L'essentiel de l'actualité économique du Grand Est par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 29 janvier 2016

ECO)BREF. La Semaad passe sous statut privé. La CGPME Bourgogne-Franche-Comté est née. Techniwood lève 11 millions d’€. Peugeot Scooters relocalise une production de Chine dans le Pays de Montbéliard. Gebo Cermex et BA Systèmes allient leur matière grise dans l'intralogistique. Le groupe Galilé accueille sa 16ième entreprise.

 

- La société d’économie mixte d’aménagement de l’agglomération dijonnaise (Semaad) passe sous statut privé.

 

hopemaupetit
L’une des dernières constructions de la Semaad, la pépinière et hôtel d’entreprises Hope - 1300 m2 dédiés à de jeunes entreprises innovantes- bâtie pour le conseil régional de Bourgogne, à côté de la maison de l’innovation dont la Sem a également porté le chantier. ©Philippe Maupetit.

 

Le conseil de communauté de la communauté urbaine du Grand Dijon devait, hier soir, suivre la voie du conseil municipal de Dijon du 25 janvier : céder les actions détenues dans le capital de la société d’économie mixte d’aménagement de l’agglomération dijonnaise (Semaad).

Les deux autres villes actionnaires en feront de même, Talant le 2 février qui détient 2,06 % du capital, puis Neuilly-les-Dijon (0,12%). Dijon en était l’actionnaire majoritaire avec 69,89%, suivi du Grand Dijon, 6,01%.
A elles toutes, les collectivités locales détenaient environ 78% du capital de la Sem qui s’élève à 600 000 €. Les actionnaires privés en possèdent 22%. Ce sont les banques Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté et Crédit Mutuel Centre Est Europe, la compagnie Immobilière BFCA, la CCI Côte-d’Or, Dexia Crédit Local, les bailleurs Dijon Habitat, Villéo et SCIC Habitat Bourgogne, ainsi que la Caisse des Dépôts.
L’intention de modifier les statuts de la Semaad ne date pas d’aujourd’hui. La montée en puissance de la société publique locale (Splaad) créée en 2009 l’explique. Elle fait le même métier que la Semaad, à savoir l’aménagement de quartiers d’habitat, mais ses actionnaires - exclusivement des collectivités territoriales - peuvent faire appel à ses compétences, sans procédure de mise en concurrence.
Maintenant que la Semaad a réussi à diversifier ses activités, elle peut laisser le champ libre à sa petite soeur. Elle est devenue « le premier opérateur immobilier tertiaire de l’agglomération de Dijon, avec 53% du marché », affirme Thierry Coursin, son directeur qui considère que « l’activité immobilière suppose une prise de risque incompatible avec la gestion publique ».

Cependant, elle possède très peu d’actifs, sa mission consistant à bâtir pour le compte d’entreprises ou d’autres collectivités locales, comme le conseil régional.
Parallèlement, la Semaad a assaini ses comptes et est redevenue bénéficiaire : 850 000 € cumulés ces trois derniers exercices, selon le directeur, 235 000 € après impôts au 30 juin 2015. Les conditions sont donc réunies pour attirer de nouveaux investisseurs. Un chef de file pourrait se dévoiler au conseil d’administration le 5 février prochain.

 

Ecole des vins


- La CGPME Bourgogne-Franche-Comté est née.

 

cgpme
De droite à gauche : Benoît Willot, président régional ; Michel Bergeret, administrateur (Haute-Saône) ; Jacques Vieille, président du Doubs ; Caroline Debouvry, administratrice (Territoire de Belfort) et Didier Proriol, secrétaire régional. ©Traces Ecrites.

 

Les deux syndicats des PME de Bourgogne et Franche-Comté ont fusionné et porté à leur tête le président de la CGPME Côte-d’Or, Benoît Willot avec un siège à Dijon. Il revendique 2000 adhérents dans les huit départements de la Bourgogne Franche-Comté. Et compte séduire encore plus de chefs d’entreprises grâce à une démarche commerciale active et davantage de conseils en mutualisant les spécificités locales (comme la RSE dans le Territoire de Belfort ou le dialogue social Besançon).
« L’entité régionale ne se substitue pas aux syndicats départementaux qui conservent leurs missions et, ce qui est très important, leur ancrage sur le terrain, à proximité des adhérents », indique le président. Chaque département est représenté au sein du conseil d’administration de la structure régionale par le président départemental (*) et un administrateur. Le syndicat patronal « des entreprises indépendantes et familiales » est ainsi en ordre de marche pour les élections consulaires (CCI et chambres des métiers) de fin d’année où il compte peser de tout son poids.
" Nous avons un coup d’avance sur le Medef qui n’a pas encore réalisé la fusion ", s’est réjouit le président régional.
(*) Les présidents départementaux : Benoît Willot, Côte-d’Or ; Jacques Vieille, nouvellement élu dans le Doubs ; Frédéric Fraichot, Jura ; Jean-Luc Bourgeot, Nièvre ; Michèle Guerrin, Haute-Saône ; Gilles Penet, Saône-et-Loire ; Olivier Tricon, Yonne et Louis Deroin, Territoire-de-Belfort.

 

- Techniwood lève 11 millions d’€ pour développer son système constructif en bois massif.

 

techniwood
Le système constructif Panobloc® permet la construction/réhabilitation d’immeubles de grande hauteur.

 

Spécialiste des panneaux de construction bois, le groupe Techniwood dont la holding se trouve à Nancy et dont l’une des deux usines est basée à Nomexy, en Lorraine (avec Rumilly, en Haute-Savoie), a levé 11 millions d’€ fin 2015 pour poursuivre la montée en puissance de ses activités industrielles.
Techniwood fabrique notamment un système constructif en bois lamellé-croisé  ou « cross-laminated timber » (CLT) très répandu en Allemagne, Autriche et Suisse, baptisé Panobloc ®.
«Cet investissement va nous permettre de devenir un acteur incontournable dans la préfabrication industrialisée au service de la construction et de la réhabilitation durable à base de matériaux biosourcés », s’est félicité François Pélissier, président de Techniwood (43 salaréis, 1,6 million d’€ de chiffre d’affaires)
La nouvelle levée de fonds fait suite à une précédente de 5 millions d’€ en 2014. Elle a été réalisée auprès d’Electranova Capital, géré par Idinvest Partners en partenariat avec EDF, et du fonds d’investissement Ecotechnologies, géré par Bpifrance pour le compte de l’État dans le cadre des actions du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) confiées à l’Ademe.
Techniwood a une filiale construction, Ecologgia basée à Maxeville (Meurthe-et-Moselle).

 

banniere-635x102


- Peugeot Scooters relocalise une production de Chine à Mandeure. 

 

Le constructeur de deux-roues Peugeot Scooters, filiale de l’indien Mahindra, va rapatrier ce printemps à son siège français de Mandeure (Doubs), la production d’un modèle jusqu’alors assurée en Chine.
Le Citystar Air, un scooter de cylindrée 125 centimètres cubes (cc) à moteur refroidi par air, sera produit à Mandeure à partir d’avril alors qu’il était fabriqué en Chine, dans la joint-venture avec le local Qingqi.
Selon la CFDT citée par l’AFP, le transfert représente un volume d’environ 1 000 véhicules par an, soit l’équivalent de 10 % de la production de Mandeure en 2015.
Il marque une inversion de tendance par rapport aux délocalisations vers la Chine opérées depuis la création de la joint-venture il y a dix ans. Selon le bilan de production 2015, Mandeure  ne fabrique plus que 18 % des deux-roues Peugeot. Il a pour objectif de porter sa production française à 13 500 véhicules cette année, selon une source syndicale.
D'après le compte-rendu de la direction à l'issue du dernier comité d’entreprise, «  le transfert d’un second véhicule est actuellement en cours d’étude », pour une concrétisation en fin d’année.

 

- L’alsaco-bourguignon Gebo Cermex et le Breton BA Systèmes allient leurs compétences.

 

gebocermex

 

Le groupe Gebo Cermex, concepteur et fabricant de lignes de conditionnement, ajoute les chariots filoguidés à son catalogue.

La mise au point de ces nouveaux produits découle d’un accord de partenariat avec l’entreprise bretonne de Mordelles, près de Rennes, spécialiste de l’automatisation des flux et notamment intralogistiques.

L’industriel équipe notamment 250 sites en Europe avec cette robotique mobile. Quant à Gebo Cermex, union de l’Alsacien Gebo et du Bourguignon Cermex, 37 000 de ses équipements fonctionnent dans le monde depuis plus de 50 ans.

« Nous sommes très compatibles », indique Jean-Luc Thomé, président de BA Systèmes. « C’est une formidable opportunité de renforcer notre offre », relève de son côté Marc Aury, P-DG de Gebo Cermex.

 

- Galilé, de l’entrepreneur repreneur  Éric Michoux, accueille sa 16 ième entreprise.

 

moule

 

Le président de Galilé, implanté à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), accueille une seizième entreprise dans son petit groupe de 400 collaborateurs et plus de 60 millions d’€ de chiffre d’affaires.

Il s’agit de Corvaisier, spécialisée à Larçay (Indre et Loire) dans les moules de soufflage et les matrices d’emboutissage. Créée en 1946, elle emploie 24 personnes et réalise 4 millions d’€ de chiffre d’affaires.

Une acquisition indiquée comme stratégique par Éric Michoux, président fondateur de Galilé qui mutualise les compétences techniques et la veille technologique de ses différentes sociétés industrielles.

Autre avantage, l’élargissement de la surface financière du groupe vis-à-vis des grands donneurs d’ordres de l’aéronautique et de l’automobile, ses principaux clients.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Yonne, Saône-et-Loire, Doubs, Peugeot Scooter, Grand Dijon, Pays de Montbéliard, Éric Michoux, Galilé, Semaad, Gebo Cermex, HMY, Bourgogne Franche-Comté, Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, CGPME Bourgogne Franche-Comté, Technivood

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "3 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire