Traces Ecrites News, le club
  • Gabriel Boudier
  • Roch Constructeur Bois
  • Charlois
  • Les Canalous

L’Intranquille Plazza ou le retour d’une grande librairie à Besançon

Publié par Monique Clémens, le 10 novembre 2015

LIBRAIRIE/FRANCHE-COMTÉ. Trois ans après la disparition de Camponovo, la grande librairie généraliste du centre de Besançon, Michel Mechiet ouvre l’Intranquille Plazza dans l’ancienne chapelle Notre-Dame de Battant.

Le chantier aura duré deux longues années et englouti un budget total de 3,7 millions d’€. Un pari audacieux mais assumé par cet entrepreneur culturel qui s’est entouré d’une équipe de 20 libraires expérimentés.

Et un événement en cette fin d'année qui se solde, un peu partout, par plus de disparitions de librairies que d'installations.

 

lirairiedirigeant
Michel Mechiet a vendu sa librairie de Pontarlier, dans le Haut-Doubs, pour pouvoir investir à Besançon.©Monique Clémens

 

La date a été arrêtée dans le week-end. La librairie ouvrira ce vendredi 13 novembre à 9h30. « Nous pourrions ouvrir dès demain mais nous voulons faire les choses comme il faut », nous confiait vendredi Michel Mechiet, l’initiateur de cette très belle librairie bisontine. Il y a déjà plusieurs semaines que les vingt salariés recrutés travaillent d’arrache-pied à mettre en rayon et classer les quelque 100 000 ouvrages de ce qui s’annonce comme le plus gros projet de librairie indépendante de France de ces dernières années.

 

Un pari osé mais assumé par Michel Mechiet qui n'est pas un nouveau venu dans le métier. Il a commencé sa carrière à la fin des années 70 chez Tschann, une importante librairie de Montparnasse, puis fait ses armes dans quelques Fnac avant de poser ses valises en Franche-Comté, à la librairie Camponovo, dont il fut chargé, par le propriétaire, de créer les antennes de Pontarlier et Morteau puis de piloter la maison mère, à Besançon.

 

Il avait ensuite créé sa propre librairie, l’Intranquille (en référence au Livre de l’intranquillité, de Fernando Pessoa), à Pontarlier, en 2003, qu’il a revendue pour pouvoir investir dans le projet bisontin (*).

 

banquepopulaire

 

librairiehaut
Les travaux ont mis au jour une très belle coupole qui participe à l'ambiance du magasin.©Monique Clémens

Un investissement de 3,7 millions d’€

 

L’investissement total se monte à 3,7 millions d’€. Michel Mechiet a été accompagné par deux banques et soutenu par le CNL (Centre national du livre) et l’Adelc (association pour le développement de la librairie de création), ainsi que par le ministère de la Culture, au titre des Monuments historiques, à hauteur de 40% sur les 550 000 € consacrés à la réhabilitation des lieux.

 

Car la nouvelle librairie bisontine occupera l’ancienne chapelle de Notre-Dame de Battant que les Bisontins ont plutôt connue dans un autre rôle, les lieux ayant longtemps accueilli le cinéma Le Plazza.

 

Le bel immeuble étant vacant depuis de nombreuses années dans la rue des Granges, l’une des plus commerçantes de la Boucle de Besançon. C’est ici que Michel Mechiet a eu envie de développer son projet de grande librairie généraliste, après la liquidation de Camponovo, en 2012, qu’il avait tenté, sans succès, de racheter.

 

 Mais ni lui ni personne ne savait encore quelles surprises le chantier allait lui réserver. La première fut de taille : sur la corniche en pierre de Chailluz (la pierre locale jaune et bleue, très présente dans les rues bisontines), qui soutenait une voûte grillagée faisant office de faux plafond, se cachait depuis 70 ans une très belle coupole qui, aujourd’hui, a retrouvé la lumière.

 

La seconde surprise est venue du sous-sol : la Drac imposant une structure autoportée pour ce bâtiment classé Monument historique, il fallut finalement forer jusqu’à 12 mètres de profondeur pour trouver la roche dure qui allait soutenir toute la librairie. Les incidents techniques avec la foreuse résolus, 60 pieux furent ainsi plantés pour servir de socle à tout l’édifice.

 

Pleinement conscient du risque

 

librairielarge
La nouvelle venue reprend le créneau laissé vacant par Camponovo. ©Monique Clémens.

 

C’est l’architecte Joël Lafly qui a signé l’aménagement réalisé par Bouygues Bourgogne Franche-Comté pour la maçonnerie, avec EG agencement pour sols et peintures, NV Agencement pour les belles armoires sur mesure, et le Dijonnais Sanitel pour le système de ventilation.

 

Dès ce vendredi 13, l’Intranquille Plazza va compléter l’offre bisontine « dans un schéma très classique », estime Michel Mechiet : Besançon a certes perdu deux grosses librairies ces cinq dernières années (Cart et Camponovo), mais subsistent encore Forum (groupe Albin Michel), deux petites librairies indépendantes (Les Sandales d’Empédocle et Siloë), deux autres dédiées à la BD et enfin Cultura, en zone commerciale.

 

La nouvelle venue, dont quatre salariés sont issus de ses rangs, va reprendre le créneau laissé vacant par Camponovo - coulée par son propriétaire : celui d’une grande librairie généraliste avec rayons jeunesse, universitaire, sciences humaines, développement personnel, beaux-arts, littérature, papeterie…

 

Dans un contexte de concurrence accrue d’Internet et des supermarchés, et à l’heure où la Fnac, qui a annoncé maintes fois et en vain sa venue dans la capitale franc-comtoise, se rapproche du groupe Darty, le libraire compte sur ses armes pour se faire une place au soleil : « proximité, choix, conseil, paiement sécurisé… ».

 

exercice_illegal_boucle

 

Son équipe de vingt libraires professionnels devra redonner l’envie aux Bisontins de fréquenter un tel établissement en centre ville, et la période de Noël s’annonce stratégique. « Plus tard, nous ferons des animations internes et externes, il faut que l’Intranquille Plazza soit un lieu vivant, qu’on n’y vienne pas seulement pour acheter des livres. Il faut un vrai projet économique », poursuit l’entrepreneur culturel, qui sait combien il est difficile de dégager un bénéfice dans cette activité.

 

« J’ai positionné le point mort à un tiers des chiffres d’affaires de Camponovo et Cart réunis. Après Noël, j’aurais déjà une idée de la viabilité de ce lieu », ajoute-t-il, pleinement conscient du risque mais plus enthousiaste que jamais, à quelques jours de l’ouverture.

 

A quelques jours aussi de l’ouverture des Passages Pasteur, le centre commercial de 15 000 m2 initié par la ville de Besançon, également dans la Boucle. De quoi rééquilibrer un peu une offre commerciale fragilisée par l’aspiration de centres commerciaux toujours plus vastes en périphérie des villes ?

 

librairieetagesL’Intranquille Plazza en chiffres

 

3,7 millions d'€ d’investissement au total.

2 ans de préparation et travaux.

1 200 m2 de surface de vente.

5 niveaux.

3 kilomètres de rayonnages.

100 000 livres en stock.

330 armoires.

20 salariés.

 

(*) L'Intranquille de Pontarlier a été revendue aux Editions du Belvédère, spécialisées dans les ouvrages régionaux sur le Grand Est et la Suisse Romande et dans les ouvrages sur la nature et la montagne, qui ouvrent là leur premier point de vente.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Besançon, Franche-Comté, Investissement, commerce, librairie, L'Intranquille, Michel Mechiet

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche Le fabricant de forets Diager investit plus de 8 millions dans le Jura et embauche
Ils innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesseIls innovent : Alsafix remplace le ciment par une mousse en polyuréthane et Redberry traque les bactéries à grande vitesse
A Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainieA Nancy, la nouvelle génération désormais aux commandes d’Ateliers Cini profite d’une situation assainie
A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI A 170 ans, Cheval Frères reste l’atout maître du groupe microtechnique IMI

2 réponse(s) à "L’Intranquille Plazza ou le retour d’une grande librairie à Besançon"

  1. Jeromedit :

    Enfin une nouvelle librairie dans le centre ville de Besançon cela fait plaisir. Après le naufrage de Campo novo et la standardisation des librairies "culturelles" en périphérie, je souhaite longue vie à cette librairie indépendante. J'ai hâte d'y aller me promener... ;-)

  2. LAURENTdit :

    Bravo ! Félicitations à cet entrepreneur et à son équipe ! Voilà une très bonne nouvelle pour la ville de Besançon et son agglomération.

Commentez !


Combien font "6 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire