Traces Ecrites News, le club
  • Packmat
  • Excelliance
  • Les Canalous
  • Moutarderie Edmond Fallot

Le FMEA dope l'expansion de l’outilleur comtois FMX

Publié par Didier Hugue, le 04 septembre 2012

AUTOMOBILE. Le franc-comtois FMX reçoit l’appui financier du FMEA Rang 2 pour investir 3 millions d’€ dans l’extension de ses ateliers.

Le fabricant d’outillages de presse et de pièces complexes, embouties et découpées, vise les 15 millions d’€ d’activité dans les deux à trois ans, contre 11 millions aujourd’hui.

Christian Géhin, son dirigeant, plaide pour un retour en force des formations industrielles.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

FMEA Rang 2, fonds commun de placement à risque dédié à soutenir les équipementiers de la filière automobile, octroie un emprunt obligataire à la société FMX pour un montant tenu confidentiel.

Grâce à ce coup de pouce financier, l’entreprise, implantée à Meslières (Doubs) et spécialisée dans la conception et réalisation d’outillage de presse, ainsi que de pièces complexes embouties et découpées, va accélérer ses investissements stratégiques.

D’un montant de 3 millions d’€, ils prennent la forme d’une extension d’usine de 900 mètres carrés pour loger une nouvelle presse d’emboutissage de 800 tonnes, dotée d’une table de 3,5 mètres, et ses équipements périphériques. La mise en service est prévue pour fin janvier 2013.

«Notre clientèle, composée de grands équipementiers de rang 1 : Fudji Autotech, Faurecia, SNOP ou encore Altia, le repreneur de Caddie, nous demande des productions de plus en plus techniques, d’où l’obligation d’avoir un matériel très performant», justifie Christian Géhin, le président de FMX qui emploie 62 personnes.

Préserver un savoir-faire

Cet ingénieur Arts et Métiers, ancien de Faurecia qui a ensuite fait ses classes dans la charpente métallique, a repris l’entreprise fin 2008.

Il mène depuis très bien sa barque avec une croissance régulière d’activité.

Le chiffre d’affaires devrait atteindre les 11 millions d’€ cette année, dont près de la moitié à l’exportation, contre moins de 10 millions deux ans plus tôt.

«Et je vise les 15 millions d’€ dans les deux à trois ans par un accroissement des capacités et une meilleure productivité», précise le dirigeant.

«Notre action avec le FMEA Rang 2 consiste à favoriser la maîtrise de savoir-faire clés comme celui de FMX, car il s’agit d’un enjeu majeur pour préserver la filière automobile française», indique Antoine Bréhard, directeur régional de la Caisse des Dépôts en Franche-Comté et, délégué régional du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI).

L’équipementier compte embaucher 3 à 4 personnes. Il recherche des profils de conducteurs de ligne et plaide pour un retour en force de formations qualifiantes industrielles devant les difficultés chroniques à trouver une main-d’œuvre pré-qualifiée.

A propos du FMEA Rang 2

Ce fonds commun de placement à risque (FCPR) a été doté initialement de 50 millions d’€.

Il est détenu par des équipementiers de rang 1 : Bosch, Faurecia, Hutchinson, Plastic Omnium, Valeo, aux côtés des quels on trouve le Fonds Stratégique d’Investissement (FSI) et le Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles (FMEA Rang 1).

Sa vocation : prendre des participations minoritaires chez des fournisseurs automobiles de rang 2 qui conduisent des projets innovants et accentuent leur compétitivité.

Les équipementiers franc-comtois de rang 2 déjà aidés par le FMEA : CITELE (Offemont et Grandvillars, Territoire de Belfort) à hauteur de 3 millions d'euros et PJ Industry (Vermondans et Mathey, Pays de Montbéliard) pour un montant tenu confidentiel.

Crédit photo: FMX



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Franche-Comté, automobile, Doubs, équipementier, FMX, outillage de presse, savoir-faire

Découvrez également les articles associés :

Connu pour ses moulins à poivre, Peugeot Saveurs déploie une ambitieuse stratégie de marque sur une gamme élargie d’objets culinairesConnu pour ses moulins à poivre, Peugeot Saveurs déploie une ambitieuse stratégie de marque sur une gamme élargie d’objets culinaires
Trentenaire au mieux de sa forme, LCR (Les Constructeurs Réunis) tisse sa toile dans le quart nord-estTrentenaire au mieux de sa forme, LCR (Les Constructeurs Réunis) tisse sa toile dans le quart nord-est
Pourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-MarnePourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-Marne
La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme

Commentez !


Combien font "3 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire