La potion magique du tonnelier François Frères

Publié par Didier Hugue, le 10 juillet 2012

TONNELLERIE. Le premier fabricant mondial de tonneaux, coté à la bourse de Paris, publie d’excellents résultats sur son exercice clos au 30 avril.

Tous ses marchés affichent une bonne croissance et les perspectives de développement clignotent au vert, notamment pour les fûts à whisky et les produits de boisage.

Sa stratégie de croissance externe, engagée depuis 1999, lui permet d’éviter les aléas de conjoncture.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Jérôme François, le président du directoire du groupe François Frères (741 salariés), implanté à Saint-Romain, en Côte-d'Or, doit mettre un peu de potion magique dans ses tonneaux.

Du moins, peut-on le supposer à la vue des très bons résultats que le premier tonnelier mondial, coté depuis 1999 à la bourse de Paris, vient de publier pour son exercice clos au 30 avril.

Malgré un recul de 1,2% des surfaces viticoles dans le monde, dont 260 000 hectares arrachés en Europe - soit le tiers du vignoble français -, le fabricant voit son chiffre d’affaires passer de 109,5 millions à 115 millions d’€, soit une progression de 5%.

La marge opérationnelle dépasse les 23 millions d’€ (+5,5%) et le résultat net bondit de 12%, à 16,1 millions d’€.

«Pour éviter les aléas de la conjoncture et gagner en parts de marché, nous réalisons régulièrement des opérations de croissance externe», explique le dirigeant.

François Frères s’est ainsi récemment offert pour 45,3 millions d’euros le groupe charentais Radoux qui exploite quatre tonnelleries et une merranderie.

Un avenir prometteur

Il a aussi acquis une quatrième tonnellerie à whisky en Ecosse, baptisée Camlachie, et repris les 50% restant du capital d’Arobois (produits de boisage), une entreprise basée à Gagnac-sur-Cere (Lot).

Tous ces achats ont été conduits avec une bonne maîtrise de l’endettement. Ce dernier s’élève à 36 millions d’€ et ne dépasse pas 20% des 178 millions d'€ fonds propres.

Relire à ce propos : Francois Frères élargit encore ses tonneaux et Francois Frères multiplie les tonneaux en terre écossaise

Une situation financière très saine qui invite le tonnelier à poursuivre dans cette voie. Il reprendra d’ailleurs, d’ici au 30 octobre prochain, la totalité des parts du Californien Stavin, autre spécialiste des produits de boisage.

«Nos ventes dans ce domaine ont progressé de 18% et affichent 8,4 millions d’euros de chiffre d’affaires», se félicite Jérôme François.

La commercialisation des tonneaux à vin bénéficie en revanche d’une progression nettement plus faible (+5%) et sont essentiellement portées par l’engouement de nouveaux consommateurs étrangers : en Asie, Russie, Etats-Unis et Brésil notamment, qui apprécient de plus en plus les produits vieillis en fûts.

François Frères mise également sur le rebond en cours du marché des whiskies haut de gamme avec une reprise de la production qui ne devrait pas fléchir dans les deux à trois prochaines années.

«Je suis très optimiste pour ce secteur et tout spécialement sur le créneau des vieux whiskies», assure Jérôme François.

Pour son prochain exercice, le tonnelier prévoit un chiffre d’affaires consolidé de 150 millions d’€, en hausse de plus de 30%, et un résultat d’exploitation à 30 millions d’€.

Évolution sur du chiffre d’affaires de François Frères :

2006-2007 : 91 millions d’€

2007-2008 : 103,4 millions d’€

2008-2009 : 112,7 millions d’€

2009-2010 : 109,5 millions d’€

2010-2011 : 109,5 millions d’€

2011-2012 : 115 millions d’€

Crédit photo: François Frères



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Vin, Tonnellerie, François Frères, croissance externe, whisky, tonneau, fût, produits de boisage

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Le fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à StrasbourgLe fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à Strasbourg
A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !

Commentez !


Combien font "1 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire