Bourgogne et Franche-Comté s'affichent à l'exposition universelle de Milan

Publié par Christiane Perruchot, le 12 octobre 2015

ALIMENTAIRE/BOURGOGNE FRANCHE-COMTÉ. Les régions françaises sont passées tour à tour sur le pavillon de la France à l’exposition universelle de Milan qui s’achève le 31 octobre.
Dans l’Est représenté avant tout par le pavillon lui-même construit par le charpentier du Haut-Doubs Simonin, après la filière bois franc-comtoise en mai, et l’Alsace au menu du restaurant où officie le chef mosellan Michel Roth, le pôle de compétitivité Vitagora jouait à son tour, vendredi dernier, l’ambassadeur de la Bourgogne et de la Franche-Comté.
La ville de Dijon en a profité pour faire une opération de communication liée à son projet de cité de la gastronomie.

 

pavillonfrance_1
Selon le commissaire de l'exposition française, un visiteur sur dix de l'exposition universelle s'arrête au pavillon de la France conçu XTU architects et l'agence Laverne pour le paysagisme. ©Traces Ecrites.

 

« De tous les pôles de compétitivité travaillant sur l'alimentation, Vitagora est le seul présent à Milan », se félicite Pierre Guez, le président du pôle Goût Nutrition Santé créé il y a dix ans en Bourgogne et qui s'est élargi depuis à la Franche-Comté et plus récemment à l'Ile-de-France.

 

Depuis le début du mois et jusqu'au 14 octobre, Vitagora s'expose dans le pavillon de la France à l'exposition universelle de Milan où 140 pays tentent jusqu'au 31 octobre de répondre à la complexe question "Nourrir la planète, une énergie pour la vie".

 

Vendredi dernier, une cinquantaine d'adhérents de Vitagora et leurs financeurs institutionnels ont rejoint sur place les cinq entreprises qui ont estimé que l'événement était incontournable.

 

exercice_illegal_boucle

 

Certes, leur présence est discrète : 120 m2 de classiques vitrines et totems au sein d'un pavillon qui s'étend sur vingt fois cette surface. Mais un visiteur attentif peut aisément capter le message.  

 

Le potentiel est énorme : selon Alain Berger, le commissaire de l'exposition, « un visiteur de l'exposition universelle sur dix est passé par le pavillon de la France », malgré son emplacement peu avantageux coincé entre le Saint-Siège et l'Italie, en retrait de l'allée principale que deux millions de personnes devraient avoir emprunté d’ici la fin du mois...

 

Recyclage des bouillons de viande

 

franceinterieur
La scénographie du pavillon de la France, signée du Studio Adeline Rispal, inventorie les richesses alimentaires de la France : vins (pas de Bourgogne) et alcools (Pontarlier fort bien représenté), céréales etc... et une kyrielle d'innovations invitant au recyclage et à l'anti-gaspillage. ©Traces Ecrites.

 

Dans ce contexte, l’Expo2015 comme on la baptise est « une vitrine phénoménale pour nous », affirme Arnaud Sabatier, le patron des Salaisons Sabatier qui s'affiche « décomplexé » à côté de grands groupes comme Seb et Lesieur, également adhérents du pôle de compétitivité Vitagora.

 

Son projet anti-gaspillage s'inspire du bon sens des cuisinières d'antan. La PME qui partage avec les charcuteries Chazal de Dole (Jura), un atelier de jambon persillé à Nuits-Saint-Georges (Côte-d'Or), veut valoriser les jus de cuisson de ses viandes.

 

« Chaque jour, nous produisons 2000 à 3000 litres de bouillon dont on ne fait rien, or 300 grammes de jus de cuisson de jambon persillé contient 20 grammes de protéines, soit l'équivalent d'une tranche de jambon », explique le dirigeant.

 

banquepopulaire

 

Plusieurs débouchés sont actuellement à l'étude tant aux niveaux technique que commercial. « Incorporé à une mousse de foie, le bouillon la rend plus ferme et plus lisse tout en l'enrichissant de protéines », explique t-il. « Et nous avons déjà deux contacts sérieux d'industriels qui fabriquent des médaillons ».

 

La coopérative céréalière et meunière Dijon Céréales présente pour sa part ses dernières productions dans les thématiques de la santé : un pain riche en Oméga 3 et fibres, et le pain seniors G-Nutrition plus moelleux et riche en minéraux que fabrique sa filiale 365 Matins à côté de Besançon.  

 

« Avec le rétrécissement des terres agricoles à cause de l'urbanisation, les céréaliers sont amenés à trouver des solutions pour intensifier les cultures tout en diminuant l'impact sur l'environnement, c'est le sens de nos plates-formes de recherche sur l’agroécologie Artemis et de notre présence ici à Milan », explique t-on chez Dijon Céréales.

 

Une boisson bleu lagon à base de micro-algues

 

algama_1
Gaëtan Gohin  (à droite), Mathieu Goncalves et Alvyn Severien, co-fondateurs d'Algama lancent la commercialisation d'une boisson à base de micro-algues baptisée Springwave. ©Vitagora.

 

Mais la star du stand Vitagora est sans conteste la spiruline mise en bouteille par Algama. Cette start-up francilienne commercialise depuis septembre au sein du groupe Accor, une boisson aux microalgues. La communauté scientifique reconnaît les bénéfices nutritionnels en magnésium, fer et acides aminés de ces formes de vie unicellulaires présentes dans les milieux aquatiques.

 

Le résultat est une boisson bleue lagon au goût légèrement citronné. La jeune entreprise a également mis au point une mayonnaise sans œufs, la spiruline faisant le liant nécessaire à sa fermeté.

 

Une présence qu'elle juge indispensable au moment où elle vient de boucler une campagne de financement participatif avec la plateforme Anaxago en dépassant son objectif de 700 000 €.

 

Conçu pour être réutilisé et remonté tel quel ailleurs

 

simonin_2
Christian Balanche, président de la SAS Simonin mesure, mais ne découvre pas le travail qui attend ses équipes dans une quinzaine de jours lorsqu'il faudra démonter le pavillon de la France dont l'architecture, parmi les plus remarquées d'Expo2015, répond aussi à la thématique de développement durable de la manifestation. Conçu pour être réutilisé et remonté tel quel ailleurs, il doit d'abord être démonté pièce par pièce. " Il faudra 4 mois pour retirer les 2000 pièces assemblées selon une technique que nous avons breveté, dans un ordre déterminé et sans les abîmer ", explique le charpentier du Haut-Doubs. ©Traces Ecrites

 

Où le pavillon de la France retrouvera t-il une seconde vie ?

Plusieurs acheteurs se sont déjà manifestés auprès d'Agrimer, le propriétaire. Il se pourrait qu'il retrouve la région qui lui a fourni la matière première du massif du Jura.

Le parc des expositions de Lons-le-Saunier, récemment détruit par un incendie est sur les rangs, mais il est loin d’être le seul ! Dijon aimerait également le poser à la cité de la gastronomie.

 

CITEGASTRONOMIE
Dijon est aussi la seule ville du réseau des cités de la gastronomie qu'elle forme avec Rungis, Lyon et Tours, après le classement au patrimoine mondial de l'humanité à se présenter à Expo2015, sur le même espace que Vigora. Un aréopage d'élus parmi lesquels François Rebsamen, maire de Dijon, François Patriat, président du conseil régional de Bourgogne et Sophie Fonquernie, vice-présidente de la Région Franche-Comté, et même le préfet préfigurateur de la région Bourgogne Franche-Comté Eric Delzant, ont accompagné Michel Costoli, le président d'Eiffage Construction, le 10 octobre jusqu'à Milan, pour dévoiler la maquette des 67 000 m2 que la major espère commencer à construire l'année prochaine. ©Traces Ecrites.

 

Le projet de la cité de la gastronomie n'est pas mûr. Mais il pourrait franchir une nouvelle étape ce lundi 12 octobre.

 François Rebsamen, également président du conseil de surveillance du CHU, propriétaire du site, fera une proposition de rachat à 14,2 millions d'€.

La ville de Dijon sert d'intermédiaire de l'établissement public local (EPFL) qui portera le foncier avant de le revendre à Eiffage, probablement par tranches.

Le coût du désamiantage des bâtiments du 20ème siècle qui seront démolis, évalué à 4 millions d'€, devraient être partagés entre la ville de Dijon pour 2 millions, le CHU pour un million et l'agence régionale de santé (ARS) également pour un million.  Les trois intervenants se répartiraient à égalité le prix des études (600 000 € au total).

Mais avant la cession, le recours déposé auprès du tribunal administratif par Seger doit être purgé. Le promoteur dijonnais conteste le choix d'Eiffage (Lire ici) car il avait fait une offre à 20 millions d'€ plus avantageuse pour le vendeur.

Si bien que Michel Costoli, président d'Eiffage prévoit une ouverture «  pas avant la fin de l'année 2018 », nous a t-il confirmé à Milan. Il souhaite faire une première tranche de logements en même temps, « afin d'éviter une mise en service en plein chantier », mais aussi pour assurer l'équilibre de l'opération qui, à priori, lui coûtera plus cher que prévu.

L'investisseur dit également travailler sur l'exploitation des équipements culturels et commerciaux, comme le contrat de partenariat le prévoit. Des contacts ont d’ailleurs été pris avec Vega, l'exploitant du Zénith, sur le pavillon de la France.

 

 

PANORAMAEXPO
De gauche à droite : les pavillons de la Chine, de la Colombie et de l'Argentine. ©traces Ecrites.

 

Une exposition entre slow food et société de consommation

 

L'exposition universelle de Milan ressemble plus à une grosse foire au tourisme qu'à un plaidoyer pour le partage des richesses alimentaires de la planète. Car c'est bien de cela qu'il s'agit à la lecture de l'énoncé de l'exposition " Nourrir la planète, une énergie pour la vie ".

 

Les pays rivalisent de superlatifs pour vanter leurs superbes paysages et abusent des nouvelles technologies pour propulser le visiteur dans un voyage qui lui donnera l'envie de passer du rêve à la réalité.

 

A l'instar du pavillon de la Colombie où une pièce d'immersion visuelle le transporte en quelques minutes vertigineuses des 3000 mètres d'altitude de Bogota au niveau de la mer et ses longues plages de sable blanc. Un petit message  environnemental tout de même à mi-parcours, au passage dans la jungle, précieux concentré de vie.

 

belarus
La roue du pavillon de la Biélorussie symbolise le cycle de l'eau. ©Traces Ecrites.

Le Vietman est lui aussi hors sujet. Son bâtiment en cônes de bambous plutôt esthétique, en fait une autre destination très attirante si l'on en juge la longueur de la file d'attente, mais ce n'est qu'un supermarché de babioles multicolores.

 

Dans l'allée centrale, une urne dédiée au Népal, rappelle à la réalité. Parmi les plus pauvres du monde, il sollicite la générosité du visiteur qui vient de s'empiffrer de glace à l'italienne, de tartines de Nutella (impossible de ne pas voir les pots géants factices) et de sodas (Coca cola est forcément présent).

 

Dans les parages, le village Save The Children rappelle que les enfants sont les premières victimes des famines et des catastrophes naturelles.

 

Il faut aller du côté des pavillons des interprofessions pour voir l’élaboration d’une réponse à l’énoncé de l’exposition. Reléguée tout au fond du site, l'ONG Slow Food en donne aussi, à grands renforts de photos et de maquettes caricaturales qui interpelle la conscience de chaque «  consommateur gaspilleur ».

 

italie
L'Italie s'abrite dans un bâtiment écologique avec récupération de l'eau pluviale, énergie solaire. ©Traces Ecrites.

Quelques pays cependant, notamment la France et l'Italie, se sont attachés à respecter consciencieusement le cahier des charges. Le pavillon français, œuvre de sept ministères pilotés par FranceAgrimer, s'ouvre sur deux chiffres qui interpellent : sur 7 milliards de terriens, 800 millions sont sous alimentés.

 

A la fois halle de marché et grange, l’édifice que l’on visite tête en l’air passe en revue les richesses de la production agricole française et de l’économie qui découle de notre lien charnel avec la nourriture. Véritable inventaire à la Prévert, des objets et des produits, délivrent un message de qualité gustative et sanitaire, et de confiance dans la recherche scientifique pour réduire le gaspillage, le surplus d’emballages et respecter la saisonnalité des fruits et légumes.

 

L’Italie met en scène un scénario catastrophe dans un superbe bâtiment écologique. Et si la botte sombrait au fond de la Méditerranée, que perdrait le monde ?

 

angleterre
Le Royaume-Uni et son architecture vaporeuse. ©Traces Ecrites.

Supermarché du futur

 

Plus prosaïquement, le pays d'accueil de l'exposition universelle met aussi en scène le supermarché de demain vu par Coop, son enseigne incontournable de grande distribution.

 

Rien de futuriste dans les rayons, que des marchandises que l'on consomme déjà, mais un marketing qui en jette plein la vue : des écrans s'animent quand l'acheteur s'empare d'un produit et lui indiquent le prix à l'unité, au kilo, la composition du produit, son origine et ainsi que les calories et ses incidences sur la santé.

 

Les caisses n'ont plus de caissière ; les Italiens le découvrent tandis que chez nous, sur ce plan-là, aujourd'hui est déjà demain.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Franche-Comté, Bourgogne, exposition universelle, agroalimentaire, Salaisons Sabatier, Vitagora, Seb, Dijon Cérales, Simonin, Algama

Découvrez également les articles associés :

Pourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'OrPourquoi Suez et Engie investissent 18 millions d’euros sur le site régional d'enfouissement des déchets de Drambon, en Côte-d'Or
Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves

1 réponse(s) à "Bourgogne et Franche-Comté s'affichent à l'exposition universelle de Milan"

  1. ferrand gérarddit :

    D'accord avec vous pour dire que seules l'Italie et la France ont bien respecté le thème de l'expo. Par votre intermédiaire, ne peut-on suggérer que le bâtiment français soit installé, même partiellement, à Paris pour le rendez-vous international du climat ?

Commentez !


Combien font "2 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire