L'essentiel de la semaine

Publié par Traces Ecrites News, le 06 novembre 2015

ECO)BREF. CM-CIC Investissement au capital des cassis Gabriel Boudier. L’Alsacien Poulaillon en bourse. Le très haut-débit, au coeur de la campagne des régionales en Bourgogne Franche-Comté. Le Lorrain Lhuillier Seyer devient Vitrages isolants de l'Est. En Champagne Ardenne, la Faïencerie de Sarregumines ne renaîtra pas sous forme d'une Scop. Jean-Pierre Spadone, président de l'école de la 2ème chance de Belfort. Bilan du salon Vinidivio.

 

- CM-CIC Investissement entre au capital des cassis Gabriel Boudier.

 

boudier_2
Dans les ateliers du liquoriste Gabriel Boudier à Dijon. ©Boudier.

 

La maison familiale de crème de cassis de Dijon et liqueurs accueille CM-CIC Investissement, filiale du Crédit Mutuel et de CIC, dans son capital. Selon François Battault, président du directoire, l’apport en fonds propres de 1,7 million d’€ de la société de capital risque permet de maintenir un actionnariat familial après le départ à la retraite en février dernier, de son frère aîné, Jean. Cette participation représente 38% de l’actionnariat de la holding qui contrôle l’entreprise.

 

Le liquoriste implanté à Dijon depuis 1874 emploie 57 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 13 millions d’€. La part à l’export ne cesse de progresser, de 35% il y a deux ans à 58% cette année. François Battault, président du directoire et Yves Battault, président de la holding Battault Frères veulent encore renforcer leurs positions à l’international, notamment en mettant en avant la marque Boudier et se développer en France sur le segment CHR (hôtellerie-restauration).

 

Comme toute société de capital risque, CM-CIC Investissement a vocation à se retirer à terme. Rendez-vous est donné dans sept ans. Cette parenthèse permet aux dirigeants actuels de préparer leur succession qu’ils espèrent trouver dans la famille.

 

Fabrice Gillotte

 

- L’Alsacien Poulaillon entre en bourse.

 

Le groupe familial de boulangerie et de restauration rapide implanté à Wittelsheim, près de Mulhouse, a fait son entrée en bourse, hier 4 novembre, sur le marché Alternext à Paris. Le boulanger qui s’est diversifié dans le snacking avec la Moricette®, un produit à base de pâte à bretzel, ainsi que le service traiteur, lève 10 millions d’€.

 

Le groupe qui a réalisé 45,5 millions d’€ de chiffre d’affaires en 2014 et table sur 54 millions en 2015, se donne des moyens supplémentaires pour financer ses investissements à l'horizon 2018 : installation d'une nouvelle ligne de fabrication, multiplication des points de vente (36 aujourd’hui dans l’Est et en Rhône-Alpes) et  diversification dans l’eau minérale. En juillet dernier, l’entreprise a en effet racheté la source de Velleminfroy (Haute-Saône) et son unité d’embouteillage.

 

banquepopulaire

 

- Très haut-débit : la surenchère des candidats aux régionales en Bourgogne Franche-Comté

 

En matière d’aménagement du territoire, l’accès au très haut-débit pour les entreprises de la future Bourgogne Franche-Comté, c’est un enjeu que les deux principaux candidats de droite et de gauche n’ont pas oublié.

 

Au débat organisé par les Medef de Bourgogne et Franche-Comté, lundi soir à Dole (Jura), et auquel assistaient plus de 150 chefs d’entreprises, le sujet est revenu plusieurs fois sur la table. Ainsi, lorsque François Sauvadet, le candidat UDI-Les Républicains, a accusé la présidente sortante de la région Franche-Comté de jouer « petits bras » en la matière, celle-ci n’a pas manqué de réagir.

 

« Ce n’est pas un sujet de clivage entre nous ; il n’y a pas de vie économique sans très haut-débit, nous en sommes tous convaincus », a répondu la socialiste Marie-Guite Dufay en rappelant que 135 millions d’€ étaient investis en ce moment en Franche-Comté pour accompagner le déploiement de la fibre optique. « 135 millions d’€, ce n’est pas “petits bras et nous avons participé à la réalisation d’une dorsale numérique qui permet aux chefs d’entreprise d’être raccordé au Web mondial à des coûts jusqu’à 8 fois inférieurs aux coûts habituels », ajoute t-elle.

 

En 2012, parallèlement à la création du datacenter Neoclyde à Besançon, les collectivités avaient en effet participé au raccordement de la boucle locale en fibre optique (le Réseau Lumière) aux autoroutes de l’information, soit 800 gigabits de connectivité vers Lyon et Strasbourg, un  réseau auquel se raccordent peu à peu d’autres agglomérations franc-comtoises.

 

Insuffisant, juge François Sauvadet, qui veut relancer la croissance par l’investissement et parle de doubler l’enveloppe numérique. « Si je suis élu, je créerai dans les trois mois une société publique locale avec les départements pour commercialiser la fibre que nous aurons développée. Et s’il faut emprunter massivement à la Caisse des Dépôts, nous le ferons », assure t-il.

 

novium 20150316_1

 

- Reprise par Riou Glass, Lhuillier Seyer devient Vitrages isolants de l'Est.

 

Placée en liquidation judiciaire, la société Lhuillier Seyer à Cirey-sur-Vezouze (Meurthe-et-Moselle) est reprise par le groupe Riou Glass (Eure). Spécialisée dans la fabrication de vitrages isolants, la découpe, le façonnage, le négoce et la pose de produits verriers, l'entreprise lorraine change d'identité pour devenir Vitrages isolants de l'Est (VIE).

 

Elle devient le 18ème site de fabrication du groupe familial normand (900 personnes, 120 millions d’€ de chiffre d'affaires). Pour le repreneur qui conserve 25 des 45 salariés, cette acquisition est l’opportunité de se développer dans une région où Riou Glass n’était pas présent.

 

foire

 

- SB Ceramic ne renaîtra pas sous forme d’une Scop.

 

Les anciens salariés de SB Ceramic, plus connue sous le nom de Faïencerie de Sarreguemines, ne relanceront pas l’activité de leur entreprise, liquidée cet été. L’offre de rachat du matériel et du stock de la société néerlandaise North Stocks a été préférée par le liquidateur.

 

Selon le journal L’Union, les Néerlandais ont mis plus de 600 000 € sur la table. Soutenus par la CCI de Chalons-en-Champagane et l’Union régionale des Scop, huit salariés avaient l’intention de créer une Scop pour relancer la fabrication de sanitaires en en grès émaillé. L’entreprise de Vitry-le-François (Marne) avait déjà changé de mains en août 2014 suite à un redressement judiciaire. La concurrence de la résine et des composites expliquerait la faillite.

 

look

 

spadone_1
Jean-Pierre Spadone dans sa métallerie. ©Pierre-Yves Ratti.

- Jean-Pierre Spadone, président de l'école de la 2ème chance de Belfort.

 

Le nouveau président de l'école de la 2ème chance (E2C), Jean-Pierre Spadone, dirigeant de la métallerie Axone-Spadone dans le Territoire de Belfort et son directeur, Gérard Peroz, souhaitent élargir l'éventail des entreprises d'accueil, afin de multiplier les métiers proposés aux stagiaires.
Chaque année, plus de 130 personnes sans qualification passent par cette école afin de reprendre les « savoirs socles » et construire un projet professionnel. Quelques 350 sessions d'immersion en entreprise sont organisées : un moment-clé du parcours des stagiaires qui leur permet de confirmer (ou non) leur objectif professionnel.

L'E2C envisage de créer une antenne à Grand-Charmont, près de Montbéliard, avec le soutien de la Région Franche-Comté, du FSE (fonds social européen) et de Pays de Montbéliard Agglomération. De 30 à 70 stagiaires pourraient y être accueillis.

 

 - Les organisateurs satisfaits de la nouvelle édition de Vinidivio.

 

Avec une fréquentation en hausse de 5% par rapport à l’an dernier, le salon Vinidivio organisé parallèlement à la foire gastronomique de Dijon, poursuit sa progression, indique DijonCongrexpo, l'organisateur de cette 3ème édition qui vient de fermer ses portes.

Dédiée aux vins du Chili, elle a proposé aux visiteurs 80 vins à la dégustation provenant de 20 domaines tenus par des viticulteurs qui, pour la plupart, ont démontré que la maîtrise d'une langue étrangère (en l'occurence celle de Molière) était un atout commercial incontournable pour conquérir des marchés à l'export.

D'excellents contacts ont été noués avec les restaurateurs et des cavistes français, nous ont assuré plusieurs d'entre eux. Ceux qui réussiront le plus facilement à prendre place sur nos tables sont certainement les lauréats du concours organisé par un jury de sommeliers français et dont les récompenses ont été remises, lundi 2 novembre au soir, à la maintenant traditionnelle Paulée de Dijon, au cellier de Clervaux.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dole, Territoire de Belfort, Franche-Comté, Bourgogne, Côte-d'Or, Alsace, Belfort, Mulhouse, très haut débit, Boudier, Champagne-Ardenne, Lorraine, vins, bourse, Cassis de Dijon, filière farine, Vinidivio, Axone-Spadone, Marne, Réseau Lumière, élections régionales, CM-CIC Investissement , Poulaillon, Lhuillier Seyer, Vitrages isolants de l'Est, SB Ceramic, Neoclyde, Riou Glass, industrie du verre, North Stocks , Faïencerie de Sarreguemines, école de la 2ème chance, Paulée de Dijon, Jean-Pierre Spadone

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de Champagne vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Champagne vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Bourgogne vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Bourgogne vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "1 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire