La Vallée de l'Energie change de président avec Dominique Balduini et se projette jusqu'à 2020

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 11 juillet 2017

ENERGIE/BELFORT. Changement de présidence en douceur à la Vallée de l'Énergie hier 10 juillet à Belfort : Dominique Balduini, dirigeant de PME, succède à Jean-Luc Habermacher, salarié de GE.
Ce cluster dédié à l’énergie qui réunit de grands donneurs d’ordre et des PME en profite pour définir ses objectifs pour les trois prochaines années.
Dynamène, une plateforme d’essais des fluides est son plus gros projet collectif, aujourd’hui bien avancé.

 

valleepresidents
Dominique Balduini (à droite) succède à Jean-Luc Habermacher. @ Pierre-Yves Ratti.


La Vallée de l’Énergie, cluster de l'énergie créé à Belfort en 2011, a changé de présidence ce lundi 10 juillet à l'occasion de son assemblée générale, à la CCI de Belfort. Dominique Balduini succède à Jean-Luc Habermacher.


Cette transition en douceur marque la volonté de La Vallée de s'adapter au nouveau contexte lié au rachat d'Alstom (hors Transports) par GE. Jean-Luc Habermacher est cadre chez GE ; son successeur est issu d'une PME-PMI, puisque gérant de la SARL Usiduc, à Faverois, dans le Territoire de Belfort (usinage de composites, plastiques, métaux et superalliages).


Cet équilibre entre grands donneurs d'ordre et PME-PMI prévalait dans la composition du conseil d'administration ; elle sera formalisée dans la gouvernance lors d'une prochaine assemblée générale extraordinaire : la présidence et la vice-présidence seront conduites alternativement par un représentant d’un grand donneur d’ordre et de PME-PMI.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Bref, La Vallée de l’Énergie se structure pour se donner les moyens de ses ambitions, à savoir être identifiée et reconnue comme fédératrice des acteurs de l'énergie non seulement dans l'Est de la France, mais sur la totalité du territoire national, voire au-delà.

 

Des entreprises allemandes, suisses et italiennes sont déjà partenaires de l'association qui compte près de 300 membres, « avec un noyau dur de 40 industriels », explique Jean-Luc Habermacher.


Le budget de fonctionnement de La Vallée de l’Énergie est de l'ordre de 300.000 € (auxquels s'ajoutent les apports indirects de la CCI et de GE, qui hébergent la structure ou délèguent des salariés). 200.000 € proviennent des cotisations des membres.

 

Sous l'effet de la loi NOTRe, de réforme territoriale, le conseil départemental du Territoire de Belfort a du s'effacer au bénéfice des communautés d'agglomération du Grand Belfort, du Pays de Montbéliard et de la Région Bourgogne Franche-Comté.


Compte-tenu du champ d'intervention de La Vallée, le président sortant, Jean-Luc Habermacher, verrait bien la Région Grand Est soutenir également l'association. Les aides des collectivités sont désormais proportionnées aux fonds propres.


La Vallée de l’Énergie a été portée sur les fonds baptismaux en grande partie par la volonté de la CCI du Territoire de Belfort. Elle avait alors vocation à cartographier les compétences, leur donner de la valeur et créer des synergies.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Aujourd'hui, elle cherche à profiter du changement du paysage nord franc-comtois - le rachat d'Alstom (hors Transports) par GE - pour se donner un nouveau souffle et sortir de l'image un peu désuète de club des fournisseurs des grans énergéticiens.


L’association a mis à profit la période de flottement née du rachat d'Alstom par GE pour entamer une réflexion sur ses missions stratégiques d'ici 2020 : quelle offre de service apporter à ses membres, comment se structurer pour être réactif, développer le réseau des PME-PMI, soit comme pour l'automobile un réseau de sous ou co-traitants etc.


Deux objectifs majeurs guident la feuille de route du nouveau président : dynamiser et développer la filière dans le cadre de ses activités actuelles et dans d’autres champs émergents du secteur de l’énergie.

 

Dynamène une plateforme technologique accessible aux PME

 

gedynamene
GE est avec EDF l'un des principaux actionnaires de la plateforme technologique Dynamène. © GE.

 

Outre son rôle de fédérateur qui la conduit à donner une visibilité à ses membres lors de grands événements (salons par exemple), La Vallée de l’Énergie porte des projets de recherche et de développement, le plus gros, du moins financièrement, étant Dynamène.

 

La création de cette plate-forme d'essais muti-fluides (eau, air, etc.) a été actée en mars 2015, par une société au capital d'un million d’€ porté notamment par EDF et GE. Depuis, elle a élu domicile au Techn'hom de Belfort, où ses locaux sont désormais opérationnels.

 

635x106pxl

 

Outil accessible aux PME, l’atelier est maintenant équipé d’un banc de cryogénie et d'un banc aéraulique. Des discussions sont en cours avec le Centre d’Etudes et de Recherche de Grenoble (CERG), l’un des plus grands centres d’essais hydrauliques d’Europe, pour la mise en place pour un banc hydraulique.

 

La plateforme technologique poursuit par ailleurs la recherche et la finalisation de partenariats avec Technocryo (équipements frigorifiques) également implantée au Techn’hom.


Elle prévoit de recruter rapidement un technico-commercial, puis un technicien et un commercial à l’international.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Belfort, énergie, GE Energy, recherche et développement, Dynamène, Bourgogne Franche-Comté, Dominique Balduini, Usiduc, Jean-Luc Habermacher

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant alsacien de coffres-forts, Fleck Sécurité, blinde ses marchésLe fabricant alsacien de coffres-forts, Fleck Sécurité, blinde ses marchés
A Chalon-sur-Saône, EML et LTB redonnent ses lettres de noblesse à la sous-traitanceA Chalon-sur-Saône, EML et LTB redonnent ses lettres de noblesse à la sous-traitance
Avec sa technique d'encapsulation, Cookal apporte une touche d'innovation aux tables des fêtes de fin d'annéeAvec sa technique d'encapsulation, Cookal apporte une touche d'innovation aux tables des fêtes de fin d'année
Pourquoi le fabricant dijonnais de machines-outils Vernet-Behringer séduit une si large clientèle dans la région Grand EstPourquoi le fabricant dijonnais de machines-outils Vernet-Behringer séduit une si large clientèle dans la région Grand Est

1 réponse(s) à "La Vallée de l'Energie change de président avec Dominique Balduini et se projette jusqu'à 2020"

  1. Pascal TRAN-HUUdit :

    Il convient, également, de souligner que la Vallée de l'énergie fait partie d'un programme, MED4SME's, qui devrait lui permettre, si la Commission européenne donne son feu vert, de développer des synergies avec ses homologues méditerranéens pour permettre la conquête de marchés hors UE.

Commentez !


Combien font "3 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire