Traces Ecrites News, le club
  • PMS Industrie
  • Synercom France
  • Rougeot
  • Myral

L'essentiel de la semaine

Publié par Traces Ecrites News, le 14 janvier 2015

ECO)BREF. 50 millions d’€ d’investissement à l’Euroairport Bâle-Mulhouse. Projectec Environnement devient Tecta. Duc poursuit son désendettement. La Cuisine Estredia certifiée 14 0001. B2S Chalon et Lagrost, lauréats du Prix France Qualité Performance. CellProthera, lauréat du Prix UBISTART 2014. L'équipe cycliste Bretagne Séché-Environnment choisit comme équipementier Look. Un tissu industriel supérieur à la moyenne en Champagne-Ardenne.

 

- 50 millions d’€ d’investissements à l’Euroairport Bâle-Mulhouse.

 

euroairport_1
Le terminal Cargo récemment inauguré. ©Christian Robischon.

L’Euroairport de Bâle-Mulhouse programme 50 millions d’€ d’investissements en 2015. Au menu : le démarrage de la construction, en fin d’année, d’un parking-silo de 2 500 places en réponse à la croissance du trafic, l’extension du bâtiment de tri des bagages, le réaménagement de l’ancien bâtiment de fret cargo en une halle dédiée au fret express qui s’engagera dans la foulée de la mise en service le 26 janvier prochain du nouveau terminal cargo.  Celui-ci exerce déjà son effet positif sur le trafic fret, qui a augmenté de 5 % l’an dernier, à 98 000 tonnes. Une nouvelle progression de 19 % est attendue cette année.

Beau temps aussi sur le trafic passagers : à 6,5 millions de passagers, il a établi son nouveau record en 2014. La croissance annuelle de 11 % a été la plus forte parmi les aéroports de la taille de l’Euroairport en Europe.

Le motif de déception de 2014 vient du dossier du raccordement ferroviaire de l’Euroairport : il n’a que très peu avancé. Les études d’avant-projet pour 4,6 millions d’€ restent dans les starting-blocks, dans l’attente de la confirmation de la participation financière de l'Etat français.

 

- Projectec Environnement devient Tecta.

 

Le rapprochement des bureaux d'ingénierie Projetec Environnement à Beaune (Côte-d'Or) et Viatec à Annecy (Haute-Savoie) donne naissance à Tecta, qui pèse désormais environ 5 millions d'€ de chiffre d'affaires avec 54 salariés.

La fusion des équipes cogérées par cinq cadres débouche sur le maintien de représentations physiques à Beaune, Annecy, Lyon, Montpellier et Nîmes avec des compétences complémentaires. L'une des spécialités de Projetec Environnement né à Beaune en 1991 était la conception d'équipements de tri des déchets. Quatre chantiers sont en cours dans ce domaine, à Dijon, Besançon, Lons-le-Saunier (Jura) et Scherwiller en Alsace. Viatec était principalement positionné sur les infrastructures.

La nouvelle dimension de la société lui permet de proposer « une offre globale d'ingénierie pour des opérations d'aménagement de taille supérieure, auprès des architectes, paysagistes, promoteurs et aménageurs », indique Philippe Kaczmarek, co-gérant, basé à Beaune.

 

- Duc poursuit son désendettement.

 

Le groupe volailler de Chailley (Yonne) poursuit ses pourparlers en vue d’un accord avec l’ensemble de ses créanciers pour surmonter les difficultés rencontrées, indique un communiqué du groupe coté sur Euronext Paris™.

« La société a d’ores et déjà obtenu de son principal créancier, représentant 80 % du total du passif, un moratoire sur ses dettes d’une durée de sept ans, au cours duquel les remboursements seront très progressifs ». Elle apportera des précisions à la fin du premier trimestre, en même temps qu'elle publiera ses résultats 2014. En 2013, Duc a réalisé un chiffre d'affaires de 201,25 millions d'€, mais avec un résultat net négatif à - 5,22 millions.

Le groupe bourguignon possède dans l'Est, deux sites d'abattage et de découpe de poulets à Chailley (Yonne), son berceau d'origine et deux couvoirs à Charolles (Saône-et-Loire). CellProthera, lauréat du Prix UBISTART 2014

 

- La Cuisine Estredia certifiée 14 0001.

 

La Cuisine Estredia (110 salariés) à Saint-Rémy (Haute-Saône) annonce l'obtention de la certification 14 001. Le Système de Management mis en place dans la cuisine centrale vise une réduction des ressources (eau, électricité, carburant) et un recyclage des déchets. La réutilisation des eaux du process de production pour le lavage des camions et des conteneurs à déchets devrait faire économiser 10 à 13 m3 d'eau potable par mois. De nouveaux équipements (lave-batterie, cuiseur à féculents) impactent également la consommation d'eau de 9m3 par jour et la réorganisation des tournées de livraison réduit le carburant à moins de 15 litres au 100 km. L'industriel a également isolé ses locaux et revu son système de gestion du froid.

Filiale du groupe Compass (1,19 milliards de chiffre d'affaires en 2013), Estredia fabrique 10 000 repas par jour pour la restauration collective (scolaire, médicale et entreprises) dans l'Est : Côte-d'Or, Doubs, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Haut-Rhin, Haute-Saône, Vosges, Territoire de Belfort.

 

- Les bourguignons B2S Chalon et Lagrost, lauréats du Prix France Qualité Performance.

 

b2s
Les locaux du centre d'appels B2S à Chalon-sur-Saône. ©B2S.

 

Spécialisé dans la relation clients, le centre d’appels B2S à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) qui emploie 400 personnes remporte le trophée des bonnes pratiques dans la catégorie grandes entreprises (ETI). B2s Chalon se voit récompenser pour des performances durables obtenues par la mise en place de procédures qualité et par leur suivi au quotidien par l’ensemble du personnel.

 

Lagrost, fabricant d’aliments pour animaux, basé à Cherizey (Saône-et-Loire) remporte quant à lui le prix PME. L'entreprise familiale (environ 15 millions d'€ de chiffre d'affaires, 35 salariés) s'est dotée des certifications ISO 9001, 14001 et 22000 pour le suivi de la qualité, la sécurité alimentaire et celle des personnels.

Le Prix France Qualité Performance est organisé chaque année par la direction générale des Entreprises et l’association France Qualité Performance, avec deux étapes : régionale puis national

 

- CellProthera, lauréat du Prix UBISTART 2014 pour son approche singulière du traitement de l’infarctus du myocarde sévère.

 

La biotech alsacienne CellProthera a mis au point une technique de régénération structurelle et fonctionnelle de la lésion cardiaque post-infarctus, sous la forme d'un greffon de cellules souches, directement dans la lésion cardiaque. Le début de l’essai clinique phase II (à l'échelle internationale) est imminent.

Ce prix est organisé sous l’égide d'UbiFrance et de la Galien Foundation basée à New York. Dans un communiqué, les dirigeants Philippe Hénon et Jean-Claude Jelsch, respectivement président et directeur général, estiment que ce prix est « un véritable passerelle vers le marché nord-américain ». CellProthera travaille déjà avec une société californienne, Biocardia, qui fabrique les cathéters nécessaires à la réinjection intra-cardiaque des greffons cellulaires produits par ses automates.

 

velolook

 

- L'équipe cycliste Bretagne Séché-Environnment choisit comme équipementier Look.

 

La société nivernaise Look Cycle, présente dans le peloton professionnel depuis trente ans, a conclu un partenariat qui permettra aux coureurs de Bretagne-Séché Environnement (BSE) de rouler dès le début de la saison 2015 sur le 795.
Le dernier vélo issu des technologies Look, aboutissement en terme d’intégration, d’aérodynamisme et de légèreté, équipera au moins jusqu’à la fin 2016, la formation dirigée par Emmanuel Hubert qui a participé à son premier Tour de France l'an dernier. Look Cycle était déjà partenaire de Bretagne-Séché Environnement ces dernières saisons pour la fourniture des pédales.

Look Cycle (45 millions d'€ de chiffre d'affaires, 180 collaborateurs à Nevers) poursuit donc son aventure au plus haut niveau routier, entamée au milieu des années 80 auprès notamment de Bernard Hinault et Greg LeMond. " C’est indispensable pour une entreprise comme la nôtre en terme d’image bien entendu, mais aussi d’exploitation du laboratoire grandeur nature qu’est le circuit pro, et qu’aucun test, aussi poussé soit-il, ne pourra jamais remplacer ", indique Dominique Bergin, président de Look.

 

- Un tissu industriel supérieur à la moyenne en Champagne-Ardenne.

 

Malgré 51 000 emplois perdus au cours des vingt dernières années, la région Champagne-Ardenne a conservé un tissu industriel plus dense que la moyenne nationale : 16,6 % de l’emploi relève de l’industrie, soit 3,7 points de plus qu’en France métropolitaine. C’est ce que révèle une étude de l’Insee parue en octobre 2014 sur la période 1990-2011.

Très différent de celui de l’Hexagone, le secteur industriel reste très spécialisé dans la métallurgie et le textile, malgré les mutations et les crises économiques. Il est aussi marqué par le poids des industries agroalimentaires, qui génèrent 4,5 % de la valeur ajoutée régionale. Seule la Bretagne, avec 4,7 %, fait mieux. Le champagne est par exemple le 1er poste exportateur de la région.

Cette surreprésentation des IAA est le reflet d’une agriculture puissante, qui concentre 6 % des emplois, contre 2,5 % en France.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Franche-Comté, Bourgogne, Alsace, Chalon-sur-Saône, Mulhouse, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Nièvre, Euroairport Bâle-Mulhouse, Champagne-Ardenne, agroalimentaire, Cellprothera, biotech, B2S, Look Cycle, Projectec Environnement, Tecta, Cuisine Estredia , Lagrost

Découvrez également les articles associés :

Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites NewsBrèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites News
Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "5 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire