L’optique visionnaire de Visioptimum avec sa ligne d’usinage de verres correcteurs

Publié par Didier Hugue, le 16 mars 2016

OPTIQUE. Le Jurassien Guy Monnoyeur, développeur à Lons-le-Saunier d’une ligne très innovante d’usinage de verres optiques, compte vendre sa technologie directement à des opticiens regroupés qui ne dépendraient ainsi plus de verriers, dont le numéro un mondial  Essilor.

Visioptimum, la société lédonnienne de cet inventeur, aussi attachant que passionné, entend aussi la proposer à l’international, dans les pays émergents et en Afrique notamment, pour l’implanter près des grands centres de soins.

 

lignedusinagedeverrescorrecteurs
La ligne d'usinage de verres correcteurs que propose la société Visioptimum. ©Traces Ecrites.

 

Guy Monnoyeur, président de Visioptimum, va-t-il réussir son pari assez fou de proposer directement à des opticiens regroupés sa ligne d’usinage de verres optiques ?

 

Et pas n’importe quelle ligne. Car cet inventeur commercialise une technologie innovante qui repose sur plusieurs brevets internationaux.

 

Il opte déjà avec son générateur pour l’usinage à balayage au micron, contrairement à l’usinage en spirales qui peut créer des défauts au centre du verre. Défauts qui contrarient la correction ou les corrections voulues de la vision.

 

banquepopulaire

 

La machine de polissage six axes, avec feutre déformable, qui prend le relai de l'usinage, évite de son côté toute déformation de la surface usinée. Pour le reste de l’équipement, le gravage laser CO2 et le traitement de surface demeurent plus classiques.

 

Un pionnier de l’optique

 

L’équipement se positionne sur un marché dominé par un grand groupe verrier : Essilor, premier fabricant mondial de verres correcteurs, qui a plus que doublé en huit ans son chiffre d’affaires, à 6,7 milliards d’€. Tel David, Visioptimum doit donc éviter toute confrontation frontale et trouver des niches commerciales.

 

Les pays émergents, notamment ceux d’Afrique, en sont déjà une. En France, des regroupements d’opticiens pourraient également en acquérir et réaliser les verres correcteurs dans des délais considérablement réduits et à coût moindre.

 

traitementdesurface
Phase de traitement de surface. ©Traces Ecrites.

 

D’autres professions de santé jouent bien le collaboratif, comme ces 13 laboratoires d’analyses biomédicales de Côte-d’Or qui ont investi dans un plateau technique commun leur permettant d’assurer en interne plus de 96% de leurs analyses.

 

Guy Monnoyeur mise à fond sur cette stratégie. Cet homme de 59 ans, titulaire d’un BTS Instruments d’optique et de précision, décroché au lycée de Morez (Jura) est un pionnier dans l’optique. Employé dix ans chez Bourgeois, il a travaillé à la sortie du premier verre progressif.

 

exercice_illegal_boucle

 

Ses pas le conduisent ensuite dans des sociétés spécialisées dans fabrication de machines ophtalmiques. Grâce à ces expériences, il met au point le polissage des optiques de voiture, puis retourne deux années à ses chères études.

 

« J’ai décroché un diplôme d’ingénieur au CESI de Lyon et c’est là que j’ai eu l’idée de monter Visioptimum », explique Guy Monnoyeur.

 

guymonnoyeur
Guy Monnoyeur, président de Visioptimum. ©Traces Ecrites.


Roger Martin BTP
Article classé dans : Innovation

Mots-clés : Lons-le-Saunier, biens d'équipements, optique, Bourgogne Franche-Comté, Guy Monnoyeur, Visoptimum, verres correcteurs

Découvrez également les articles associés :

Ils innovent  : Btd Systems pour la sécurisation des chantiers de fouille et DTAMedical pour le traitement des plaies difficilesIls innovent : Btd Systems pour la sécurisation des chantiers de fouille et DTAMedical pour le traitement des plaies difficiles
Que devient l’entreprise de l’Yonne RB3D avec ses exosquelettes civils et militairesQue devient l’entreprise de l’Yonne RB3D avec ses exosquelettes civils et militaires
Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est
A Besançon, CRL Ecosolutions s’apprête à transformer les asticots en plastique A Besançon, CRL Ecosolutions s’apprête à transformer les asticots en plastique

1 réponse(s) à "L’optique visionnaire de Visioptimum avec sa ligne d’usinage de verres correcteurs"

  1. Mansouridit :

    Jeune opticienne optométriste installée en Algérie, je cherche un partenaire pour produire le verre optique.

Commentez !


Combien font "9 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire