L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 28 avril 2017

ECO)BREF. Dijon Métropole est officiellement née. Un campus des métiers de la bioéconomie à Reims. SIPA se lance dans les emballages compostables. Invest PME renforce les fonds propres de Clair et Net dans le Pays de Montbéliard. Pompes Grundfos ouvre un plan de départs volontaires de 82 postes en Moselle. Labonal compte sur le Made in France pour se sortir d’un redressement judiciaire. La région Grand Est sensibilise les PME à l’industrie 4.0. Disparition de Jean-Luc Barçon, président l’Ordre des experts comptables  de Bourgogne-Franche-Comté.

 

- Dijon Métropole est officiellement née.

 

dijonenergies
Le Grand Dijon a fait le pari de la chaleur partagée avec un réseau qui s'étendra à terme sur une quarantaine de km. Ici, la chaufferie biomasse des Péjoces, l'une des dernières construites.

 

Le décret portant création de la métropole dénommée « Dijon Métropole » est paru au Journal Officiel le 25 avril 2017. Il acte la transformation de la communauté urbaine du Grand Dijon en Métropole, que l’Assemblée nationale avait adopté le 16 février dernier en même temps que Metz.

Etablissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre, la Métropole rassemble 24 communes et une population de 254.387 habitants.
« Dès les prochaines semaines, j’engagerai formellement les discussions avec la Région pour que nous définissions ensemble les modalités d'une coopération accrue sur le plan du développement économique. Je saisirai également le président du Conseil départemental afin que soit discuté le transfert de compétences induit par la métropolisation », précise François Rebsamen, président du Grand Dijon, qui peut donc maintenant être rebaptisée Dijon Métropole.

Ce statut ouvre de nouvelles compétences à la collectivité, notamment la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations, de la fourrière, ainsi que la gestion des collèges et lycées situés sur son territoire. C.P.

 

Banniere-Traces-écrites-Newsletter

 

- Un campus des métiers de la bioéconomie à Reims.

 

Le campus des métiers et des qualifications “ Bioraffinerie végétale et biotechnologies industrielles en région Grand Est ” sera pleinement opérationnel à la rentrée de septembre 2017, dans les locaux de l’université de Reims Champagne-Ardenne, porteur du projet.
L’objectif de ce campus labellisé par l’Etat est de fédérer tous les acteurs - publics ou privés, académiques ou économiques - engagés dans ce que l’on appelle maintenant la bioéconomie. A savoir la valorisation industrielle et l’exploitation de la plante entière pour produire des biocarburants, des biomatériaux, des biomolécules, etc.
L’ex-Champagne-Ardenne, et son alliée historique dans ce domaine, l’ex-Picardie, sont en pointe en termes de recherche et d’applications industrielles. Sont associées au projet des organisations telles que l’Union des industries chimiques Picardie Champagne-Ardenne, et de nombreuses entreprises : Roquette, Tereos, Arbiom, Biolie, Ineos, Norske Skog, PAT SAS, Veolia, Avril, ARD, Celodev, Chamtor, Cristal Union, FRD, La Chanvrière de l’Aube, Neweaver, Procethol 2G, Soufflet et Vivescia. F.M.

 

- SIPA se lance dans les emballages compostables.

 

sipa
Des emballages compostables pour le transport de marchandises fragiles. © Sipa/Ecovio®


Le fabricant d’emballages SIPA (Société Issoise des Plastiques Appliqués) à Marcilly-sur-Tille (Côte-d’Or) lance une gamme d’emballages industriels compostables. Fabriqués à partir d’une matière mise au point par le groupe chimiste allemand BASF, l’Ecovio®, ils se composent d’un polymère et d’acide polylactique, issu du maïs ou d'autres matières génératrices de sucre comme le manioc.

Après leur utilisation, les emballages ont la capacité d’être éliminés naturellement en compost avec les déchets organiques courants, précise l’industriel dans un communiqué.
Alternative aux polystyrènes, cartons, mousses… pour le transport des produits fragiles, cette technique esquisse un fort potentiel de développement pour l’entreprise familiale (chiffre d’affaires de 6,6 millions d’€, 48 salariés) présidée par Arnaud Sabatier, petit-fils du fondateur.

Du polystyrène expansé, - activité d’origine -, l’entreprise a diversifié ses activités dans le moulage du polypropylène expansé depuis 2012, un matériau léger, puis de l’Ethylene Acetate de Vinyle expansé réticulé depuis 2015 adapté, lui, aux absorptions de chocs. C.P.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

- Invest PME renforce les fonds propres de l’entreprise du bâtiment Clair et Net dans le Pays de Montbéliard.

 

clairetnet
Clair et Net devrait déménager en juin sur Technoland 2 à Montbéliard.


Entreprise de second oeuvre du bâtiment (couverture, bardage, métallurgie) du Pays de Montbéliard qui travaille principalement pour les industriels, notamment de l’automobile, Clair et Net signe un double événement en cette fin avril.
Invest PME, société de gestion de fonds détenue à 51 % par le Groupe Siparex et 49 % par CIBFC, holding régionale, participe au renforcement de ses fonds propres à hauteur de 300.000 €, à travers le dispositif Franche-Comté Défis 2 bâti pour aider les PME ayant connu des difficultés, à se relancer.

L’entreprise de 62 salariés (chiffre d’affaires de 6 millions d’€) prépare par ailleurs son déménagement sur la zone d’activités de Technoland 2 au mois de juin.
Reprise en 2011 par Olivier Ducret, un ancien cadre de l’industrie, Clair et Net a repositionné ses activités en ajoutant des prestations de dépannage. Le suivi du programme « Usine du Futur » de PerfoEST l'a par ailleurs aidée à améliorer la planification et la préparation à l’atelier de ses chantiers. C.P.

 

Gif_Economia 635x106px

 

- Pompes Grundfos ouvre un plan de départs volontaires de 82 postes en Moselle.

 

pompes
© Pompes Grundfos.


La concurrence asiatique accrue sur le marché des équipements de chaudières impacte lourdement la compétitivité de Pompes Grundfos à Longeville-lès-Saint-Avold (Moselle). Conséquence de ce nouveau contexte mondial, le fabricant de pompes et systèmes de pompage a présenté aux représentants du personnel un plan de départs volontaires qui pourrait concerner jusqu’à 82 postes.

Les 550 salariés devraient pouvoir postuler à partir de septembre 2017, pour des premiers départs effectifs à compter du premier trimestre 2018.
« Notre avantage technologique concurrentiel ne suffit plus à nous maintenir dans la course, dans la mesure où de nombreux fabricants privilégient désormais les produits à bas coûts », déplore la direction du site. Le chiffre d’affaires de Pompes Grundfos a baissé de 59% en 2016 pour atteindre 149 millions d’€.

Pour compenser ces difficultés, la direction envisage de réorienter la production vers le haut de gamme et les composantes technologiques complexes.
Cette restructuration ne concerne pas que le site mosellan. Elle touche l’ensemble de la production et de la distribution « Europe » du groupe danois Grundfos.

La réorganisation va notamment conduire à regrouper une part importante de la distribution européenne sur un centre unique en Hollande. Grundfos emploie 18.500 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaires de 3,32 milliards d’€ en 2016. P.B.

 

pub_TP_longue

 

- Les chaussettes Labonal comptent sur le Made in France pour se sortir d’un redressement judiciaire.

 

abonalessentiel
L'usine du Bas-Rhin emploie une centaine de personnes. © Traces Ecrites.


La PME alsacienne compte sur sa propre marque avec une communication Made in France, pour se sortir d’un redressement judiciaire de six mois. Sur sa page Facebook, elle lance un « appel au soutien des ­consommateurs sensibles à la fabrication française ».
Labonal souffre d’un manque de trésorerie après deux exercices négatifs consécutifs. Elle a notamment perdu des contrats de sous-traitance pour la grande distribution qui représente encore 35% d'un chiffre d’affaires de 7 millions d’€, le reste étant vendu sous sa propre griffe “Labonal”, chez les détaillants et dans un réseau de magasins en propre.

L’entreprise emploie une centaine de personnes à Dambach-la-Ville (Bas-Rhin) où elle a relocalisé il y a deux ans, toute sa fabrication qui était en partie réalisée en Tunisie. C.P.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

- La région Grand Est sensibilise les PME à l’industrie 4.0.

 

La Région Grand Est a lancé à la mi-avril, la 3ème “Communauté des leaders Usine du Futur” au sein de l’entreprise Norelem à Fontaine-les-Grès (Aube). Il s’agissait de sensibiliser des chefs d’entreprises de Champagne-Ardenne sur l’industrie 4.0 et de leur faire connaître le dispositif régional d’accompagnement.
Celui-ci démarre par un diagnostic cofinancé par le conseil régional sur les possibilités d’évolution des sites de production pour en faire des « unités plus flexibles, plus connectées et respectueuses de leur environnement. »
Il se poursuit par l’accompagnement d’un plan d’action qui concerne l’outil de production (productivité, flexibilité, traçabilité, utilisation des nouvelles technologies), la gestion des ressources, (écoconception, analyse du cycle de vie du produit) et le personnel (acquisition de nouvelles compétences, polyvalence, ergonomie sécurité).
Destiné aux PME industrielles, artisanales et agricoles à fort potentiel de croissance, cette démarche a déjà mobilisé 95 entreprises du Grand Est. C.P.

 

barcon- Disparition de Jean-Luc Barçon, président l’Ordre des experts comptables  de Bourgogne-Franche-Comté.


Nous apprenons avec tristesse le décès de Jean-Luc Barçon, président l’Ordre des experts comptables  de Bourgogne-Franche-Comté, survenu dans un accident de voiture le 26 avril 2017 dans le haut-Doubs.
Agé de 51 ans, il avait été élu par ses pairs pour les représenter en fin d’année 2016.

Il dirigeait la société Contrôles Gestion Méthodes à Dijon. C.P.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Côte-d'Or, textile, Grand Dijon, Bas-Rhin, Pays de Montbéliard, emballage, ordre des experts comptables de Bourgogne-Franche-Comté, Moselle, Labonal, made in France, Sipa, Reims, Bourgogne Franche-Comté, Invest PME, industrie 4.0, conseil régional du Grand Est, Dijon Métropole, bioéconomie, Clair et Net, Pompes Grundfos , Jean-Luc Barçon, Université de Reims Champagne-Ardenne

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "3 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire