L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 17 mai 2017

ECO)BREF. Reprise des sociétés de plasturgie Juxta et Allrim à Audincourt. Inoviem Scientific lève à nouveau des fonds auprès de Cap Innov’Est et Bpifrance. Le fabricant de machines spéciales mosellan CMS Automatisme investit 2,1 millions d’€. Après Besançon, Cuisine mode(s) d’emploi essaime à Dijon. A Reims, Reccal récupère les eaux grises de la douche. L'Esprit Comtois porte son regard sur la Suisse. ABEO poursuit une croissance à deux chiffres. La Coursive Boutaric transpose son modèle de Dijon à Besançon. Moïse Mayo, directeur régional de l'INSEE Bourgogne-Franche-Comté.

 

- Philippe Michaud reprend les sociétés Juxta et sa filiale Allrim à Audincourt.

 

alrim
Philippe Michaud à côté du poste robot qui sert à assembler des pièces fabriquées sur les machines de moulage d'Allrim.

 

Philippe Michaud reprend les sociétés Juxta et sa filiale Allrim, implantées à Audincourt (Doubs), via la holding Gephitec qu'il a créée pour l’occasion. Les deux entreprises développent une activité de niche, centrée sur la plasturgie de polyuréthane : R&D en formulation, production de compositions liquides et production de pièces moulées. Elles réalisent un chiffre d’affaires consolidé d’environ 2 millions d’€ avec un effectif de 15 à 20 personnes.

Âgé de 57 ans et ancien cadre dirigeant des groupes chimiques Sika et Huntsman, Philippe Michaud souhaitait, après plus de 20 ans d'expérience internationale en chimie des spécialités (époxy, polyuréthane) et matériaux avancés, reprendre une entreprise liée à son savoir-faire.

De son côté, Dominique Bénazet, l'ancien dirigeant, sans succession familiale ni interne voulait céder son activité pour prendre sa retraite. L'opération a été facilitée par Synercom France Grand Est, conseil en cession et reprise d'entreprises. D.H.

 

pub_TP_longue

 

- Inoviem Scientific lève à nouveau des fonds auprès de Cap Innov’Est et Bpifrance.


inoviemdeux

 

La biotech strasbourgeose de recherche sous contrat continue d’inspirer la confiance des investisseurs. Inoviem Scientific vient à nouveau de lever des fonds auprès de Cap Innov’Est et de Bpifrance : 750.000€ qui s’ajoutent au million d’€ apporté en 2015 (Lire ici.). Ses banques, BNP Paribas et la Banque Populaire d’Alsace Lorraine Champagne ainsi qu’une subvention de 100.000 € de Strasbourg Eurométropole accompagnent son développement. Inoviem Scientific vient d’investir dans dans l’équipement de six laboratoires dans le Bioparc 3 du parc d’innovation d’Illkirch-Graffenstaden, où elle a déménagé en fin d’année dernière.
La société prévoit de consacrer une partie de ce financement au développement de son activité commerciale hors Europe et le recrutement prochain de quatre personnes. Son métier consiste à fournier aux laboratoires pharmaceutiques des informations clés sur les interactions molécule-cible pour aider à la prise de décision sur toute la chaîne de mise au point d'un médicament. C.P.

 

Ecole des vins

 

- Le fabricant de machines spéciales mosellan CMS Automatisme investit 2,1 millions d’€.

 

Installé à Schweyen (Moselle) en bordure de la frontière allemande, le fabricant de machines spéciales CMS Automatisme investit cette année 2,1 millions d’€ dans une extension de 1.300m² de ses ateliers et de nouveaux outils de production.
Cette PME indépendante de 87 salariés profite de la bonne santé du secteur de l’automobile des deux côtés de la frontière. En effet, les fournisseurs de rang 1 représentent 70% de son chiffre d’affaires. « Nous bénéficions d’une charge de travail comme nous en avons rarement connue », livre Gabriel Buchheit qui codirige l’entreprise avec son frère Xavier.

 

CMS
La PME indépendante a vu son chiffre d’affaires croître de 24% l’année dernière. © CMS Automatisme.

 

La société créée en 1986 a vu son chiffre d’affaires croître de 24% pour atteindre 11,5 millions d’€ en 2016. Elle a embauché 8 personnes en CDI l’année dernière et prévoit 5 recrutements supplémentaires cette année.
Pour réduire sa dépendance au secteur automobile, CMS Automatisme cherche parallèlement à développer sa seconde activité : l’usinage de pièces mécaniques pour son propre usage, mais aussi en sous-traitance (18% du chiffre d’affaires). Comme l’explique le dirigeant, CMS Automatisme figure « parmi les rares fabricants de machines spéciales à produire [ses] propres pièces ». Pour croître sur ce marché, la PME lance un catalogue d’une centaine de références déjà utilisées sur ses machines-outils. P.B.

 

GIFTRACEECRITE

 

- Après Besançon, Cuisine mode(s) d’emploi essaime à Dijon où elle formera des boulangers.


Après le 20e arrondissement de Paris, où le concept avait été lancé en 2012, la première école de province destinée à former des personnes éloignées de l’emploi aux métiers de la cuisine et du service en salle avait ouvert à Besançon en avril 2016.
Sensible aux problèmes d’emploi et aux besoins des établissements en personnel formé, Thierry Marx, le très charismatique chef du Mandarin Oriental avait été convaincu par le volontarisme de la ville de Proudhon et Fourier et s’était installé à Besançon, dans les anciens locaux de Lip – tout un symbole.
Depuis, six sessions de 12 semaines (dont 4 de stage) ont permis de former 86 personnes, hommes et femmes de tous âges et de tous profils, dont 88% ont retrouvé un emploi. Le chef est venu lui-même remettre les diplômes à Besançon, en avril, et annoncer la création d’une nouvelle école, de boulangerie cette fois, mais à Dijon.
« Les locaux bisontins étaient trop exigus », explique Véronique Carrion, administratrice de Cuisine mode(s) d’emploi, à Paris. « Nous en avons identifié à Dijon, à La Fontaine d’Ouche, un quartier relevant de la politique de la ville, comme nous le souhaitons toujours. » L’ouverture a été annoncée pour le dernier trimestre 2017. M.C.

 

Gif_Economia 635x106px

 

- A Reims, Reccal récupère les eaux grises de la douche.

 

reccal
David Rodriguez voit son système de récupération d'énergie sur les douches récompensé au Concours Lépine 2017.

 

Start-up hébergée à Reims (Marne), l’entreprise Reccal s’est vu décerner l’une des médailles d’or du Concours Lépine 2017. Son président, David Rodriguez, un ingénieur de 43 ans, a inventé un récupérateur d’énergie adaptable sur toutes les douches.
Ce système, baptisé TurboSiphon, permet de remplacer 30 % de l’eau chaude consommée par de l’eau froide réchauffée grâce à l’énergie contenue dans les eaux grises de cette même douche. Selon son inventeur, ce dispositif permet de faire baisser la facture énergétique d’environ 25 à 30 %.
Déjà installé sur une dizaine de sites pilotes, le produit est prêt à être industrialisé. Adapté à la rénovation et à la construction neuve, le TurboSiphon ne nécessite ni branchement électrique, ni consommable. David Rodriguez l’a surnommé le « plug and play de la plomberie ». F.M.

 

espritcomtois- La revue L'Esprit Comtois porte son regard sur la Suisse.

 

L'Esprit Comtois, revue éditée par les éditions du Lion, à Belfort, vient de sortir un numéro spécial franco-suisse, à l'occasion de l'ouverture de l'autoroute A16 qui traverse le canton du Jura de Bienne jusqu'à la frontière franco-suisse à Boncourt – Delle.
Ce hors série, dont la rédaction en chef a été assurée par Thibault Quartier, est centré sur trois thématiques ; les transports (avec également la perspective de la réouverture de la ligne SNCF Belfort – Delle), l'économie et la culture.
Lors de la présentation à la mairie de Boncourt, grâce au concours du Club Affaires de l'Aire urbaine Belfort-Montbéliard et de son président, Daniel Jakubzak, le maire de cette cité frontalière, André Goffinet, a salué cette initiative tout en relevant non sans humour que, grâce à la gare TGV de l'Aire urbaine, « Boncourt est le village suisse le plus proche de Paris ».
Christophe Grudler, président des Editions du Lion, a annoncé une suite : la création d'une revue semestrielle dont le nom est déjà déposé, Esprit franco-suisse.
Les Editions du Lion, créées voici un peu plus de deux ans, éditent L'Esprit Comtois, La Chasse en Alsace et des ouvrages d'histoire locale. Christophe Grudler annonce un chiffre d'affaires de l'ordre de 500.000 € avec un effectif de quatre salariés permanents auxquels s'ajoutent des contributeurs ponctuels. P.-Y.R.


- ABEO poursuit une croissance à deux chiffres.

 

ABEO, concepteur d’équipements de sports et de loisirs, continue sa forte croissance : la société de Rioz (Haute-Saône), cotée en bourse, annonce une progression de 12,6% de son chiffre d’affaires (167,1 million d’€ à fin mars) sur l’exercice 2016/2017, due à une hausse de 21% au dernier trimestre de 2016.
L’intégration de Erhard Sport en Allemagne, de Clip’n Climb International en Nouvelle Zélande et de Sportsafe UK au Royaume-Uni contribuent à cette progression à hauteur de 2,2%. La société bénéficie de la dynamique des marchés des équipements sportifs, des installations d’escalade ainsi que des piscines dans le monde entier, l’export représentant 70% de son activité. Les résultats annuels seront publiés le 6 juin. C.P.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

- La Coursive Boutaric transpose son modèle de Dijon à Besançon.


La Coursive Boutaric a remporté le marché public du Grand Besançon pour la gestion et l’animation du 52 Battant, un lieu dédié aux industries culturelles et créatives en cours d’aménagement au centre-ville, rue Battant. L’association dijonnaise née du regroupement d’une vingtaine d’entreprises culturelles, dans le cadre de la politique de la ville, dans le quartier sensible des Grésilles à Dijon, "exporte” son savoir-faire pour la première fois.
Sur le modèle de ce qu’elle fait dans la capitale régionale de Bourgogne-Franche-Comté, l'association gèrera un espace de coworking qui accueillera une dizaine d’entrepreneurs et associations culturelles, un showroom pour promouvoir les créateurs du Grand Besançon, et organisera des actions de formation pour professionnaliser les acteurs culturels. L’équipe se fera connaître des Bisontins les 10 et 11 juin lors des portes ouvertes des Ateliers Zone Art, également rue Battant. C.P.

 

mayo- Moïse Mayo, directeur régional de l'INSEE Bourgogne-Franche-Comté.

Chargé depuis 2016 de conscrétiser la fusion des instituts de la statistique de Bourgogne et de Franche-Comté, Moïse Mayo succède comme directeur régional de l'Insee Bourgogne-Franche-Comté, à Patrick Pétour.

Cet administrateur hors cadre de 61 ans a rejoint l'Insee en 1995 et fut notamment chef du service Etudes et diffusion à l'Insee Alsace en 2006. C.P.

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Besançon, Dijon, Haute-Saône, Doubs, Grand Est, plasturgie, Strasbourg, Rioz, Bas-Rhin, Insee, biotech, Moselle, Bpifrance, Reims, Cap innov'Est, Inoviem Scientific , Bourgogne Franche-Comté, Abéo, La Coursive Boutaric, Allrim, Philippe Michaud, Juxta, Gephitec, CMS Automatisme, Cuisine mode(s) d’emploi, Reccal, L'Esprit Comtois, Editions du Lion, Moïse Mayo

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "10 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire