L'essentiel de l'actualité du Grand Est par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 02 décembre 2015

ECO)BREF. Lourde restructuration chez Ciment Renforcé Industries (CRI), en Saône-et-Loire. Rehau investit en Moselle. PSA Sochaux intègre 100 CDI intérimaires. KME sauvée dans les Ardennes. Le port de Gron expédie même des sapins de Noël. Heinenken reconvertit l'ancienne brasserie Fischer. Une rame du tramway de Dijon roule pour le climat.

 

- Un PSE pour 92 des 97 emplois chez CRI à Vitry-en-Charolais.

 

cri 

 

L’usine de Ciment Renforcé Industries (CRI), située à Vitry-en-Charolais en Saône-et-Loire, est victime d’une fermeture plus que partielle. La direction de ce groupe, filiale du Belge Etex (ex-Eternit Group) entame les négociations d’un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui porte sur 92 des 97 emplois.

L’industriel prévoit d’arrêter la ligne de fabrication de plaques profilées (fibres-ciment) ou ondulées destinées au marché des bâtiments agricoles, ainsi que l’atelier de moulage des accessoires. Ne resterait alors plus sur place qu’un petit atelier d’échantillonnage.

 

fibresciment 

 

Cette restructuration, envisagée d’ici à 2017, découle selon une porte-parole de l’entreprise « d’une baisse de 15% des ventes ainsi que d’une concurrence très forte du bac à acier, moins cher et répondant au même besoin, occasionnant une surcapacité de notre production ».

Le site de Vitry-en-Charolais est l’un des quatre qu’exploite CRI, implantée également à Saint-Grégoire, près de Rennes (Ille-et-Vilaine) ; Haulchin, près de Valenciennes (Nord) et Terssac, dans le Tarn. Le fabricant emploie 337 personnes et indique un chiffre d’affaires d’une centaine de millions d’€.

 

- Rehau boucle son investissement de 24 millions d’€ en Moselle.

 

Le site du plasturgiste allemand Rehau à Morhange en Moselle (750 salariés) finalise cette année un investissement triennal de 24 millions d’€ destiné à moderniser ses locaux et son outil de production.

Spécialisée dans la fabrication de profilés PVC pour les fenêtres (70% de l’activité), l’usine d’extrusion produit également des profilés pour les piscines et l’appareillage électrique (goulottes, moulures, etc.).

Construite il y a cinquante ans, elle abrite par ailleurs la division France de ce leader mondial des solutions polymères (19.000 personnes dans le monde).

 

- PSA Peugeot Citroën Sochaux opte pour le CDI intérimaire.

 

montageoptique
Montage d'optiques sur un modèle 308. ©PSA Peugeot Citroën.

 

100 intérimaires embauchés en CDI pour des missions d’une durée de 36 mois au maximum et bénéficiant du smic, prennent jusqu’à la fin de l’année le chemin de l’usine PSA de Sochaux (Doubs). Les 30 premiers viennent d’intégrer les ateliers du constructeur automobile.

Le groupe envisage de signer 300 statuts de ce type sur l’ensemble de ses sites industriels d’ici à 2017, dont une centaine dès l’an prochain pour Mulhouse (Haut-Rhin).

Ces recrutements se font en parallèle avec la venue à Sochaux, programmée en début d’année prochaine, de 300 "vrais" intérimaires pour assurer un pic d’activité lié au succès des ventes de la 308 et au lancement de la remplaçante de la 3008.

 

novium 20150316_1

 

tubesindustrielskme
KME fabrique des tubes industriels dans les Ardennes. ©KME.

- KME sauvée en Champagne Ardenne et en Alsace.

 

La société italienne de transformation de cuivre Intek Group Spa cède l’usine française de tubes de KME à Fromelennes (Ardennes) et celle de barres et profils de cuivre à Niederbruck, en Alsace, au groupe finlandais Cupori (170 salariés, 100 millions d’€ de chiffre d'affaires), leader des tubes de plomberie de cuivre en Europe du Nord.

La fonderie ardennaise dont la fermeture avait été annoncée en juin va conserver 214 emplois et en perdre 49. L’accord signé le 20 novembre prévoit un maintien de KME au capital à hauteur de 40% pendant trois ans.

Seul point d'inquiétude pour les syndicats, selon l’AFP : la réputation controversée de Mirko Kowats, le P-DG de Cupori qui a eu des démêlés avec la justice après la faillite retentissante en 2010 de son empire industriel A-Tec Industries, qui employait 10 000 personnes, notamment en France, avec le fabricant de cuivre Gindre et celui de machines-outils Berthiez. KME possède également un centre de découpe à Besançon qui n’est pas concerné par le changement d’actionnaire.

 

- Yonne : le port de Gron expédie des sapins de Noël sur Paris.

 

portdegron
©Tessa Charvet/CCI Yonne.

 

L’infrastructure portuaire implantée en bordure de la rivière Yonne, près de Sens, a trouvé avec les sapins de Noël un nouveau produit à expédier de sa plate-forme de 20 000 m2. Pas moins de 130 spécimens, en provenance de l’entreprise nivernaise Daniel et Jean-Pierre Brizard située à Planchez-en-Morvan, ont pris la direction de capitale, à destination de la ville de Paris.

Ce contrat prouve toute l’efficacité de ce mode doux de transport pour des produits pondéreux ou encombrants, se félicite LogiYonne, la société exploitante du port créée en 2010.

Elle affiche d’ailleurs une activité en hausse constante, avec un chiffre d’affaires de 4,6 millions d’€ en 2014, et le transport de notamment 6000 conteneurs EVP et 150 colis industriels. Il n’était que de 2,8 millions en 2013.

 

look

 

fischer
Visuel d'intention non définitif, Cabinet d'Architectes - Urbanistes - Reichen & Robert.

- L’ancienne brasserie Fischer reconvertie.

 

Le groupe Heineken confie au promoteur Altarea Cogedim la reconversion des 4 ha des terrains de l’ancienne brasserie Fischer à Schiltigheim, dans l’agglomération de Strasbourg. Le cahier des charges a été défini avec la Ville et Strasbourg Eurométropole.

Le bâtiment emblématique de la malterie sera préservé au cœur d’un nouveau quartier, « véritable morceau de ville avec une diversité des usages et des fonctions : des logements, des services, des loisirs, du commerce et des équipements publics », précise Altarea Cogedim dans un communiqué.

Heineken qui emploie 193 personnes dans cette ville de la périphérie de Strasbourg, va restaurer en 2016 la Fischerstub, le restaurant attenant à la malterie situé au 5 route de Bischwiller, dans le cadre d’un programme d’investissement de son unité de production de 10 millions d’€.

Altarea Cogedim est également le promoteur de Wacken Europe, le quartier d’affaires international de Strasbourg.

 

- Dijon : une rame de tramway clin d'oeil à la COP21.

 

ramecop

 

Cette rame, rhabillée aux couleurs du climat, circulera pendant plusieurs semaines sur les deux lignes du tramway de Dijon qu'empruntent chaque jour par 85 000 passagers.

En trois ans, grâce à ses 33 rames de tramway et à sa flotte de 102 bus hybrides, le réseau Divia chiffre la baisse de ses rejets de gaz à effet de serre à 30 %.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dijon, transport fluvial, Franche-Comté, Bourgogne, Alsace, Yonne, Saône-et-Loire, Doubs, tramway, Champagne-Ardenne, Lorraine, Sochaux, logistique, plasturgie, Strasbourg, Sens, Logiyonne, PSA Peugeot Citroën, restructuration, Moselle, PSE, port de Gron, cuivre, KME, COP21, Ciment Renforcé Industries, Rehau, Heinenken, Ardennes, Altarea Cogedim

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "6 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire