La Nièvre prend de la vitesse

Publié par Christiane Perruchot, le 17 janvier 2012

TGV. Ce soir à Nevers, les parlementaires et élus locaux apportent la voix de la Bourgogne à l'une des dernières réunions du débat public sur le projet de ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL).

Des deux scénarios qui desservent le mieux la Nièvre, les conseillers régionaux se sont prononcés, hier à Dijon, prioritairement en faveur du scénario médian par Moulins-sur-Allier et Roanne : celui que soutient la SNCF.

Toutefois, le conseil régional de Bourgogne n'exclut pas le scénario ouest, par Orléans et Bourges, «s'il permet de recueillir le consensus de l'ensemble des collectivités territoriales».

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Cette porte a été entrouverte il y a quelques mois par les élus de la Nièvre, conscients que «cette ligne ne se fera que s'il y a consensus», rappelle Patrice Joly, président du conseil général de la Nièvre qui a fait le déplacement à l'hôtel de région, à Dijon, avec les parlementaires locaux et le maire de la capitale nivernaise.

«Il faut maintenant essayer de faire corps avec l'Auvergne», avance Florent Sainte Fare Garnot, maire de Nevers.

Les Auvergnats ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Ils défendent le scénario Ouest-Sud qui évite la Bourgogne en  passant par Orléans, Bourges et Roanne. Mais certains élus auvergnats estiment que «le refus du compromis met en cause la réalisation du projet».

On en saura peut-être plus le 24 janvier, avant-dernière réunion du débat public, avant sa clôture le lendemain à Orléans.

Un cavenas de "hubs"

Le projet de ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL) est conçu comme une alternative à l'actuelle LGV Paris-Sud Est. Les prévisions de trafic prévoient sa saturation en 2025, date de la théorique mise en service de cette ligne nouvelle.

Il s'agit de construire une ligne nouvelle d'environ 540 km pour relier Paris et Clermont-Ferrand entre 2 heures. Nevers se situerait à 50 minutes de Paris, de Lyon et de Clermont-Ferrand.

Quatre tracés sont proposés par Réseau Ferré de France (RFF), le maître d'ouvrage (voir schéma), avec deux variantes, via Mâcon ou un peu plus au sud, par Roanne.

C'est cette dernière variante que défendent les Bourguignons. Non sans avoir changé d'avis depuis l'ouverture du débat public, en octobre 2011.

«Dans le respect de l'expression démocratique, nous avons modifié notre position car la variante par Roanne permet une meilleure desserte du sud de la Saône-et-Loire, comme le Charolais-Brionnais», rappelle François Patriat, président du conseil régional.

Incidence qui peut ne pas être négligeable au choix final, le tracé médian (535 km) est celui qui draine le plus gros potentiel de voyageurs (entre 6 à 6 millions et demi) et compte parmi les moins chers, entre 12 et 13 milliards d'€.

En plus d'une gare nouvelle à Nevers, positionnée du côté de Saincaize (nœud ferroviaire dans le Cher) ou du circuit de Nevers-Magny-Cours (Nièvre), la proposition du conseil régional met en avant l'articulation avec le réseau des TER.

Il imagine un cavenas de 4 "hubs" d'où tous les Bourguignons seraient grosso modo à une heure maximum d'une ligne TGV (Paris-Auvergne et Paris-Sud Est).

Un volet ambitieux qui suppose une nouvelle gare TGV à Saint-Florentin (sur la ligne Paris-Sud Est dans Yonne) ainsi qu'une nouvelle gare TER à Montchanin (Saône-et-Loire), à côté de l'actuelle gare TGV (également sur la ligne Paris-Sud Est).

La coordination des réseaux TGV et TER n'a pas fait mouche chez les conseillers régionaux écologistes qui ont voté (4 voix) contre la position du conseil régional.

Les Verts rappellent que le projet est à l'horizon 2025, estiment «que la Nièvre a besoin de projets économiques avant cette date» et ne croient pas que le TGV créera de l’activité.

Ils sont les seuls opposants à cette position collective qui a rassemblé la majorité de gauche, l'UMP ainsi que 4 élus FN.

Les communistes (3 élus) se sont abstenus ainsi que 2 autres élus du FN.

Une seconde réunion du débat public se déroule dans la Nièvre, ce mardi 17 janvier à 19h, à la Maison de la Culture de Nevers, boulevard Pierre de Coubertin sur le thème " La LGV POCL et les transports régionaux".



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : TGV, Bourgogne, transport ferrovaire, Yonne, Nièvre, TER, POCL

Découvrez également les articles associés :

Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est
Are you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole  le revendiquentAre you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole le revendiquent
Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image
En Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaireEn Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaire

Commentez !


Combien font "4 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire