Le façadier Acodi décroche le plus gros contrat de son histoire et programme une nouvelle extension à Troyes

Publié par Frédéric Marais, le 12 octobre 2016

BÂTIMENT/TROYES. Arrivée dans l’Aube en 2004, cette PME qui habille les bâtiments avec des panneaux composites aluminium vient de décrocher son plus gros contrat, un million d’€.

Acodi connaît une croissance ininterrompue de son chiffre d’affaires et de ses effectifs. Si bien qu’une nouvelle extension est programmée début 2017.

Cette belle mécanique est alimentée depuis peu par un nouveau filon, celui des façades en relief et des façades miroirs, qui devrait attiser l’imagination des architectes.

 

acodittete
Acodi fabrique ses façades à partir de plaques en composite aluminium de 2x6 m maximum qu’il se charge d’usiner, de plier, de cintrer et d’assembler. ©Frédéric Marais / Agence Info.

 

Une immense clôture de 1,5 km de long composée de 600 totems de 8 m de haut en forme de voile, donnant l’impression d’une vague géante : c’est la petite folie imaginée par l’architecte Jean-Michel Wilmotte pour habiller le futur centre commercial Promenade de Flandre, à Roncq dans le Nord.

 

Pour Acodi, c’est aussi le plus gros contrat de son histoire, 1 million d’€. La PME auboise va en effet poser 20.000 m2 de composite aluminium finition miroir sur des voiles en inox.

 

Il y a bien longtemps que la réputation du fabricant et concepteur (mais pas installateur) de façades en panneaux composites aluminium sur mesure a franchi les frontières du département de l’Aube.

 

Acodi a posé sa griffe sur la Cité de la voile à Lorient, le siège social de Domyos à Marcq-en-Barœul, l’opéra de Luxembourg, le Centre culturel de Chine à Paris ou le théâtre de Fréjus-Saint-Raphaël.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Immeubles de bureaux, campus universitaires, résidences privées, établissements scolaires, hôpitaux publics, bâtiments industriels : Acodi fait feu de tout bois. « Nous réalisons aussi une centaine de casquettes de toit par an pour les restaurants McDonald’s, et sommes l’un des trois fournisseurs attitrés de Lidl », ajoute le P-DG d’Acodi, Gilles Prévost.

 

Cette clientèle de renom est attirée par le savoir-faire particulier développé au fil des ans par l’entreprise implantée sur la zone industrielle de Torvilliers, en périphérie de Troyes. Forte d’un bureau d’études composé de dix personnes, soit un cinquième de ses effectifs, elle n’a de cesse d’innover.

 

Façades miroir sur le nouveau siège social de LDR Médical

 

facade
La façade miroir est l'une des récentes diversfications d'Acodi. © Frédéric Marais/Agence Info.

 

Maîtrisant parfaitement son cœur de métier, la société s’est résolument lancée il y a quelques mois sur un créneau complémentaire : celui de la façade en relief et de la façade miroir.

 

La façade en 3D « donne du relief et une impression de volume à l’enveloppe du bâtiment », tout en ouvrant le champ des possibles aux architectes. Ce sont eux les principaux clients de la PME, avec les entreprises générales du bâtiment. Un CFA est déjà habillé de ce type de façade à Chartres.

 

L’effet réfléchissant, quant à lui, « est obtenu en donnant une finition miroir à un revêtement en panneaux composites », explique le P-DG. Cette peau fait prendre à l’immeuble les couleurs du ciel et de la végétation alentour.

 

On peut admirer le résultat sur le nouveau siège social de LDR Médical au Parc du Grand Troyes. Acodi signant au passage son premier gros chantier dans le département de l’Aube !

 

Cap sur l’Europe du Nord

 

acodipdg
Cofondateur d’Acodi, Gilles Prévost en est devenu le P-DG en 2010. Il pose ici avec une façade en relief. ©Frédéric Marais / Agence Info.

 

L’entreprise a également développé sa propre gamme de fixations. Toutes ces avancées lui ont permis de se démarquer de la concurrence en évitant une lutte frontale au niveau des prix et des volumes. La qualité plutôt que la quantité ! Le haut de gamme plutôt que le tout-venant.

 

Une stratégie gagnante, puisque Acodi réalise aujourd’hui 150.000 m2 de façades par an, ce qui l’a hissé au deuxième rang français dans sa catégorie, à portée de fusil du numéro 1 en termes de chiffre d’affaires.

 

La PME auboise ne veut pas s’arrêter en si bon chemin, notamment à l’export, où Gilles Prévost ambitionne de passer de 5 % de son chiffre d’affaires (qui s’élève à 9,5 millions d’€), à 15 %. Acodi lorgne du côté de l’Europe du Nord, où les programmes immobiliers sont ambitieux et les tarifs français encore compétitifs. Le Brexit vient en revanche de compromettre ses chances de pénétrer le marché britannique.

 

L’entreprise a quoi qu’il en soit déjà programmé une extension de son site : 1.500 m2 de surfaces supplémentaires à l’horizon du 1er trimestre 2017 dans le but d’améliorer ses flux de production.

 

pub-gif-juin-v10

 

Cette opération immobilière est tout à fait symbolique d’une société qui, fondée en 1994 à Sainte-Menehould dans la Marne, a déjà dû déménager à deux reprises pour faire face à une hausse d’activité. Sa superficie aura été multipliée par dix en moins d’un quart de siècle, pour atteindre bientôt les 6 000 m2.

 

Acodi ne comptait aussi que trois salariés à sa création… Le changement d’échelle a conduit le chef d’entreprise à s’entourer de nouvelles compétences, aussi bien pour structurer la société que pour le décharger de certaines fonctions. « Avant, j’étais chef de tout », plaisante-t-il aujourd’hui.

 

Un directeur général a été recruté en 2013, bientôt suivi par un « prescripteur ». Basé à Montpellier, celui-ci part démarcher dans toute la France les entreprises et les architectes sans passer par les fournisseurs. Acodi y gagne ainsi en autonomie.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : bâtiment, Grand Est, Troyes, extension, revêtements de façade, Aube, parc d’activités de Torvilliers, 3D, LDR Médical, Jean-Michel Wilmotte, panneaux composites aluminium , Acodi, Gilles Prévost

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves

Commentez !


Combien font "9 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire