, 51 ans, a réalisé la première partie de sa carrière dans une autre entreprise emblématique de Moselle : le plasturgiste Rehau.

Arrivé au poste de chef du département matière, cet autodidacte confie s’être fait violence  pour partir : « J’aurais pu y faire carrière jusqu’à ma retraite ».

Le challenge de participer au redressement du fabricant de systèmes de sécurité Kaufel dans l'Yonne, en Bourgogne, l’avait séduit.

Opération réussie. Mais après quatre ans, le directeur commercial a touché les limites de l’exercice : « La culture d’entreprise ne me convenait pas. La stratégie du fond de pension américain restait très orientée sur le court terme. Or dans l’industrie, on ne peut rien construire à cet horizon. »

C’est ainsi qu’Alain Fischer est revenu en Moselle il y a douze ans, après avoir accepté l'offre d’Armin Renz, P-DG du groupe, lui laissant entrevoir la gérance de Renz France.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, Lorraine, Moselle, boîte aux lettres, conciergerie, Renz, boîte à colis, syndicat national des industriels de boîtes aux lettres et de colis professionnels , Alain Fischer

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie
A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI

Commentez !


Combien font "7 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire