Traces Ecrites News, le club
  • Synercom France
  • DVF
  • Ag2r La mondiale
  • Gaston l'escargot

Alsace : la métallurgie à l’école de la gestion de crise

Publié par Christian Robischon, le 08 janvier 2014
Cryostar a été l'une des entreprises participantes à ce Forum sur la gestion de crise.
Cryostar a été l'une des entreprises participantes à ce Forum sur la gestion de crise.

METALLURGIE. La simulation d’une situation de crise en guise de formation pratique.

Le Forum HSE de l’UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie) Alsace  et de l’IUT de l’Université de Haute-Alsace à Colmar (Haut-Rhin) a proposé récemment cette formule inédite en France à une centaine d’étudiants, encadrés par 25 professionnels de la sécurité-environnement de la métallurgie.

Une initiative qui devrait faire des émules dans d'autres IUT, notamment de Bordeaux.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Alerte maximale dans l’entreprise Dupont : un ouvrier vient de s’électrocuter en nettoyant un transformateur. Sa vie est en danger !

Les gendarmes sont déjà sur les lieux, le maire aussi qui s’agite dans tous les sens, et on attend d’un instant à l’autre l’inspecteur de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal), connu pour ne pas être commode.

Inutile d’ajouter que le directeur du site est sur les dents et que les syndicats haussent le ton, d’autant plus que la victime est  salariée d’un sous-traitant. Le CHSCT (comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail) extraordinaire s’annonce musclé.

Sont annoncés, l’inspecteur du travail, les services de secours… Et voilà que les journalistes débarquent avec leurs gros sabots, caméra et micro au poing : il ne manquait plus qu’eux...

Tout à l’heure, on vient de découvrir de surcroît que ce vieux transformateur auquel on n’a pas touché depuis des décennies contient du PCB (polychlorobiphényle) - le pyralène en langage courant -, substance courante au moment de sa construction, mais désormais interdite.

Et ce qu’on craignait par-dessous arrive : le malheureux salarié vient de décéder.

Ce scénario, certes très catastrophe mais pas de pure science-fiction non plus, a été construit par les enseignants du département HSE (hygiène-sécurité-environnement) de  l’IUT de Colmar, François Collas et Didier Bagot en tête, et plusieurs membres de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) Alsace.

Ceci pour une séance de formation originale d’une centaine d’étudiants, futurs responsables Hygiène sécurité environnement (HSE).

Ces élèves en deuxième année de DUT HSE à Colmar ou en Master Risques et environnement de l’Université de Haute-Alsace (auquel l’IUT colmarien est rattaché) ont dû réagir comme s’ils occupaient leur futur poste de responsable HSE.

Les différents rôles d’intervenants extérieurs ont été joués par de vrais consultants ou responsables HSE. « Et ils ont mis une sacrée pression, particulièrement dans le rôle de l’inspecteur de la Dreal ! », témoigne l’étudiante Laetitia Kuntz.

La jeune femme connaît déjà bien le monde de l’entreprise pour se former par contrat d’apprentissage dans une PME. « Mais dans cet exercice, on est beaucoup plus en interaction avec les autres services, qu’il faut booster pour rechercher de l’information ».

Didier Soudry, expert prévention-environnement dans le secteur de la chaudronnerie-tuyauterie, qui « stimule » un groupe d’étudiants.
Didier Soudry, expert prévention-environnement dans le secteur de la chaudronnerie-tuyauterie, qui « stimule » un groupe d’étudiants.

Une initiative unique en son genre

Les futurs diplômés, très organisés, se sont répartis les questions d’environnement, d’accident du travail, d’analyse des risques et de communication dans des groupes de 12 personnes. Ceux-ci ont chacun réuni ensuite  un CHSCT virtuel de compte-rendu.

Après une journée d’exercice, le Forum s’est poursuivi le lendemain de façon plus classique  pour rédiger un rapport complet qui sera corrigé par les professionnels.

Cette édition 2013 du « Forum HSE » étudiants-professionnels a été la 4ème du genre, et la 3ème sous cette forme.  Les deux précédentes avaient simulé une fuite d’acide et la présence de légionnelle sur une tour aéroréfrigérante.

La toute 1ère avait pris la forme de présentations classiques…, pas forcément enthousiasmantes ni pour les élèves ni pour les professionnels.

« L’exercice  représente une excellente opportunité de remise à plat des pratiques, c’est une répétition générale qui cumule les risques environnementaux et humains. Nous pouvons en tirer des enseignements en termes de prévention », témoigne Aurélie Deglin, adjointe au responsable HSE de l’entreprise Cryostar et membre de la commission sécurité-environnement de l’UIMM Alsace.

L’organisation professionnelle a trouvé là un excellent moyen de faire connaître le secteur de la métallurgie. « On peut difficilement trouver plus bel exemple  pour une mise en relation entre étudiants et entreprises », estime Catherine Chauvin, chargée des relations écoles-entreprises à l’UIMM alsacienne.

Unique en son genre en France, l'initiative pourrait faire des émules. Les observateurs venus de l’IUT de Bordeaux n’ont pas caché leur souhait de la dupliquer.

Crédit photos : Christian Robischon et Cryostar.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises
Emploi - Formation

Mots-clés : Alsace, Haut-Rhin, Métallurgie, Colmar, UIMM, Cryostar, IUT de l’Université de Haute-Alsace

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie
A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI

Commentez !


Combien font "4 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire