La Maison de l'emploi et de la formation ne chôme pas à Mulhouse avec son outil numérique

Publié par Mathieu Noyer, le 13 mars 2018

EMPLOI/HAUT-RHIN. L'outil d'aide au recrutement de la Maison de l'emploi et de la formation Mulhouse-Sud-Alsace, “Mon métier de demain”, évolue vers l'auto-évaluation des compétences comportementales.

Directement sur le site Internet, le chercheur d'emploi mesure sa propre capacité à travailler en équipe, anticiper, respecter des procédures etc. Il est ensuite orienté vers une série de métiers en correspondance, qui distingue les métiers porteurs et ceux, en déclin.

 

sitemefmulhouse

 

Mobilité professionnelle, emploi transfrontalier, accompagnement de la création d'entreprise : la Maison de l'emploi et de la formation (MEF) de Mulhouse-Sud-Alsace est sur tous les fronts. “Mon métier de demain”, l'outil d'aide à la mobilité qu'elle pilote, évolue en ce début d'année afin de s'adapter aux nouvelles approches du recrutement. Au recensement des métiers gisements d'embauches, il ajoute désormais celui des compétences.

 

Le site monmetierdedemain.com, porte d'entrée du dispositif pour ses utilisateurs - les chercheurs d'emploi salariés ou chômeurs -, propose depuis quelques semaines d'évaluer en 16 questions leur capacité à travailler en équipe, anticiper, respecter des procédures, communiquer....

 

« Il découle du constat que, de plus en plus, les recruteurs attendent des compétences comportementales (savoir-être, adaptabilité etc), autant ou davantage que des compétences techniques », explique Alexandra Walonislow, directrice de la MEF.

 

portesouvertesuimmlorraine

 

Une fois ses compétences auto-déclarées, le chercheur d'emploi est orienté par le site vers une série de métiers en correspondance, dans des secteurs d'activités variés. “Mon métier de demain” recense et décrit un peu plus de cent métiers, 79 “porteurs” et 30 “en déclin”, entre lesquels il identifie une multitude de passerelles professionnelles possibles.

 

Il fait visualiser concrètement le parcours (formation, validation des acquis...) à effectuer, sous la forme d'un amphithéâtre dont il faut gravir plus ou moins de marches selon l'ampleur de la transition professionnelle.

 

metierbatiment
Les métiers du bâtiment font partie des “métiers d'avenir” avec un potentiel d'embauches à court et moyen terme, tout comme l'industrie, la chimie, les services à la personne, la logistique, l'hôtellerie-restauration. © Traces Ecrites.

 

Créé en 2011, “Mon métier de demain” puise son origine dans l'initiative Transvers'Al de gestion territoriale des emplois et des compétences (GTEC) dans le Sud-Alsace qui fut en 2009 une pionnière du genre en France. Dans ce territoire voisin de la prospère Allemagne, il s'est rapidement étendu au recensement des métiers porteurs outre-Rhin.

 

Ce n'est là qu'un aspect de l'activité transfrontalière de la MEF. Elle comprend aussi le salon annuel "Warum Nicht" d'information sur l'emploi et la formation en Allemagne qui attire 700 à 800 visiteurs à chaque édition – la prochaine aura lieu le 10 octobre 2018 à Mulhouse ; et sa déclinaison mensuelle le “Monatstreff”, une permanence tous les derniers mercredis du mois à Mulhouse qui accueille entre 15 et 35 personnes à chaque fois. La MEF participera aussi à la semaine “Réussir sans frontières” organisée par la Région Grand Est du 19 au 23 mars prochains.

 

cdjura

 

Son intervention dans le champ de la création d'entreprise prend depuis l'an dernier la forme de la “Fabrique à entreprendre”. La MEF est le relais pour l'agglomération mulhousienne de ce dispositif de la Caisse des Dépôts qui se concentre sur les quartiers sociaux dits “prioritaires de la politique de la ville”.

 

Permanences, réunions d'information, rendez-vous individuels et ateliers sur la création constituent cette Fabrique, faite pour détecter les talents trop souvent cachés et les concrétiser en entreprises viables.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation

Mots-clés : Mulhouse, Haut-Rhin, Grand Est, recrutement, MEF Mulhouse-Sud-Alsace, monmetierdedemain.com

Découvrez également les articles associés :

A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation A son second Crunch Time, l’UTBM met à disposition de 50 entreprises, 1700 élèves-ingénieurs pour plancher sur 170 projets d’innovation
Pourquoi la ville de Dijon attire les écoles de cuisine de renomPourquoi la ville de Dijon attire les écoles de cuisine de renom
A Montbéliard, le lycée Cuvier montre la voie pour rapprocher entreprises et Éducation nationaleA Montbéliard, le lycée Cuvier montre la voie pour rapprocher entreprises et Éducation nationale
Une école de production à Besançon où l’on usine avec plaisir et l’assurance d’un emploiUne école de production à Besançon où l’on usine avec plaisir et l’assurance d’un emploi

Commentez !


Combien font "9 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire