Traces Ecrites News, le club
  • Les Canalous
  • Synercom France
  • Domaine Faiveley
  • CLEIA

L'essentiel de l'actualité en Bourgogne vu par Traces Ecrites News

Publié par La Rédaction, le 03 octobre 2018

BRÈVES BOURGOGNE. La Bourgogne viticole dévoile ses deux premières cités des vins à Chablis et à Mâcon. Stockage 24 by Local Company, s’implante sur le parc d’activités de Beauregard à Dijon. Un projet  de démantèlement des trains Corail au port de Pagny.  Sylvain Coulon, le collaborateur dont pourrait rêver tout employeur. Isabelle Brouté remplace Pierre-Yves Scheer au directoire de la Caisse d'Épargne de Bourgogne - Franche-Comté. 22 nouveaux experts-comptables prêtent serment.

 

• Le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne dévoile ses cités des vins.

 

Elles se situeront à Chablis (Yonne) et à Mâcon (Saône-et-Loire) et sont à chaque fois la conception d’architectes locaux, faisant ainsi mentir l’adage que l’herbe est toujours plus verte ailleurs dans les jurys de concours.

 

citedesvinschablis
© Atelier Correia Architectes & Associés / BIVB.

 

A Chablis, l’Atelier Correia Architectes & Associés, de Saulieu (Côte-d'Or), aux portes du Morvan, signe l’extension, la réhabilitation ainsi que l’aménagement des espaces extérieurs du Petit Pontigny, le cellier de l’abbaye de Pontigny datant du 12ème siècle.

Comme toujours chez ce maître d’œuvre, la qualité des matériaux priment et se marient pour donner une aile nouvelle faite en pierre, zinc et bois. Pas moins de 46 cabinets concourraient à cette réalisation d’un coût global de 2,2 millions d’€ pour 950 m2. Quelques 40.000 visiteurs sont attendus à l’ouverture au printemps 2021.

 

citedesvinsmacon
© RBC Architecture / BIVB.

 

A Mâcon, les régionaux de l’étape, RBC Architecture, associé à ACL Architecte, proposent d’ériger au cœur du site de la maison des vins actuelle, une tour de 17 mètres en forme de vis rappelant celles sans fin des pressoirs.

Un bâtiment courbe sur deux niveaux, jouant sur la transparence, entoure cet axe central et desservira une partie d’un ancien bâtiment administratif. Ils étaient 54 cabinets de maîtrise d’oeuvre à postuler pour ce projet de 3,9 millions d’€ et 1.900 m2. Environ 50.000 visiteurs sont attendus à l’ouverture au printemps 2021.

 

Quant à la cité mère des vins de Beaune, elle a pour maître d’ouvrage la ville qui travaille à un projet plus vaste avec hôtel, halle de réception et restaurant éphémère. On n’en dira, hélas, pas plus faute d’informations, mais il serait acté que les trois cités ouvriront en même temps. D.H.

 

LCR

 

• Stockage 24 by Local Company, première entreprise à s’implanter sur le parc d’activités de Beauregard à Dijon

 

stockagebox
Un exemple de cellule de 70 m2 pour le garage de véhicules. © Stockage 24

 

L’aménagement par la Société Publique d’Aménagement de l’Agglomération Dijonnaise (SPLAAD ), de la première tranche du parc d’activités de Beauregard, sur les communes de Longvic et Ouges, au sud-est de l’agglomération de Dijon, ne sera achevée qu’en fin d’année.

L’entreprise Stockage 24 by Local Company de Millery (Meurthe-et-Moselle) a d'ores et déjà réservé une parcelle de 5.000 m2 pour y bâtir un ensemble de bâtiments de 2.800 m2 comprenant des boxs de 28 à 110 m2 pour les artisans, et un module baptisé « Factory » de l’ordre de 150 m2 comprenant un entrepôt et des bureaux.

Le conseil communautaire de Dijon Métropole a donné son accord le 27 septembre 2018 pour une cession au prix de 45 € H.T. le m2 de terrain. C.P.

 carrefourdesmaires

 

• Un projet d’installation de démantèlement trains Corail au port de Pagny


L’enquête publique relative à une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE) est close depuis le 1er octobre 2018. La société DI Environnement de Montélimar (Drôme) souhaite implanter sur le technoport de Pagny (Côte-d’Or), établi sur la Saône, un centre de démantèlement de véhicules ferroviaires réformés par la SNCF.
L’activité consistera à désamianter les wagons des trains Corail et récupérer les autres matériaux, notamment la ferraille qui sera acheminée par la voie d’eau vers le port de Fos-sur-Mer à destination d’aciéries du sud de l’Europe. Le centre de démantèlement des trains génèrerait une quarantaine d’emplois.
Dirigée par Frédéric Rosati, DI Environnement (chiffre d’affaires de 40 millions d’€, 320 salariés) est spécialisée dans le désamiantage dans l’industrie et le bâtiment.
Aménagé à la fin des années 1990, le technoport de Pagny géré par un syndicat mixte dont la CCI de Saône-et-Loire est l’actionnaire majoritaire, a de la peine à se remplir en raison de l’abandon du projet de grand canal Rhin-Rhône dont il aurait été le terminal sud.

Dijon Céréales y a élu domicile pour ses expéditions par voie d’eau, mais le principal employeur est la plate-forme logistique du destockeur Noz (110 salariés) qui y réceptionne de la marchandise avant de la dispatcher dans ses magasins du sud-est de la France. C.P.

 

Kremernouvellepub

 

• Sylvain Coulon, un salarié que beaucoup d’employeurs envient.

 

sylvaincoulon
Sylvain Coulon, entouré de François Rebsamen, maire de Dijon et président de la Métropole  (à gauche), et Pascal Gautheron, président du groupe Fimadev. © Traces Ecrites.

 

A 40 ans ce mois de décembre, Sylvain Coulon n’aura connu qu’un employeur : le Centre Relations Clients du groupe Fimadev. Soit vingt années passées aux côtés de Pascal Gautheron qui lui a remis en compagnie de François Rebsamen, maire de Dijon et président de la Métrople, une médaille du travail d’argent.

L’événement, pour courant qu’il soit dans une entreprise, n’est en l’occurence ici pas banal. Car Sylvain Coulon est atteint du syndrome de Marfan, une maladie rare du tissu conjonctif qui se caractérise par de graves troubles cardiovasculaires, musculo-squelettiques, ophtalmologiques et pulmonaires.

Après 14 opérations, ce grand gaillard de plus de deux mètres ne possède qu’une acuité visuelle de 1/20ème pour un seul œil et est donc reconnu travailleur handicapé en exerçant son métier à mi-temps.

Ce qui est encore moins banal est qu’il a gravi tous les échelons de l'entreprise, de simple téléconseiller à responsable de production, en passant par superviseur et coordinateur. « Il siège même au comité de direction pour me conseiller », précise pas peu fier Pascal Gautheron, le PDG.

« Avoir chaque jour ce courage incroyable pour transcender la maladie est un exemple qui fait de vous un grand travailleur et évidemment je ne fais pas uniquement référence à votre taille », glisse avec humour François Rebsamen.

« Lorsqu’un employeur recrute et reçoit une personne handicapée, qu’il oublie le handicap pour apprécier, la motivation, la formation, le profil, comme pour un candidat dit normal », souligne Sylvain Coulon, dont le hobby fait de lui l’un des camiscyclephiles (collectionneur de maillots de coureurs cyclistes) les plus connus de France, avec plus de 1.540 pièces ! D.H.

 

 CCI SALON terre dindustrie 2018 BANDEAU TE 640x90 px_OK

 

 

- Isabelle Brouté remplace Pierre-Yves Scheer au directoire de la Caisse d'Épargne de Bourgogne - Franche-Comté.

 

nathaliebroute
© Caisse d'Épargne.

 

Isabelle Brouté (44 ans) prend la responsabilité du pole Banque de Développement Régional (BDR) de la Caisse d’Épargne de Bourgogne-Franche-Comté. Il chapeaute quatre centres d’affaires et comprend le marché des entreprises et de l’économie sociale, le marché des institutionnels et celui des professionnels de l’immobilier.

Titulaire d’un DESS Finance (Université de Dijon), Isabelle Brouté est une femme de la banque. Elle débute chez Ingepar et intègre ensuite la Caisse d’Epargne Loire - Drôme - Ardèche. En 2000, elle rejoint la Caisse Nationale des Caisses d’Épargne où elle occupe différents postes à responsabilités dans les domaines des financements corporate et financements spécialisés.

Cinq ans plus tard, Isabelle Brouté part à la Banque Palatine puis est nommée en 2007, directrice générale du GIE Syndication, structure de partage de financements entreprises au sein du réseau Caisse d’Épargne. En 2009,  elle prend la direction du marché des entreprises, au sein du Groupe BPCE, pour l’ensemble du réseau Caisse d’Épargne, poste étendu en 2017 à l’Économie Sociale et au marché des personnes protégées. D.H.

 

caissedepargnebfcarticle

 

- Et Pierre-Yves Scheer à qui elle succède part voler de ses propres ailes en demeurant sur Dijon.

 

pierreyvesscheer
© Traces Ecrites.

 

Qui ne rêverait pas d'avoir pareil éloge en quittant son entreprise. Celui reçu par Pierre-Yves Scheer pour son pot de départ de la Caisse d’Épargne de Bourgogne-Franche-Comté frisait parfois le dithyrambe, voire le panégyrique, mais jamais la flagornerie.

L’homme les écoutait avec sa légendaire placidité esquissant parfois un léger sourire. Etait-il à l’aise ou gêné de tant de compliments liés à des qualités professionnelles et humaines réelles, le mystère restera comme toujours avec lui entier.

Pour avoir un peu connu cet homme, arrivé en 2014 à la suite de Jérôme Lacaille, on ne peut que signer des deux mains et indiquer qu’il sévira toujours sur la grande région. « Je vais faire à mon compte du conseil en financement et en stratégie », indique-t-il. Sa parfaite plasticité intellectuelle, doublée d’une convivialité, devraient l'y faire exceller. D.H.

 

 banquepopmars

 

 

• 22 nouveaux experts-comptables de Bourgogne-Franche-Comté ont prêté serment

 

charlesgoureault
Charles Goureau (au centre), expert-comtable chez ACC à Dijon, – le cabinet d'expertise comptable de Traces Écrites – vient de recevoir son titre, en compagnie de Jean Comtois, président de l’Ordre des experts-comptables de Bourgogne-Franche-Comté et de Sylvain Boissière, vice-président. © David Chedoz.

 

On connaît la prestation de serment des avocats, beaucoup moins, la même cérémonie qui acte le titre d’experts-comptables. Et pourtant, à la lecture du cursus classique pour devenir expert-comptable, c’est sinon un parcours du combattant, beaucoup de ténacité et de persévérance.

D’abord un Bac+5 suivant divers parcours : Master (classiquement Comptabilité-Contrôle-Audit, voire Droit Fiscal), DCG (bac+3) puis DSCG (2 années suivantes pour Bac+5), ou École de commerce avec choix option spécifique. L’obtention du Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG) permet alors de s’inscrire à l’Ordre des experts-comptables.

Puis, le diplômé devient expert-comptable stagiaire dans un cabinet pendant trois ans, une période rémunérée. Mais la formation n’est pas terminée, puisqu’il faut valider ses acquis notamment avec des rapports semestriels sur les travaux accomplis. Ce n’est pas fini. Nous sommes à Bac+8. Reste à décrocher le Diplôme d’Expertise Comptable (DEC) en passant deux écrits (révision légale et contractuelle des comptes + réglementation professionnelle et déontologie de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes) et en rédigeant un mémoire soutenu devant un jury.

Ouf ! Le DEC obtenu, l’expert-comptable peut s’inscrire au tableau de l’Ordre et bénéfice du titre d’expert-comptable. Arrive alors, la prestation de serment devant le président de l'Ordre régional des experts-comptables – en Bourgogne-Franche-Comté, Jean Comtois –, et les membres élus du Conseil régional de l’ordre.
Le 21 septembre 2018, à la Saline Royale d’Arc-et-Senans (Doubs), ils étaient 22 (*) nouveaux professionnels à s’engager à « exercer [ leur ] profession avec conscience et probité, de respecter et faire respecter les lois dans [ leurs ] travaux ».

Parmi eux, Charles Goureau  (photo), expert-comptable au cabinet ACC à Dijon dirigé par Eric Corret, et qui s’occupe de la bonne tenue des comptes de Traces Ecrites, et un autre de ses collègues, Maxime Defosse. Traces Ecrites News ne pouvait mieux le féliciter qu’en publiant la photo de cette journée « inoubliable ».
C.P.


(*)  Kevin ANDRES, diplômé en 2017, expert-comptable à Mâcon - Sophie AUCHET, 1994, Belfort - Jacky CANNARD, 2012, Exincourt - Hadrien CHEVIGNARD, 2017, Talant - Magali COURAUD, 2014, Dijon, - Maxime DEFOSSE, 2017, Dijon - Dorothée FOSSAT,  2017, Joigny - Géraldine GENET, 2017, Puge- Pierre-Antoine GORCY, 2018, Vesoul - Charles GOUREAU, 2018, Dijon - Marc JEANNENEZ, 2015, Ecole Valentin -  Maud LABORIER,  2001, Fontaine les Dijon - Benjamin LEVREY, 2017, Besançon - Anne-Sophie MAUPOIS, 2017, Chablis - Maëlle MINET, 2015, Chatenoy le Royal - Emilie MOUGIN, 2010,  Besançon - Alexandre PEREIRA DE PINHO, 2015, Avallon - Emilie PERRON, 2017, Beaune - Fabrice RAHARIJAONA, 2018, Poligny - Cédric TEJONA, 2016, Dijon - Simon VASENER, 2017, Audincourt et Christine VOLLE,  2016, Belfort.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dijon, Côte-d'Or, Mâcon, Yonne, Saône-et-Loire, Beaune, François Rebsamen, Chablis, caisse d'épargne de Bourgogne Franche-Comté, handicap, ordre des experts comptables de Bourgogne-Franche-Comté, Cité des Vins de Bourgogne, technoport de Pagny, Bourgogne Franche-Comté, Pierre-Yves Scheer, Fimadev, Pascal Gautheron, Correia Architectes, Sylvain Coulon, travailleur handicapé, RBC Architecture, Isabelle Brouté, Stockage 24 by Local Company, parc d'activités de Beauregard, DI Environnement

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Franche-Comté vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Franche-Comté vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Champagne vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Champagne vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "8 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire