Traces Ecrites News, le club
  • EDC
  • Les Canalous
  • Brassserie de Vézelay
  • Anthalys

La Haute-Saône démontre à Vesoul qu’elle est une terre d’industries qui recrutent à tour de bras

Publié par La Rédaction, le 11 octobre 2018

INDUSTRIE/HAUTE-SAÔNE. La cinquantaine d'entreprises manufacturières de Haute-Saône, du Doubs et de l'Yonne présentes jusqu'à ce soir, jeudi 11 octobre, au salon Terre d'industrie à Vesoul, affiche dans leur grande majorité des offres d'emploi.

Techniciens de maintenance, automaticiens, soudeurs, électromécaniciens, conducteurs de machines, caristes, etc. « Nous recherchons tous les mêmes profils », constataient plusieurs industriels avec un certain désarroi. Car même avec un taux de chômage de 9-10%, ils ne sont pas certains de recevoir suffisamment de candidatures.

 

• Waltefaugle séduit PSA et booste ses capacités et sa productivité.

 

waltefaugle
David Saugier, en compagnie de Nadège Herdalot,  l'une de ses responsables commerciales, espère des candidats à l'embauche sur le salon Terre d'Industrie, en raison d'une activité soutenue depuis plusieurs années. © Traces Ecrites.

 

David Saugier n’est pas peu fier de bâtir, avec pas moins de 600 tonnes de charpente, un atelier pour PSA Sochaux où sera logée une nouvelle presse. Le charpentier métallique de Dampierre-sur-Salon dispose d’un outil de production - le plus important de France sur un seul site – qu'il rend toujours plus performant avec des investissments réguliers.

Les 3 millions d’€ injectés en 2015 ont généré 10% de capacités et 15 % de productivité supplémentaires. « Nous allons poursuivre dans cette voie car nous sommes depuis plusieurs années en haut d’un cycle d’activité », indique le dirigeant qui s’appuie sur une R&D d’une trentaine de collaborateurs.

Waltefaugle produit 14.000 tonnes de charpente métallique par an pour un chiffre d’affaires de 40,5 millions d’€. L’entreprise de 180 salariés vient d’intégrer sept personnes, dont deux alternants en septembre et en espère une dizaine d’autres. D.H.

 

recrutementwaltefaugle
De nombreuses offres d'emploi dans le nord Franche-Comté, en particulier dans le bassin d'emploi de Vesoul. © Traces Ecrites.

 

• Softekk s’agrandit pour faire face à une croissance à deux chiffres.

 

softekk
Frédéric Jeannin, à droite, et Tanguy Lamboley, l'un des techniciens du bureau d'études, devant un convoyeur en partie aimantés. © Traces Ecrites.

 

Comme tous les exposants industriels du salon Terre d’Industrie, Softekk  recrute : un tourneur-fraiseur et un technicien polyvalent. Ce fabricant de convoyeurs très niché dans le sur-mesure séduit des clients comme Lisi Automotive ou encore la pâtissier-Glacier Erhard.

L’entreprise, créée par Frédéric Jeannin en 2004, travaille dans tous les secteurs industriels en assurant aussi le rôle d’intégrateur d’installations complètes et automatisées.

Avec une croissance régulière de 10% l’an, il repousse actuellement ses murs de l’Isle-sur-le-Doubs d’environ 250 m2 et se rééquipe en investissant au total 320.000 €. Softekk s’appuie sur une équipe de 14 collaborateurs, dont près de la moitié employé au bureau d’études, et réalise 1,5 million d’€ de chiffre d’affaires. D'autres investissements doivent se concrétiser d'ici 2020. D.H.

 

CCI SALON terre dindustrie 2018 BANDEAU TE 640x90 px_OK

 

• La métallerie Javey développe son réseau commercial.

javey
Marie-France Javey, directrice générale : le posiitonnement sur le sur-mesure libère l'entreprise des cycles conjoncturels que connaît le secteur du bâtiment. © Traces Écrites.


Le fabricant de portes métalliques recrute des techniciens de maintenance et des opérateurs de production pour son usine de Gy, mais aussi des commerciaux, cette fois dans toute la France. Marie-France Javey, directrice générale, veut doper son réseau d’agents commerciaux (une dizaine aujourd’hui) qui sillonnent l’hexagone pour faire connaître les compétences de l’entreprise familiale auprès d’installateurs qui réalisent la pose chez le client.

« Nous sommes positionnés sur une niche, le sur-mesure, ce qui nous a évité de souffrir de la crise du bâtiment contrairement aux acteurs qui travaillent sur le volume », explique t-elle. La clientèle se répartit en trois tiers : l’habitat avec les portes de garage, l’industrie avec des portes sectionnelles, des portes accordéon etc., et le commerce avec des rideaux de protection. Le développement commercial passe aussi par un site Internet depuis lequel les professionnels peuvent jusqu’à deviser et les particuliers, simuler la porte qu’ils imaginent.
Le sur-mesure conduit la PME (chiffre d’affaires de 10 millions d’€, 75 salariés) à innover pour rester compétitive : Javey a très tôt investi dans l’impression 3D pour réaliser les prototypes à coûts réduits, jusqu’à concevoir et réaliser sa propre imprimante 3 D afin de développer plus facilement les profils et les pièces périphériques. C.P.

 

cdjura 


• Les Meubles Parisot devraient prendre encore de l’embonpoint.

parisot
La diversité des métiers, un argument de séduction chez Parisot. © Traces Écrites.

 

Le fabricant de meubles à base de panneaux de particules pour des grands noms de la distribution anticipe la mise en place d’une troisième équipe et les départs à la retraite en recrutant une dizaine de personnes : des techniciens de maintenance, des conducteurs de lignes et des régleurs. Embauchées en CDI, elle seront formées en interne durant 6 mois à un an selon les postes, avant de devenir autonomes.
Basé à Saint-Loup-sur-Semouse, P3G Industries (chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’€), le holding qui abrite aussi la Compagnie française du panneau qui fabrique les panneaux de particules que Parisot transforme en meubles, pourrait rapidement prendre de l’embonpoint.
Le groupe suédois Ikea Industry a fait savoir dernièrement qu’il étudiait une proposition de rachat par le groupe de Jean-Charles Parisot de l’outil industriel (165 salariés) qu’il avait installé à Lure en 2010 sur l’ancien site d’Isoroy. Dans un communiqué, Ikea fait savoir qu’il est en train de renouveler les matériaux de ses produits « au profit de solutions plus légères ».  Reste au conseil d’administration d’Ikea à valider cette offre d’ici la fin de l’année. C.P.

 

cpmeconvention

 

 

• RFPM sur une phase ascendante

rfpm
Exemples de pièces techniques réalisés par RFPM. © Traces Ecrites.

 

Ces deux dernières années, Roussel Frères Précision Mécanique (RFPM) a dépassé le cap des 50 salariés. Un effectif stabilisé pour l’instant à 70 personnes qui explique que sa présence au salon Terre d’Industrie ne se justifie pas pour recruter mais exposer l’étendue de ses savoir-faire.
La PME de Villers-sur-Port se singularise par deux technologies qu’elle maîtrise : la technologie du vide pour fabriquer des semi-conducteurs ou des puces électroniques, et la rectification en passe profonde qui consiste à donner une forme à une pièce métallique par enlèvement de copeaux sans choc thermique.

Avec  principaux marchés, l’électronique, l’aéronautique et la défense ainsi que l’industrie textile (pièces de métiers à tisser), l’entreprise qui réalise un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’€, est une habituée des salons : après le Midest et Eurosatory (défense) au premier semestre, elle vient de faire Micronora à Besançon. C.P.
 

caissedepargnebfcarticle

 

• G-Manufacture Équipement Aéronautique recherche encore des opérateurs en textile.

gmanufacture
Carine Perrin, conseillère en formation continue au Greta 70, l'une des animatrices de la campagne de recrutement pour le projet G-Nius de combinaison pour pilotes de chasse (le mannequin à gauche) qui va s'implanter à côté de Vesoul. © Traces Écrites.

 

Dans la partie du salon dédiée à la formation, le groupe aéronautique G-Nius faisait le point avec le Greta Formation 70, sur les recrutements pour le projet de G-Manufacture Équipement Aéronautique qui démarrera en janvier 2019 à Vaivre-et-Montoille, près de Vesoul, dans les anciens locaux de Samepac.

Une vingtaine de personnes (sur un besoin immédiat de 30) ont été sélectionnées selon la méthode de recrutement par la simulation (MRS) parmi 150 candidats, pour suivre une formation à la couture de 400 heures.

Les futurs employés fabriqueront des combinaisons de vol très techniques qui réduisent l’impact de l’accélération sur les pilotes, grâce à la répartition des zones de compression sur plusieurs parties du corps, habituellement localisées uniquement sur les jambes.
La campagne de recrutement pilotée par Pôle Emploi (ape.70015@pole-emploi.fr) et le Greta, relayée par le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté pour le financement, pourrait servir à d’autres débouchés, sur le même bassin d’emploi.

Les qualités de dextérité et de précision recherchées sont similaires à celles requises dans la maroquinerie. L’investisseur dans ce secteur, qui n’a pas souhaité se dévoiler, a voulu profiter du salon biennal pour attirer les candidatures. C.P.

 

Kremernouvellepub

 

• Matrex finalise de gros contrats.

 

matrex
L'entreprise Matrex développe également des solutions de manutention en intralogistique. © Traces Ecrites.

 

L’entreprise, reprise par Marc Lieutaud en 2010 et concepteur de systèmes de convoyage notamment aéroportuaires (bagages) attend deux gros contrats avant la fin de l’année.

Implantée à Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) – le salon Terre d’Industrie accueillant pour la première fois à des exposants de l'ex Bourgogne  –  réalise des équipements à rouleaux, bande et à chaîne pouvant transporter des pièces ou objets de 10 g à 1,5 tonne.

Matrex s’appuie sur un effectif de 60 personnes et atteint les 6 millions d’€ de chiffre d’affaires. La PME travaille avec des intégrateurs ou seule, comme par exemple pour les aéroports de Béziers, La Rochelle et Figuari. Elle vient par ailleurs de livrer deux installations à Chronopost. D.H.

 

caisseepargne
La Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté répond de nouveau présente à cette troisième édition du salon « Terre d’Industrie » comme principal partenaire de la CCI 70. La banque mutualiste était représentée (de gauche à droite) par Philippe Favrot, Martine Koening, tous deux du centre d’affaires couvrant la Haute-Saône, le Doubs et le Territoire de Belfort, et Vincent Chau, le directeur du développement de la caisse. © Traces Ecrites.

 

packmat
David Euvrard, le directeur de Packmat, spécialiste de la compaction des déchets et des bennes de collecte, qui faisait la Une de Traces Ecrites News hier, n’aurait pas manqué cette troisième édition comme exposant. © Traces Ecrites


Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Yonne, Haute-Saône, industrie, recrutement, Caisse d'épargne Bourgogne Franche-Comté, Matrex, charpente métallique, systèmes de convoyage, Waltefaugle, Bourgogne Franche-Comté, Packmat, David Euvrard, David Saugier, Softekk, Frédéric Jeannin, solutions de manutention

Découvrez également les articles associés :

A vingt ans, l'Alsacien Systancia devient nettoyeur informatiqueA vingt ans, l'Alsacien Systancia devient nettoyeur informatique
Le BTP innove : JPS Granulats, France Clôture Environnement, Sopreco, Eurochanvre, BCB Tradical et GeochanvreLe BTP innove : JPS Granulats, France Clôture Environnement, Sopreco, Eurochanvre, BCB Tradical et Geochanvre
Pourquoi lancer un Club Traces Ecrites NewsPourquoi lancer un Club Traces Ecrites News
Forte de l’IGP Choucroute d’Alsace, la choucrouterie Le Pic pense doubler ses ventes à l’exportForte de l’IGP Choucroute d’Alsace, la choucrouterie Le Pic pense doubler ses ventes à l’export

1 réponse(s) à "La Haute-Saône démontre à Vesoul qu’elle est une terre d’industries qui recrutent à tour de bras "

  1. ferrand gerarddit :

    Pouvez vous m'indiquer comment avoir connaissance des offres d'emploi proposées lors du salon Terre d'industrie. Merci

Commentez !


Combien font "1 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire