La génération Z va bientôt frapper à la porte de l’entreprise

Publié par Christiane Perruchot, le 11 février 2016

AVIS D'EXPERT. Ils sont nés un smartphone la main, grandissent dans un univers en grande partie étranger à leurs parents, alors que dire de leur vision du monde du travail où ils vont débarquer dans quelques années…
Avis aux DRH, ces jeunes gens encore boutonneux ne supportent pas la hiérarchie : il va falloir revoir les fondamentaux du management.
Témoignage du sociologue québécois, Carol Allain, à l’occasion d’un passage, il y a quelques temps, à la CCI de Dijon.


generationz

 

Ils sont nés entre 1995 et 2010 - ont donc entre 15 et 20 ans -, n’ont pas encore tous leur bac, et prétendent vous en apprendre plus que vous n’en savez.

 

On les appelle la génération Z (comme Zapping) ou génération Internet. Et dans quelques années, ils arriveront dans l’entreprise. Alors, autant commencer à essayer de ne pas prendre de trop haut ces futurs employés ou entrepreneurs.

 

« La génération silencieuse - 70 et plus -, n’aime pas le changement, mais n'est plus dans l’entreprise, et les baby-boomers qui le sont encore, n’attendent qu’une chose, la retraite », rappelle Carol Allain, conférencier québécois qui s’est fait une spécialité de l’analyse sociologique des différentes générations.

 

Déjà, poursuit-il, la génération Y née dans les années 1980 jusqu’au milieu des années 1990, avec les jeux vidéo et l’ordinateur personnel, a bousculé les habitudes de la génération X (1964-1978 ; 35-50 ans) qui, contrairement à leurs parents, ne voient plus le travail comme une fin en soi.

 

banquepopulaire

 

Plus que le salaire, le changement

 

Ceux qui arriveront dans quelques années sur le marché du travail prennent encore plus de distance. Pour un Z, travailler doit être fun, sinon il vous glissera entre les doigts.

 

Avant tout, la génération Z aime le changement, car elle se lasse d’une occupation - dans le cadre du travail comme dans la vie privée d’ailleurs -, aussi vite que défilent les informations sur le Web, son outil de travail et de loisirs inséparable.

 

oticonesdeux

 

Pourtant, ces jeunes gens ont des qualités qui ont tout pour plaire à un employeur. Pour un Z, la frontière entre le travail et la vie privée s’amenuise : il est capable de répondre au mail d’un collègue à une heure du matin, comme de faire patienter le même collègue en pleine urgence parce qu’il est en train de faire l’achat du siècle sur un site de commerce en ligne, et que dans 5 minutes, il sera trop tard.

 

« Cette génération est aussi naturellement capable de faire plusieurs choses en même temps et sait traiter rapidement de grands volumes d’informations, ce qui peut être très utile en entreprise », ajoute Carol Allain.

 

Il faut dire que ces jeunes gens ont de l’entraînement : ils apprennent leurs leçons tout en écoutant de la musique et en chattant par SMS avec les copains, les yeux rivés sur l’écran de l’ordinateur pour vérifier s’ils ne trouveraient pas le corrigé de leur devoir sur Internet.

 

Revoir la structure pyramidale

 

On les dit tolérants, multiculturels et sensibles à l’injustice, encore des qualités ; en revanche, la personne la plus importante au monde, c’est eux-mêmes « Tout tourne autour de MOI, MOI et encore rien que MOI ».

 

En revanche, Mesdames, Messieurs les DRH, autant le savoir dès maintenant : ils ne supportent pas la hiérarchie. Il va donc falloir revoir la structure pyramidale de l’entreprise et bouger souvent l’organigramme si vous ne voulez pas qu’ils claquent la porte.

 

Enfin..., qu’ils la claquent trop vite, parce que de toute façon, le bureau qu’ils occuperont n’aura pas le temps de prendre la poussière.


emoticones

 

Toutefois, nous apprend le conférencier, bien que la hiérarchie relève pour eux de la préhistoire et que le meilleur poste que vous puissiez leur offrir est celui qui nécessitera le plus d’autonomie, il va leur falloir quand même un « grand » pour s’occuper d’eux, les chouchouter, et surtout remarquer leur talent.

 

L’idéal est de leur proposer des projets collectifs et plutôt que d’imposer des horaires, leur donner un objectif à remplir.

 

Cette liberté vaut bien plus que le salaire, voilà qui va apaiser les négociations syndicales. Vendez leur plutôt un « climat de travail ». Et, restez zen comme Z.

 

Les Z ont une capacité d’écoute réduite (ils zappent) : « Il faut les voir plus souvent mais moins longtemps, autour de trente minutes maximum, avec deux points à l’ordre du jour ». Rires dans la salle (*) où dominaient les baby-boomers.

 
Ecole des vins

 

Reste qu’à ces rires moqueurs, les Z répondent par leur capacité à réformer. Le télétravail que l’on essaie d’imposer depuis 20 ans, deviendra un mode ordinaire, prédit le conférencier. D’ailleurs, leurs aînés Y, ont déjà pris l’habitude de bureaux « déstructurés » à la mode Google et Facebook.

 

Le Z a aussi une capacité d’entreprendre, même sans le sou. Certes, sa prédilection pour les services en ligne requiert moins d’investissement qu’un outil industriel, mais le crowfunding est devenue sa banque préférée et chaque levée de fonds est une opportunité de communication dont il estime ne pouvoir que tirer profit.

 

(*) Issu d’une conférence de Carol Allain donnée fin 2015 à l’initiative de la CCI Côte-d’Or avec la participation de Aurélie Courtay, conseil en management et organisation Aura à Dijon.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Avis d'expert

Mots-clés : management, entreprise, télétravail, conditions de travail, Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, génération Z, Carol Allain, DRH

Découvrez également les articles associés :

En entreprise, comment réagir face à un éventuel risque de radicalisationEn entreprise, comment réagir face à un éventuel risque de radicalisation
Des taux historiquement bas, le paradoxe d’une croissance sans inflationDes taux historiquement bas, le paradoxe d’une croissance sans inflation
Nous allons mieux associer les chefs d’entreprises de Bourgogne-Franche-Comté aux stratégies de l'Agence Économique Régionale Nous allons mieux associer les chefs d’entreprises de Bourgogne-Franche-Comté aux stratégies de l'Agence Économique Régionale
La Banque de France et la Région du Grand Est proposent une formule d'ingénierie financière pour le développement des entreprisesLa Banque de France et la Région du Grand Est proposent une formule d'ingénierie financière pour le développement des entreprises

Commentez !


Combien font "7 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire