L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 14 avril 2017

ECO)BREF. Crossject inaugure son unité de production dijonnaise. Record de la Banque Populaire de Bourgogne- Franche-Comté auprès des entreprises. Le Champenois G Groupe X rachète le Bourguignon Fernand Brugère. Le fabricant d’éclairages Nordeon au bord de la liquidation judiciaire. Le parc thème Vintage Bel Air® lève un million d’€ par le financement participatif. La BA 110 à Reims prête à accueillir les Culturales® 2017.

 

PAUSE : En cette semaine de vacances scolaires simultanées dans les deux régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est, Traces Ecrites News suspend ses publications quotidiennes du 17 au 21 avril 2017. Reprise le lundi 24 avril.

 

- Crossject inaugure son unité de production dijonnaise.

 

patrickalexandrevfrancoisrebsamen
Patrick Alexandre, fondateur et dirigeant de Crossject (à gauche) aux côtés de François Rebsamen, maire de Dijon et président du Grand Dijon. © Traces Ecrites.

 

Le concepteur de la seringue sans aiguille, ou précisément d’un système d’injection sans aiguille pré-rempli et à usage unique pour l'auto-administration de médicaments - baptisé Zeneo® -, a inauguré ce jeudi 13 avril, son unité industrielle de Dijon intégrant un laboratoire de recherche, en présence de François Rebsamen, maire de Dijon et président de l’agglomération du Grand Dijon  

L’entreprise de 40 personnes, fondée en 2001 par Patrick Alexandre et cotée à la bourse de Paris depuis 2014, dispose d’un bâtiment de 1.800 m2 construit pour 3,7 millions d’€ par la Société Est Métropoles (SEM) et porté par elle avec la Caisse d’Epargne de Bourgogne-Franche-Comté en raison d’une clause d’achat différé.

Cet outil permettra de finaliser la mise au point de sept médicaments auto-injectables. Six d’entre eux traitent des situations d’urgence, dont quatre mortelles (*). « Nous allons participer au traitement de maladies et non pas vendre un dispositif médical, fût-il détenteur de 400 brevets mondiaux qui le protègent jusqu’en 2036 à l’issue de 80 millions d’€ d’investissement dépensés depuis 15 ans », souligne Patrick Alexandre.

Les dépôts des demandes d'autorisation de mise sur le marché (AMM) interviendront dans le courant de l’année prochaine auprès des agences du médicament pour un début de la commercialisation en 2019.

Crossject, qui revendique en conséquence le statut de laboratoire pharmaceutique, cible plusieurs pays européens, comme l’Angleterre, l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas et bien sûr les Etats-Unis, auprès la célèbre et toute puissante Food and Drug Administration (FDA). D.H.

(*) Migraine aiguë, choc allergique, épilepsie, overdose d’opiacés, paralysie de la maladie de Parkinson et maladie d'Addison ou insuffisance surrénalienne chronique.

 

crossject
Crossject a déposé une autorisation de mise sur le marché pour sept médicaments auto-injectables. © Traces Ecrites.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

- Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté réalise une année record pour le financement de projets.

 

banquepopulairebfc_1

 

 

Avec 50.000 projets financés en 2016 pour 2,9 milliards d’€ de crédits accordés, soit une hausse de 300 millions (+10%) par rapport à 2015, la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté réalise une activité record. « Nous accordons dans cette région un crédit sur cinq », assure Bruno Duchesne, le directeur général. La faiblesse des taux explique cette conjoncture favorable.

Dans le même temps, l’établissement financier mutualiste explose ses compteurs en matière d’épargne, preuve qu’une partie de la population sans projet craint pour son avenir et thésaurise au lieu de consommer.

« Comme bonne nouvelle, cela nous permet d’accompagner plus fortement l’économie en meilleure forme, avec des entreprises plus saines et soucieuses d’investir dans leurs équipements de production », ponctue le banquier qui revendique le leadership auprès des PME régionales.

Pas moins de 250 nouvelles rejoignent la banque sur un total qui frise les 5.000. Cette bonne conjoncture réduit le coût du risque, c’est-à-dire les impayés, à 38,6 millions d’€, soit une baisse de 10%. Reste un revers de la médaille, la faiblesse des taux donne un chiffre d’affaires quasi-stable à 364,4 millions et un bénéfice tout de même très correct de 72,5 millions.

La banque régionale peut donc continuer sur sa lancée avec un ratio de solvabilité 22,6%, alors que les normes européennes lui imposent seulement 8%. « D’où un engagement fort pour le territoire dans la rénovation de nos agences, à hauteur de 12 millions d’€, et l’embauche de 230 nouveaux collaborateurs », se félicite Bruno Duchesne. D.H.

 

agencebpbfc
Une des agences rénovées à Dijon - boulevard de la Trémouille- selon le nouveau concept axé sur l'utilisation du numérique par le client. © Traces Ecrites.

 

 Banniere-Traces-écrites-Newsletter

 

- Le Champenois G Groupe X rachète le Bourguignon Fernand Brugère.

 

brugereschilde
Avec le rachat de Fernand Brugère en Côte-d'Or, G Groupe X conforte son activité dans la filière bois dans l'Est. Ici, le déroulage de peuplier de Leroy Industries, dans la Marne © Philippe Schilde.

 

Basé à Paris mais gérant plusieurs activités dans l’ex-Champagne-Ardenne, G Groupe X vient de procéder au rachat du Groupe Hess. Ce dernier se compose de trois sociétés situées dans l’Aube (Régnier à Clairvaux), en Côte-d’Or (Etablissements Fernand Brugère à Châtillon-sur-Seine) et en Vendée (Cardineau à Bouillé-Courdault).

Régnier et Cardineau sont spécialisés dans le bois moulé-pressé, un matériau utilisé dans l’agencement et l’ameublement, et Fernand Brugère dans le déroulage de bois de hêtre et la fabrication de panneaux de contreplaqué plat.
L’entreprise de Châtillon-sur-Seine avait été ravagée par un incendie en janvier 2017, fragilisant l’ensemble du groupe. Le repreneur, Christophe Février, compte investir 21 millions d’€ dans ces trois usines qui emploient 200 salariés pour un chiffre d’affaires de 18 millions d’€. Cette enveloppe servira en partie à reconstruire une ligne de déroulage et de séchage dans l’entreprise de Côte-d’Or.
Le gérant s’était déjà illustré en rachetant Plysorol à côté d’Epernay (Marne), un site dédié au déroulage de peuplier et rebaptisé par ses soins Leroy Industries. Ce “serial repreneur” avait également fait l’acquisition en 2009 de Valentin, fabricant de machines pour le champagne, dans la Marne et en 2014, de Tecsom dans les Ardennes (production de revêtements de sol textiles). F.M.

 

banniere-635x102

 

- Le fabricant d’éclairages Nordeon au bord de la liquidation judiciaire.

 

nordeon
A sa création en 2012 sur feu Philips Lighting, Nordeon avait engrangé un contrat de sous-traitance de l'ancien propriétaire qui est arrivé à son terme en 2016.© Traces Ecrites.

 

Les salariés de Nordeon, fabricant de tubes fluorescents à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) seront fixés sur le sort de leur entreprise, ce vendredi 14 avril. Sauf solution de dernière minute, le tribunal de commerce local doit prononcer la liquidation de l’entreprise ainsi que de sa filiale Marvell Glass, spécialisée dans les Led. Elles avaient été placées en redressement judiciaire le 2 mars dernier (Lire ici l’article de TracesEcrites News). 

 

Hier jeudi 13 avril, une centaine des 140 salariés a manifesté dans les rues de Chalon-sur-Saône pour exprimer leur inquiétude.
Nordeon, née en 2012 de la reprise de l’activité de Philips Lighting par le fonds d’investissement néerlandais Varova, avait enregistré en 2016 une nouvelle perte de 4 millions d’€ pour un chiffre d’affaires de 29 millions, que ses actionnaires ne souhaitent pas combler.

A l’AFP, son directeur Félix Zwaryszczuk a déclaré qu’il n’avait pas réussi à convaincre des repreneurs potentiels, essentiellement en raison des coûts de production, malgré son intention de reconvertir l’usine entièrement dans les Led, marché qui supplante progressivement les lampes fluorescentes. C.P.

 

Ecole des vins

 

- Le parc à thème Vintage Bel Air® lève un million d’€ par le financement participatif.

 

belair
Trois opérations simultanées de financement participatif pour le parc Vintage Bel Air®, dont une contribution aux fonds propres. © Vintage Bel Air®

 

Vintage Bel Air®, futur parc de loisirs à thème dédié au Vintage, à La Rochepot, près de Beaune (Côte-d’Or) lance pour deux mois, une campagne de financement participatif sur Vintage Funding, plateforme de crowdfunding dédiée exclusivement aux projets Vintage.
Jacques Le Disez, fondateur du projet qui devrait voir le jour en 2018 et ses associés, proposent aux internautes de devenir actionnaires du parc de loisirs. Leur objectif est de réunir un million d’€. Deux autres collectes portent sur la création d’un service de co-voiturage en véhicules anciens (5.000 €) et la restauration du premier véhicule de la collection du parc, une Citroën 5HP de 1924, recarrossée après-guerre (pour 10.000 €).
Les dons bénéficient des déductions fiscales relatives au mécénat : 50% sur l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et 18% sur l’impôt sur le revenu (IR). En échange de leur contribution, ces personnes recevront des contreparties inédites en lien avec le vintage et le parc.
Situé le long de la Nationale 6, Vintage Bel Air® va faire revivre sur 30 hectares en pleine nature, la route mythique des vacances et, dans un décor d’époque, l’insouciance des années 50 et 60 avec le début de la démocratisation de la voiture, des arts ménagers, le rêve américain, les guinguettes, la musique des vinyles, etc. L’investissement total s’élève à 9 millions d’€. Visionner le projet ici. C.P.

 

pub_TP_longue


- La BA 110 à Reims prête à accueillir les Culturales® 2017.

 

arvalis
Le site de la base aérienne 112 près de Reims va accueillir en juin la 12ème édition des Culturales®, salon de plein champ. ©Arvalis

 

Désaffectée depuis 2012, la base aérienne 112 qui s’étend sur 500 ha sur les communes de Bétheny, Brimont et Courcy, dans Le Grand Reims, tourne définitivement le dos à activité militaire et s’apprête à devenir une vitrine de l’agriculture de demain. Quelques 350 ha sont désormais propriété de l’association Agro-Ressources et Bio-économie Demain (ARDB).

La communauté urbaine du Grand Reims avait servi de relais pour porter le foncier dans le but de reconvertir le site en une plate-forme expérimentale agronomique et technologique. En plus d’une ferme expérimentale, La Ferme 112, qui exploite les terres agricoles, il est prévu de créer une zone d’activités en lien avec la bioéconomie.

La préfiguration aura lieu les 14 et 15 juin prochains, la 12ème édition des Culturales®, salon de plein champ organisé avec l’Institut du végétal Arvalis et qui s’était déroulé dans l’Aisne en 2015. Il y sera question de l’utilisation des technologies dans l’agriculture et de systèmes de production innovants.
L’ancien aérogare de Bétheny devrait quant à lui être occupé par un pôle de recherche où travailleront une soixantaine de chercheurs. Deux autres bâtiments accueilleront un pôle événementiel, et un troisième sera réservé à des start-up. C.P.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dijon, liquidation judiciaire, Côte-d'Or, Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, Grand Est, Beaune, filière bois, financement, Crossject, Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté, Nordeon, financement participatif, Marne, Reims, Vintage Bel Air® , Bruno Duchesne, Bourgogne Franche-Comté, G Groupe X , Fernand Brugère, Culturales® 2017, base aérienne 112, La Ferme 112, Agro-Ressources et Bio-économie Demain

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "7 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire