Traces Ecrites News, le club
  • JTEKT
  • CLEIA
  • Salaisons Sabatier
  • Diamatec

La Lyonnaise plombe la société SD3ATP

Publié par Christiane Perruchot, le 29 janvier 2013
Une trentaine de salariés de l'entreprise de travaux publics implantée à Ouges, près de Dijon, a rendu public le différend en distribuant des tracts, hier 28 janvier, devant leur entreprise.
Une trentaine de salariés de l'entreprise de travaux publics implantée à Ouges, près de Dijon, a rendu public le différend en distribuant des tracts, hier 28 janvier, devant leur entreprise.

BATIMENT. Spécialisée dans les travaux d'assainissement et d'adduction d'eau, la SD3ATP à Ouges, près de Dijon, livre un bras de fer contre Lyonnaise des Eaux, délégataire de service public pour l'eau du Grand Dijon.

La filiale de Suez Environnement refuse de payer une provision de 300 000 € à laquelle l'a condamnée le tribunal de commerce de Dijon.

Depuis 2010, le donneur d'ordre n'honore que le tiers du contrat. L'affaire est en appel. L'audience a lieu aujourd'hui.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

C'est l'histoire du pot de fer contre le pot de terre. La Lyonnaise des Eaux refuse de payer les 300 000 € que le tribunal de commerce de Dijon lui a ordonné de régler à la société SD3ATP, le 12 décembre dernier.

Une trentaine de salariés de l'entreprise de travaux publics implantée à Ouges, près de Dijon, a rendu public le différend en distribuant des tracts, hier 28 janvier, devant leur entreprise.

Leur inquiétude est vive à une quinzaine de jours de l'audience du tribunal de commerce qui a placé SD3ATP en redressement judiciaire il y a un an.

En trois ans, le sous-traitant historique - depuis 1991 - de Lyonnaise des Eaux, concessionnaire du réseau d'eau potable et d'assainissement du Grand Dijon, a vu fondre son carnet de commandes.

Au lieu du millier de branchements en plomb qu'elle devait réaliser chaque année, selon un contrat pluriannuel 2006-2013, Lyonnaise n'en a commandé que 300 par an.

Les pancartes accrochées sur la clôture de l'entreprise dénoncent le différend avec Lyonnaise des Eaux, son principal donneur d'ordre.
Les pancartes accrochées sur la clôture de l'entreprise dénoncent le différend avec Lyonnaise des Eaux, son principal donneur d'ordre.

«C'est un lourd préjudice, d'autant que nous avons investi dans une machine spécialement conçue pour ce marché», déplore Pierre Jean Guerriero, le dirigeant la PME familiale de 80 salariés.

Selon Jérôme Deliry, l'avocat de l'entreprise, le manque à gagner s'établit à plus de 1,1 million d'€ hors taxes.

Le différend ne s'arrête pas là. Entre les deux parties, il était prévu une clause de révision automatique des prix que la Lyonnaise n'a pas honorée.

«Ce sont encore près de 700.000 euros que la Lyonnaise des Eaux doit à la SD3ATP», précise l'avocat. «Au total, cela représente un tiers du chiffre d'affaires sur deux ans», ajoute Pierre Jean Guerriero.

Si le chef d'entreprise reconnaît que ses difficultés ne sont pas dues uniquement à ce litige, il pèse lourdement sur sa situation qui l'a conduit à licencier une vingtaine de personnes l'année dernière.

Le marché avec Lyonnaise des eaux représente plus de la moitié de son chiffre d'affaires qui s'est élevé en 2012 à environ 8,5 millions d'€. Ce dernier s'élevait à 14,5 en 2011.

Pierre Jean Guerriero, le dirigeant (au centre) s'entretient avec les représentants du personnel.
Pierre Jean Guerriero, le dirigeant (au centre) s'entretient avec les représentants du personnel qui ont manifesté, hier 28 janvier, devant leur entreprise.

« Lyonnaise des Eaux utilise tous les moyens de procédure pour se soustraire à cette condamnation », dénonce l'avocat.

Le donneur d'ordre à fait appel de la décision. L'audience a lieu aujourd'hui 29 janvier.

L'appel porte sur deux  requêtes.

D'une part, la suspension du versement de la provision et d'autre part,  l'annulation de la décision du tribunal.

Les salariés craignent la liquidation judiciaire. Le chef d'entreprise ne cache pas qu'il ne pourra pas se soustraire à de nouveaux licenciements.

Photos : DR.

     

Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Dijon, Bourgogne, bâtiment, Grand Dijon, Lyonnaise des Eaux, tribunal de commerce, SD3ATP

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-MarnePourquoi le franc-comtois Omedec rachète la chaudronnerie Lhermite en Haute-Marne
La maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gammeLa maison alsacienne de foie gras Feyel & Artzner se diversifie dans les plats cuisinés et monte en gamme
Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse

1 réponse(s) à "La Lyonnaise plombe la société SD3ATP"

  1. JPdit :

    Et pendant ce temps là les élus continuent de passer commande aux grands groupes ! Après on s’étonnera qu'il n'y ait plus d'emplois locaux.

Commentez !


Combien font "3 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire