Traces Ecrites News, le club
  • DVF
  • Myral
  • Groupe Seb
  • CEN Group

La bonneterie très « Made in France » de Berthe Aux Grands Pieds

Publié par Didier Hugue, le 24 novembre 2014

atelier_1

 

TEXTILE. La Manufacture Perrin de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), comme son confrère local Monnet, perpétue avec des trésors d’ingéniosité la bonneterie française pur jus et vient de l’exposer au deuxième salon Made in France Expo.

Portrait d’une entreprise dont la marque phare de chaussettes et de collants, Berthe Aux Grands Pieds, est aujourd’hui distribuée dans 1500 points de vente en France et 500 autres à l’étranger.

 

La France n’est pas un pays à bas coût de main d’œuvre et fort heureusement. Alors comment rivaliser avec les textiles asiatiques qui inondent le marché de la bonneterie ? Une recette possible : cultiver son savoir-faire ancestral, innover dans le haut de gamme, vendre au juste prix et convaincre les consommateurs par une politique marketing audacieuse et inventive.

 

chaussetteC’est ce que réalise La Manufacture Perrin, de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), avec ses quatre marques Made in France : La Chaussette Française, Dagobert à l’Envers, Perrin et Berthe Aux Grands Pieds. Cette dernière surtout, imaginée par Régis Gautereau, designer et associé de l’entreprise, fait un carton. Elle est commercialisée dans 1500 points de vente en France, dont deux boutiques en propre à Nantes et Bordeaux, et pas moins de 500 à l’étranger.

 

« Nous ne travaillons que des matières textiles nobles : laine, fil d’Ecosse, soie ou encore cachemire », souligne Franck Couturier, vice-président de l’entreprise et mari de Martine Couturier, qui préside aux destinées de La Manufacture Perrin. Le parc des 78 machines à tricoter, dont certaines trôneraient volontiers dans un musée, produit jusqu’à 6000 paires par jour en 3x8.

 

Grâce à cet outil industriel, dont certains équipements remontent aux années 1930 et 1940, le bonnetier fabrique aussi des gants, des bas, des bonnets et des écharpes. « Nous réinvestissons chaque année en moyenne 150 000 € pour le rénover ou le compléter », explique le dirigeant.

 

Un nouveau magasin d’usine

 

magasin

 

Les productions qui en découlent font le bonheur de tous ceux qui recherchent la qualité, le bon goût et l’originalité. Si l’on enfile des chaussettes Dagobert à l’Envers, on peut tout à fait se tromper de côté car elles sont réversibles. Avec La Chaussette Française, commercialisée dans une centaine de boutiques dont celles de l’Assemblée Nationale et du Sénat, on arbore les couleurs nationales ou celle d’un parti politique.

 

Il paraît que Michel Sapin, l’actuel ministre des Finances et des Comptes publics, en raffole. Sur les 8 millions d’€ de chiffre d’affaires qu’atteint l’entreprise avec une centaine de salariés (6 personnes à la R&D), 10% proviennent de la haute couture : Sonia Rykiel, Dior…, et du spectacle : cinéma (La guerre des Boutons), Opéra de Paris…

 

Bannière anthalys

 

Fondée en 1924, La Manufacture Perrin, labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) depuis 2012, sait aussi convaincre à sa porte. L’actuel magasin d’usine (*), trop petit, laissera place en 2015 à un plus vaste de 500 m2 dans l’esprit des années 1900, moyennant un investissement de 600 000 €.

 

D’autres marques de textile y seront proposées et certains produits alimentaires régionaux aussi. Une salle de réunion sera disponible à la location et tous les mois, des artistes s’y produiront. Comme quoi, il suffit d’avoir des idées.

 

(*) Agréée par l’office du tourisme, l’entreprise se visite les mercredi et vendredi moyennant une entrée à 5 €, remboursée à partir de 50 € d’achat.

 

couturierQui sont Martine et Franck Couturier ?

 

Martine est une pure autodidacte qui, dès ses 18 ans, travaille aux côtés de son père. Franck (49 ans), lui y rentre voilà 20 ans. Musicien, il a également été élevé dans un environnement très entrepreneurial, sa famille exploitant les transports Couturier à Mâcon.

 

Il préside la marque Saône-et-Loire Créative la Bourgogne qui fédère aujourd’hui 100 ambassadeurs.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Saône-et-Loire, textile, chaussettes, Monnet, La Manufacture Perrin, Berthe Aux Grands Pieds, Franck Couturier, Entreprise du Patrimoine Vivant, bonneterie

Découvrez également les articles associés :

A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI
Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier   Le Haut-Marnais GHM, inconditionnel fondu de la fonderie d’art meuble, équipe et agence les villes du monde entier
Le plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienneLe plasturgiste dijonnais Benvic rachète le Polonais Alfa et une start-up italienne
Depuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en OuestDepuis l’Alsace, le groupe familial de construction Rector-Lesage déploie ses bétons d’Est en Ouest

1 réponse(s) à "La bonneterie très « Made in France » de Berthe Aux Grands Pieds"

  1. Francoisdit :

    De très belles chaussettes, bravo pour la fabrication française, le pays à grandement besoin d'entreprises familiales de la sorte, j'ai acheté quelques paires de la marque PERRIN et la Chaussette Française que je trouve fantastiques.

Commentez !


Combien font "10 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire