Laurent Stirnemann, chauffeur de Limousine, une Lincoln, à Belfort

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 29 juin 2016

LOCATION/BELFORT. C'est un rêve de gosse qui est devenu réalité. Le Belfortain Laurent Stirnemann a eu l'opportunité d'acquérir une Limousine, s'est formé au métier de chauffeur de voitures de prestige et a créé sa société, SL Limousine.

L'enjeu est maintenant de pouvoir répondre aux attentes de la clientèle pour passer la vitesse supérieure.

 

stirnemann
Laurent Stirnemann en tenue avec sa Lincoln. © Pierre-Yves Ratti.

 

En 2010, Laurent Stirnemann est licencié économique de son bureau d'études. Ce qui aurait pu être une tuile s'avère être une opportunité. Le même jour, il est contacté par le vendeur d'une limousine de luxe, alors qu'il était inscrit sur la liste d'attente depuis trois ans : une Lincoln Town Car de 1972, longue de 7,30 mètres.


Il investit une partie de sa prime de licenciement dans la voiture et la met en conformité pour la louer. Dans la foulée, il se lance dans une formation de chauffeur de voitures de prestige : trois mois de théorie et un mois de pratique.

 

Là aussi, c'est un investissement. Laurent Stirnemann l'évalue, avec les frais, à presque 10.000 €. Au programme : des langues étrangères, de la comptabilité, de l'histoire-géographie, mais aussi des cours de protocole.

 

Pour accueillir dans sa voiture la clientèle de luxe, il faut connaître la différence protocolaire entre une duchesse et une princesse ou encore un émir, savoir comment les accueillir à bord du véhicule, eux et leurs bagages.

 

Une profession réglementée

 

interieur
L'intérieur de la Lincoln. © Pierre-Yves Ratti.

 

Côté pratique, il faut savoir rouler en convoi ou encore freiner de façon à ce qu'un café ne se renverse pas de la tasse entre les mains du passager VIP. Ou encore passer les ronds-points à toutes les vitesses. Pas facile, avec une voiture de plus de 7 mètres...

 

De fil en aiguille, Laurent Stirnemann dépose les statuts de sa société, SL Limousine, en août 2011 et obtient sa carte professionnelle à la préfecture. La profession vient d'être réglementée par une nouvelle loi ; il détient la deuxième carte de ce type en France.

 

pub-gif-juin-v10


Grâce à des annonces sur Internet, il décroche ses premiers contrats. L'activité s'avère très saisonnière : enterrements de vie de célibataire, anniversaires, mariages, portes ouvertes.

 

La Lincoln attire surtout pour marquer des événements exceptionnels, assez peu la clientèle VIP, qui attend un peu plus de discrétion, tout en restant dans un environnement luxueux.


Les tarifs restent somme toute modestes. 2,50 € la place (la voiture en contient six) pour un simple baptême lors d'une fête ; 500 € les trois heures pour un mariage ; 150 € pour un transfert (par exemple d'une salle de spectacle vers un hôtel).

 

A Belfort, il y a une niche

 

digicode
La porte avant s’ouvre avec un digicode. © Pierre-Yves Ratti.

 

Durant les quatre premières années, Laurent Stirnemann a réussi à couvrir ses charges, guère plus. Entre temps, il a retrouvé un travail, dans un bureau d’étude, mais n’abandonne pas son activité à ses heures perdues.


Avec l'expérience, Il s'est rendu compte que la Lincoln n’est pas tout à fait adaptée à la clientèle qu'il vise, celle des voitures de luxe avec chauffeur.

 

Même à Belfort, il estime qu'un marché existe : « Il y a une niche. On ne le sait pas forcément, mais il y a des personnalités qui viennent dans la région, des tournages de films, ou encore des grands patrons qui ont besoin d'une voiture avec chauffeurs pour quelques jours dans l'Est. »


exercice_illegal_boucle

 

Aujourd'hui, il espère pouvoir investir cette fois dans une Mercedes limousine, très prisée de cette clientèle. Même d'occasion, avec toutefois une contrainte réglementaire : la loi exige que la voiture de luxe soit renouvelée au bout de six ans d'âge.


Jusqu'à présent, les banques n'ont pas suivi, alors il réfléchit à d'autres pistes : location à un particulier qui serait l'heureux propriétaire d'une limousine ? Prêt participatif ?


Car aujourd'hui, le rêve de Laurent Stirnemann n'est plus d'avoir sa limousine, mais celle dont rêvent ses clients potentiels. Pour peut-être un jour carrément envisager une reconversion professionnelle à la hauteur de ses rêves d'enfant.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Evasion

Mots-clés : Belfort, Bourgogne Franche-Comté, profession réglementée, location de voiture avec chauffeur, Laurent Stirnemann, Limousine

Découvrez également les articles associés :

Les Fonctionnaires, épisode du tome 4 : requestion d'émulationLes Fonctionnaires, épisode du tome 4 : requestion d'émulation
Entre les Enfants du Marais et la Guerre des Boutons : « La maraude », le dernier roman de Jérôme DeliryEntre les Enfants du Marais et la Guerre des Boutons : « La maraude », le dernier roman de Jérôme Deliry
L’impact économique des guides gastronomiques sur le business des bonnes tablesL’impact économique des guides gastronomiques sur le business des bonnes tables
La Paulée de Meursault, Saint Graal de la Bourgogne viticole et hymne universel au partageLa Paulée de Meursault, Saint Graal de la Bourgogne viticole et hymne universel au partage

Commentez !


Combien font "2 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire