L'essentiel de la semaine

Publié par Traces Ecrites News, le 11 juin 2015

ECO)BREF. Plan de sauvetage du CFA La Noue à Dijon. La Haute-Saône bon payeur. Les nouvelles IGP de l'Est. Horizons Alsace Chimie devient Junior Entreprise. Parisot connecte ses bureaux. Les usines Eiffage Construction Métallique ferment en Franche-Comté et Lorraine. 21 nouvelles éoliennes en Côte-d'Or.

 

- La CGPME sauve et relance le CFA La Noue.

 

cfalanouecarrosserie 

 

Le centre de formation d’apprentis La Noue, situé dans l’agglomération dijonnaise, revient de loin. Déjà restructuré en 2010 suite à une situation financière très déficitaire, il traînait toujours un passif d’un million d’€ sur un budget global de 8 millions.

Le versement de 1000 € par apprenti, décidé par l’Agefa PME, soit plus d’1,3 million d’€ par an, lui offre une véritable bouffée d’oxygène. Cet organisme, créé en 1993 par la CGPME pour promouvoir l'enseignement professionnel et l'apprentissage, collecte notamment la taxe d’apprentissage pour le compte de ce syndicat patronal. La somme sera redistribuée via la CGPME Bourgogne et la CGPME Côte-d’Or que président respectivement Olivier Tricon et Benoît Willot, ardents défenseurs du projet.

« Il s’agit d’un plan de sauvetage, mais aussi de relance, car nous allons pouvoir apurer notre dette et de nouveau investir en respectant la règle de 20% d’autofinancement prévu au titre du Programme d'Investissements d'Avenir (PIA) », indique Gérard Morice, président du CFA. Et justement un vaste chantier de 24 millions d'€ va être engagé en trois phases et conduit sur cinq ans.

 

cfalanoue

 

Dès le 24 juin prochain sera lancée l’opération de rénovation des deux immeubles d’hébergement pour 6 millions d’€. Viendra ensuite, pour 4,7 millions, la restructuration et l’agrandissement du bâtiment d’accueil et du pôle numérique. « Nous consacrerons les 13 millions restants à remettre à niveau tous nos locaux pédagogiques et doter le CFA d’un gymnase », précise Alain Tomsczak, le directeur.

Le CFA La Noue forme des apprentis en hôtellerie, restauration, fleuristerie, coiffure, commerce, métiers de bouche (boulangerie, boucherie et charcuterie), optique et automobile (carrosserie, mécanique et peinture). Il accueille 1418 personnes en ce moment, en comptant les stagiaires de la formation continue.

 

- Le département de la Haute-Saône est un très bon payeur.

 

Au 31 mars, le visa de la paierie place la Haute-Saône, présidée par Yves Kratinger, parmi les départements les meilleurs payeurs. Son délai de règlement s'établit en moyenne à 12,34 jours avec une marge d'erreur de 1%. La moyenne nationale des conseils départementaux est de 25,10 jours.

Beaucoup d'entreprises pourraient s'en inspirer indépendemment de la loi LME qui dispose depuis le 1er janvier 2009 que le délai convenu entre les parties pour régler les sommes dues ne peut dépasser, soit 45 jours fin de mois, soit 60 jours calendaires à compter de la date d'émission de la facture.

 

look

 

- Les nouvelles indications géographiques protégées (IGP) de l'Est.

 

rocamat
Carrière de Comblanchien exploitée par Rocamat ©Marie Vollot.

 

Les produits manufacturés ont désormais leur indication géographique protégée (IGP) attribuée jusqu'ici uniquement aux produits alimentaires. Dans l'Est : la pierre de Bourgogne, le linge des Vosges, le cristal de Lorraine, la pince maillée de Montécheroux (Doubs), la boîte de montre de Damprichard (Doubs), la pipe de Saint-Claude (Jura), le couteau de Nogent (Aube), la tuile de Pontigny (Yonne), l'horloge de Franche-Comté, le tavaillon, la faïence de Nevers, les poêles et les poteries d'Alsace... sont autant de productions traditionnelles parfois du ressort d'une seule entreprise.

La liste complète ici publiée par Les Echos.

Prévue par la loi Consommation du 17 mars 2014, cette extension des indications géographiques aux produits manufacturés et ressources naturelles est entrée en vigueur le 3 juin. Un cahier des charges autorisera l'apposition du label.

 

- Horizons Alsace Chimie devient Junior Entreprise.

 

L'association étudiante Horizons Alsace Chimie obtient le label Junior Entreprise. Créée et entièrement gérée par des élèves ingénieurs de l'Ecole nationale supérieure de chimie de Mulhouse, elle propose des prestations dans le domaine de la chimie.

« Nous travaillons en collaboration avec les enseignants-chercheurs et les laboratoires du campus universitaire, ce qui nous permet d'avoir accès à de la technologie de pointe pour répondre à la demande », explique Julie Renner, sa présidente. Pour les entreprises éventuellement intéressées : Horizons Alsace Chimie,
 3 rue Alfred Werner,
 68093 Mulhouse. hac.enscmu@gmail.com

 

ridy

 

- Parisot lance des bureaux connectés.

 

Choisi par le distributeur La Camif dans son tour de France destiné à promouvoir le Made in France et dont il est l'un des fournisseurs, le fabricant de meubles de Haute-Saône va prochainement mettre en fabrication deux bureaux connectés. Les prototypes ont été présentés hier 10 juin à l'usine de Saint-Loup-sur-Semouse. Ils seront commercialisés à la rentrée 2015, en  attendant l’arrivée d'un dressing innovant, promet Meubles Parisot.

 

 

parisotbureau

 

 

- Fermeture des usines Eiffage Construction Métallique en Franche-Comté et en Lorraine.

 

Dans le cadre du plan de restructuration de son activité Métal, Eiffage Construction Métallique d'Etupes, dans le Pays de Montbéliard (Doubs), et de de Maizières-les-Metz (Moselle) vont fermer. Elles emploient respectivement 30 et 89 salariés.

Selon les syndicats, toutes les fabrications de structures « un peu compliquées » seraient conservées à Lauterbourg (Bas-Rhin). Le plan social porte sur 268 postes ; les premières négociations auront lieu vendredi.

Le chiffre d'affaires de l'activité métal d'Eiffage a baissé de 2,2 % en 2014, pour s'établir à 894 millions d'€.

 

novium 20150316_1

 

- Un nouveau parc de 21 éoliennes en Côte-d'Or.

 

Le franc-comtois Opale Energies Naturelles vient d'obtenir le permis de construire 21 mâts éoliens et 7 postes électriques de livraison, au nord-est de la Côte-d'Or. D'une puissance totale de 63 mégawatts (MW) pour une hauteur en bout de pale de 175 m, le parc "Entre Tille et Venelle" situé sur les communes de Avelanges, Villey-sur-Tille, Marey-sur-Tille et Selongey, devrait être en travaux au second semestre 2016.

Le permis de construire de 2 éoliennes à Crecey-sur-Tille, situées à 1 km d’un quartier pavillonnaire de Selongey en cours d’urbanisation, a été refusé (la réglementation impose une distance minimum de 500 m).

En Bourgogne, le Schéma régional Éolien (SRE), approuvé en juin 2012, fixe un objectif de 1 500 MW d’ici à 2020. A la fin avril 2015, on comptait 279 MW raccordés, dont 141,6 MW pour la Côte-d’Or (72 mâts).

Installé à Fontain, près de Besançon, Opale Energies Naturelles déclare sur son site Internet avoir à son actif 500 MW de permis de construire dans l’éolien, dont 350 déjà construits ou en cours de construction.

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Franche-Comté, Bourgogne, Alsace, énergie éolienne, Haute-Saône, CGPME, Lorraine, Parisot, ameublement, Pierre de Bourgogne, Rocamat, conseils départementaux, CFA La Noue, Horizons Alsace Chimie, Eiffage Construction Métallique, Opale Energies Naturelles

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "2 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire