Le château de Vaux révèle sa splendeur après des décennies d’oubli

Publié par Frédéric Marais, le 17 septembre 2015

rougeot_1PATRIMOINE/AUBE. La petite commune de Fouchères, au sud-ouest de Troyes, recèle un véritable trésor connu des seuls initiés.

Un château du XVIIIe siècle que son nouveau propriétaire a décidé d’ouvrir au public pour financer sa remise en état et partager sa ferveur.

Edouard Guyot est le neveu du bâtisseur du château médiéval de Guédelon en Bourgogne. Il partage avec son oncle la passion du patrimoine et le sens de l'entreprenariat.

A découvrir lors des journées du patrimoine de ce week-end.

 

vauxgenrale
Récemment racheté par la famille Guyot qui partage la passion des châteaux, Vaux près de Troyes, engage un vaste programme de restauration. © Frédéric Marais/Agence Info.

 

Il était une fois un jeune homme de 22 ans prénommé Edouard qui tant s’éprit d’un château grandement délabré qu’il décida d’en faire sa demeure et de consacrer les vingt prochaines années de sa vie à sa restauration.

 

Si notre histoire débute comme un conte de fée, c’est qu’elle en réunit tous les ingrédients : un cadre ravissant et romantique à souhait, un héros dévoré par le feu de la passion, un pari herculéen dont le temps dira s’il était raisonnable ou insensé…

 

Mais cette aventure peut aussi être en partie la nôtre. Edouard Guyot a en effet choisi d’ouvrir son domaine au public, et ce par différents canaux, pour l’aider à financer l’immense chantier qui l’attend.

 

2 millions d'€ pour la restauration

 

vauxcote
Le château de Vaux et ses dépendances. ©Frédéric Marais/Agence Info.

 

Depuis le 11 juillet et jusqu’au 30 septembre 2015, le château et ses abords sont accessibles aux visiteurs moyennant une participation de 6 €.

 

Cet écot permet non seulement de franchir les grilles du domaine, mais aussi d’acheter en y apposant sa dédicace l’une des 450 000 ardoises qui seront nécessaires à la réfection de la toiture de l’édifice !

 

Une fois à l’intérieur de l’enceinte, les visiteurs ont le choix entre deux formules : se promener en toute liberté ou bien arpenter les lieux en participant à une enquête historico-policière : un parcours en quinze étapes, jalonné d’énigmes, d’indices cachés et de questions amusantes, qui donne à découvrir la propriété dans ses moindres recoins, avec une bouteille de champagne à gagner.

 

On sautera du potager au pigeonnier, de la laiterie à la forge, du chenil aux écuries, de la source au pressoir, en passant par l’étonnant pédiluve pour chevaux, sans oublier naturellement le château lui-même.

 

Là, vous serez saisi par la vision émouvante et vertigineuse d’une bâtisse dévastée par le temps et par les hommes après plusieurs décennies d’abandon, où absolument tout est à reprendre, mais dont le faste d’antan se devine encore à travers les étais et les vitres brisées. On mesurera alors toute l’ampleur de la tâche pour rendre le bâtiment habitable, mais aussi combien il sera beau une fois retapé.

 

Un gîte de groupe en location

 

vauxgite
Installé au fond de la cour de ferme, le gîte de groupe comprend six chambres et une grande salle commune. ©Frédéric Marais/Agence Info.

 

Le jeune châtelain a prévu d’investir 2 millions d’€ dans cette folle entreprise. Dépourvu de fortune personnelle, Edouard Guyot réinjectera toutes les recettes du château dans sa restauration.

 

« Cet argent ne servira en aucune manière à me verser un salaire », explique le nouveau propriétaire, dont les revenus proviennent de sa petite société de vente d’éléments de décoration. Pour réduire les frais, il « mettra aussi beaucoup la main à la pâte ».

 

L’une des autres sources de financement sera générée par le gîte de groupe, d’une capacité de quinze personnes, qui a été aménagé dans les vastes communs du château. Ces dépendances sont en parfait état puisqu’elles ont été occupées jusqu’en 2014 par le précédent propriétaire, un foyer pour handicapés.

 

Pour compléter la dot, Edouard Guyot propose à la location une salle de réception de 110 m2. A compter de l’an prochain, il accueillera aussi un centre de vacances pour une centaine d’enfants. Il organisera également de grands événements festifs, telle cette fête rurale programmée en mai 2016 et baptisée “Festival de nos campagnes” qui mêlera agriculture et viticulture, chasse et pêche, art floral et archerie.

 

Un domaine de 315 hectares

 

vauxinterieur
La salle commune du gîte. ©Frédéric Marais/Agence Info.

 

Autant d’occasions pour les visiteurs, parmi lesquels on compte déjà de nombreux touristes, de découvrir un patrimoine totalement méconnu du département de l’Aube, dont il est pourtant l’un des joyaux architecturaux.

 

Il faut imaginer un château du XVIIIe siècle enchâssé dans un silence de monastère au milieu de 315 hectares de prairies et de forêt, éloigné de toute habitation et pour ainsi dire coupé du monde, auquel on accède par un chemin long de 2 kilomètres courant à travers bois.

 

Un lieu idéal pour quelqu’un qui comme Edouard Guyot fuit « la promiscuité » et goûte à « l’art de vivre quasiment en autarcie ».

 

Le jeune homme a dépensé un demi-million d’euros pour s’offrir ce rêve. S’il n’a acquis qu’une partie du domaine - environ 60 ha, la forêt ayant été achetée par un autre propriétaire -, il est désormais à la tête d’un ensemble de bâtiments dont les façades, les toitures, les grilles, l’escalier, le pigeonnier et l’allée d’accès sont classés ou inscrits au titre des monuments historiques.

 

Plus de 5 000 personnes en ont déjà franchi le seuil depuis son ouverture au public, et participé ainsi à son sauvetage. Edouard Guyot espère entre 10 000 et 15 000 visiteurs par an.

 

guyot
Edouard Guyot avec l’une des ardoises payées par un visiteur via son ticket d’entrée. Elles font aussi office de livre d’or ! ©Frédéric Marais/Agence Info.

Qui est Edouard Guyot ?

 

Bon sang ne saurait mentir ! Edouard Guyot n’est autre que le fils de Jacques Guyot et le neveu de Michel Guyot, qui ont procédé au sauvetage des châteaux de Saint-Fargeau dans l’Yonne, de La Ferté-Saint-Aubin dans le Loiret, et de Bridoire en Dordogne.

 

L’oncle d’Edouard, Michel Guyot, est aussi l’initiateur du chantier médiéval du célèbre château de Guédelon dans l’Yonne.

 

La relève familiale est prête, puisque la sœur d’Edouard, Alice (20 ans), et son frère aîné, Lancelot (24 ans), gèrent respectivement les châteaux de Landal en Ille-et-Vilaine et de Beaumesnil dans l’Eure !

 

Edouard Guyot a lui-même fait ses premières armes au château de Bridoire : animation du site et coordination d’une équipe d’ouvriers.

 

 

 

A découvrir durant les Journées du patrimoine

 

Le château de Vaux revêt ses habits de fête les 19 et 20 septembre à l’occasion des Journées du patrimoine.

De nombreuses animations sont programmées : un équipage de grande vénerie avec une meute de cinquante chiens de chasse à courre ; un berger avec une centaine de moutons ; un tailleur de pierre et un ardoisier ; une promenade en calèche dans le parc et des voitures anciennes…

Le château de Vaux rouvrira ensuite au public dès le retour des beaux jours.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Evasion

Mots-clés : Champagne-Ardenne, tourisme, journées du patrimoine, patrimoine, restauration, Aube, gîte, château de Vaux, Edouard Guyot

Découvrez également les articles associés :

Les Fonctionnaires, épisode du tome 5 :  il suffit bien souvent d'avoir des arguments persuasifsLes Fonctionnaires, épisode du tome 5 : il suffit bien souvent d'avoir des arguments persuasifs
Expérience unique de dégustation à l’École des vins de BourgogneExpérience unique de dégustation à l’École des vins de Bourgogne
Entre style Renaissance, impérial germanique et contemporain, Metz est un livre d’architecture à ciel ouvertEntre style Renaissance, impérial germanique et contemporain, Metz est un livre d’architecture à ciel ouvert
Le musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'AlsaceLe musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'Alsace

Commentez !


Combien font "8 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire