La Bourgogne blinde ses canaux

Publié par Traces Ecrites News, le 15 juillet 2010

Patrimoine. Le 9 juillet dernier, la péniche hollandaise «Westropa» accostait à l’écluse de Saint-Victor-sur-Ouche (Côte-d’Or) après un itinéraire de 500 km, empruntant depuis le Luxembourg la Moselle, le canal des Vosges, la Saône et le canal de Bourgogne.

À son bord : 200 tonnes de palplanches, soit la charge de 10 camions, destinées à renforcer les berges des canaux bourguignons dont le conseil régional de Bourgogne assure la gestion à titre expérimental, pour 3 ans, depuis le 1er janvier dernier.

L’initiative, la première du genre en France à cette échelle, devrait déjà permettre de sauvegarder un patrimoine en piteux état, car fuyard et avec beaucoup de berges qui s’effondrent, puis de le restaurer progressivement.

La collectivité territoriale prend ainsi à sa charge (*) le canal de Bourgogne (Saint-Jean-de-Losne -Migennes), le canal du Centre (Chalon-sur-Saône - Digoin), le canal du Nivernais (Decize - Auxerre) et la rivière Seille, de Louhans à la Truchère, dans sa portion canalisée.

Développement touristique et fret de proximité

Elle hérite aussi de 359 personnels d’État, mis à disposition, et de tous les ouvrages d’art nécessaires au bon fonctionnement de ces infrastructures fluviales des 18 et 19 ième siècles : 15 barrages-réservoirs, des ponts-canaux, des tunnels et pas moins de 410 maisons éclusières.

«Nos enfants ne nous pardonneraient pas d’oublier ce pan entier de notre identité locale», martèle François Patriat, le président de région.

L’élu veut donc aller vite. Un service dédié a été constitué et placé sous la direction de Patricia Gaudet. 14,2 millions de travaux sont d’ores et déjà programmés et un schéma directeur de mise en valeur de toutes les activités induites par ces voies d’eau devrait être prêt pour la fin de l’année.

Le développement touristique autant fluvial que «fluvestre», par les véloroutes sur les chemins de halage, est à ce prix. Mais pas seulement !

Un fret de proximité pourrait aussi trouver un judicieux créneau économique. L’agglomération chalonnaise envisage d’acheminer ses ordures ménagères vers son centre de traitement par le canal du centre.

Ailleurs et tout récemment, l’usine PSA de Mulhouse a utilisé la voie d’eau à petit gabarit pour transporter 250 tonnes de disques et moyeux en provenance de la fonderie Sept-Fons, dans le Massif Central, (http://www.tracesecritesnews.fr/?p=618) vers son site de fabrication automobile.

De bonnes idées à encourager !

(*) En bénéficiant d'un transfert de crédits étatiques à hauteur de 9,27 millions d'euros, dont 8,28 millions au titre de l'investissement qui incluent 2 millions du fonds européen Feder.

Crédit photo: conseil régional de Bourgogne - Sergey Rosenblum



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Bourgogne, conseil régional, fluvial, canaux, fret, tourisme

Découvrez également les articles associés :

Bienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectéeBienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectée
Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Au Sud de l’Alsace, Euro3lys, tête de pont de l’ambition économique de Saint-Louis entre France, Allemagne et SuisseAu Sud de l’Alsace, Euro3lys, tête de pont de l’ambition économique de Saint-Louis entre France, Allemagne et Suisse

1 réponse(s) à "La Bourgogne blinde ses canaux"

  1. Michaud-Jeannindit :

    La restauration des canaux et leur utilisation? oui bien sur! voilà un développement durable de haute qualité.Emilie Michaud-Jeannin

Commentez !


Combien font "3 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire