L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Les journalistes de Traces Ecrites News, le 15 juin 2017

ECO)BREF. Les étudiants de l’ESTA recherche des financements pour rénover l’ancienne gare de Belfort. NextRoad naît de la reprise du Dijonnais Qualys et de Vectra. Pays de Montbéliard Agglomération confie la gestion de ses bus à l'Espagnol Moventia. La Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté s’offre un site de recrutement. PSA Mulhouse passe au monoflux. Les Bourgogne Angels croient en la reprise économique.

 

- Le Bureau des étudiants de l’ESTA recherche des financements pour leur pépinière et leur laboratoire de recherche.

 

esta_2

 

L’ancienne gare d’intérêt local de Belfort hébergeait jusqu'à présent une pépinière d’entreprises, un laboratoire de recherche et des activités extra-scolaires de l’Ecole Supérieure des Technologies et des Affaires (ESTA) qui forme des ingénieurs notamment commerciaux. Depuis l’an dernier, pour cause de non conformité liée à un déficit d’étanchéité et de sécurité, l’accès aux locaux est condamné. Leur mise aux normes nécessite donc des travaux de gros œuvre qui seront réalisés à partir du mois de septembre.

Ce projet de rénovation de plus de 200.000 € est porté par l’association du Bureau des Etudiants et en particulier par des étudiants de 4ème année dans le cadre d'un cours “Gestion de projet”. Pour assurer le financement de la rénovation de ce bâtiment d’intérêt historique qui bénéficie de la protection des Monuments historiques, l’association organise une collecte, auprès des entreprises et des particuliers, via un système de financement participatif sur le site Leetchi.com

Le Conseil départemental du Territoire de Belfort apporte aussi sa pierre à l'édifice, en signant ce merciredi 21 juin une convention de mise à disposition gracieuse des locaux pour les 15 années à venir et l’apport gracieux de sa maîtrise d’œuvre. D.H.

 

estagare

 

 

 - Expertise routière : la société NextRoad naît de la reprise du Dijonnais Qualys et de Vectra.

 

Le fonds d’investissement Neopar vient de donner naissance à NextRoad suite à la reprise de deux cabinets d’ingénierie routière : Vectra et Qualys. Ce dernier, implanté près de Dijon, réalisait des diagnostics et élaborait des solutions de travaux.

Basée dans les Yvelines et fondée en 1991, Vectra intervenait, de son côté, comme assistant à maîtrise d’ouvrage dans la gestion et l’expertise du patrimoine routier. Elle fabriquait et commercialisait aussi du matériel d’auscultation et de contrôle des chaussées.

Leur regroupement sous la bannière NextRoad, donne naissance, selon Neopar, au premier groupe privé français d’expertise routière. Il pèse16 millions d’€ de chiffre d’affaires et emploie 130 personnes, dont 45 ingénieurs. D.H.

 

banniere-635x102

 

- Pays de Montbéliard Agglomération confie la gestion de ses bus à un Espagnol.

 

evolity
Les travaux du Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) ont démarré depuis peu à Montbéliard. Ici, le quartier de la gare.© BEJ.

 

Moventia, la branche transports publics du groupe familial espagnol Marfina dont le siège est situé à Barcelone (Espagne), succède à Kéolis et gèrera, à partir du 1er juillet prochain, le réseau de transport public de Pays de Montbéliard Agglomération. Cette délégation de service public est la première en France de la société espagnole pour la gestion d’un réseau de bus.
Le partage des propositions (Kéolis qui gère le réseau depuis 40 ans était candidat à sa succession, ainsi que l’autre gros opérateur français Transdev) s’est fait sur une contribution forfaitaire plus intéressante pour la collectivité, de 99 millions d’€ par an pendant les 5 ans du contrat.

Le nouvel opérateur prévoit des recettes supplémentaires avec une fréquence plus régulière des dessertes actuelles et la mise en route des quatre lignes du Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), en construction pour 81,22 millions d'€ HT.
Les 249 salariés de l’ancien gestionnaire devraient être repris par Moventis, la société locale créée spécialement, comme le prévoit le code du travail, mais les autocaristes - une centaine - qui travaillent en sous-traitance, s’interrogent sur la continuité de leur contrat. C.P.

Mise à jour 3 juillet 2017. Le recours déposé par l'ancien délégataire Transdev a été rejeté le 3 juillet par le tribunal adminsitratif. Pays de Montbéliard Agglomération va par conséquent signer la nouvelle délégation de service public avec Moventis, la société locale créée par Moventia, dans les prochains jours.

 

 pub_TP_longue

 

-  La Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BPBFC) s’offre un site de recrutement.

 

banquepopulaire

 

Finies les vieilles méthodes de recrutement pour convaincre les bac + 5 de rejoindre la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté. « Nous ne recevons d’ailleurs plus de candidatures spontanées », précise Yves Colin, le DRH.

Pour attirer, l’établissement mutualiste qui recherche 200 personnes par an, dont 30 en solde net, multiplie ainsi les job dating, la cooptation (200 présentations) et la présence sur le réseau social professionnel Linkedin.

Elle va aujourd’hui encore plus loin en s'offrant un site de recrutement dédié, avec notamment la mise en ligne d’une trentaine de vidéos de collaborateurs qui parlent de leur métier en jouant les prosélytes.

C’est plutôt bien fait, car réaliste, l’équipe de tournage ayant laissé poindre le stress de la caméra, les hésitations malgré le prompteur et le soulagement d’avoir fini avec des rires et de larges sourires.

La promesse de l'employeur a aussi été revue par un passage obligé sur le terrain durant deux à trois ans, accompagné d’un tuteur. « Notre force, c’est notre réseau d’agences, voilà pourquoi il est bon avant de prétendre à une spécialisation au siège, de faire ses classes en clientèle », argumente Yves Colin. D’autant que l’expérience faire souvent naître des vocations... D.H.

 

femmesecogif

 

 - PSA Mulhouse passe au monoflux.

 

psa
La ligne unique fabrique actuellement la 2008. © PSA.


Depuis le début de cette semaine, l’usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) fonctionne en “monoflux ”: les deux lignes de fabrication ne font plus qu’une, sauf la nuit où une équipe est maintenue sur le “système 2” jusqu’à la fin de l’année avec l'arrêt des deux modèles Citroën C4 et DS 4. Le passage au monoflux deviendra alors définitif.
La future ligne unique produit actuellement le Peugeot 2008 (1.036 véhicules par jour), ainsi que depuis quelques semaines, la DS 7. Elle ajoutera la 508 en versions break et berline à l’automne prochain.
Le monoflux est présenté par PSA comme l’organisation « du futur », garante de la compétitivité des usines françaises, grâce à l’amélioration de la productivité, la réduction des coûts et l’utilisation maximale des capacités de production.
A Mulhouse (5.700 permanents et 800 intérimaires), son adoption s’accompagne d’un investissement de modernisation de 400 millions d’€ entamé il y a trois ans et jusqu’en 2020.
Les syndicats demandent une relance des embauches en CDI, « au moins 300  » pour FO, CFTC et CFE-CGC, notamment par transformation des contrats d’intérim. La CGT souligne quant à elle « une dégradation des conditions de travail à cause de la hausse infernale de cadence (60 véhicules par heure) ». M.N.

 

Ecole des vins

 

- Les Bourgogne Angels croient en la reprise économique.

 

businessangels
Pierre Vieillard, président des Bourgogne Angels au centre, entouré de la très souriante Laure Taiclet, secrétaire générale, et de Michel Fasné, trésorier de l'association. © Traces Ecrites.

 

Un signe ne trompait pas lors de la toute dernière assemblée générale des Bourgogne Angels, investisseurs en fonds propres dans les entreprises. Si sept projets ont été financés l’an dernier pour 436.000 €, quatre l’étaient déjà au premier trimestre 2017 pour 330.000 €.

La soixantaine de membres de cette association, présidée par Pierre Vieillard et pilotée par Laure Taiclet, sentent la reprise se faire de plus en plus jour. Alors, ils investissent certes raisonnablement, mais dans de jolis projets.

Apotika est l’un d’entre eux. A la tête de ce laboratoire dijonnais qui commercialise une gamme de compléments alimentaires : Sébastien Jamelot. Lauréat du Réseau Entreprendre Bourgogne, il a conçu des produits à base uniquement de plantes bio et d’ingrédients naturels, fabriqués en France. « Ce marché annonce une croissance de 30% à cinq ans », souligne-t-il. D.H.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Doubs, Haut-Rhin, Grand Est, transports en commun, recrutement, Pays de Montbéliard, ESTA, Bourgogne Angels, PSA Mulhouse, Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté, Bourgogne Franche-Comté, Apotika, Qualys, expertsie routière, NextRoad, Neopar, Moventia, BHNS

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "2 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire