L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 15 mars 2017

ECO)BREF. Movimoda et Prévost créent Movi’Lux à Besançon et Dole en rachetant SNDR Fashioning. Johnson et Johnson veut délocaliser son site de Dijon. Alstom conçoit son bus électrique en Alsace. Un invité-mystère à 500 emplois près de Mulhouse. Femmes du BTP et cheminotes au rallye des Gazelles du Maroc. Le Luchrone remis sur son piédestal en attendant un emplacement définitif à Reims.

 

- Movimoda et Prévost créent Movi’Lux à Besançon et Dole en rachetant SNDR Fashioning.

 

sndrrepassage
SNDR Fashionning, rebaptisé SNDR Evolution fait depuis 1988 à Dole et Besançon, du défroissage de vêtements…


Le groupe italien Movimoda, spécialiste de logistique pour la mode, les chaussures et les accessoires (1.250 salariés), et le groupe Prévost, spécialiste français du transport et notamment de logistique industrielle (300 salariés), ont décidé de s’associer dans une coentreprise et de s’implanter en France.

Ensemble, les deux partenaires ont jeté leur dévolu sur la société SNDR Fashioning, présente à Dole (Jura) et Besançon (Doubs), qu’ils ont achetée et rebaptisée SNDR Evolution.
La coentreprise exploitera une nouvelle marque commerciale, Movi’Lux. Dans un premier temps, ce rapprochement ne créera pas d’emplois.

« La présence en France de Movimoda à côté de Prévost apportera des solutions et des compétences nouvelles aux demandes du marché qui, dans ce secteur, est de plus en plus en plus un marché mondial », expliquent ensemble les dirigeants des deux groupes familiaux réunis.

L’opération était présentée ce mardi 14 mars dans les locaux du Grand Besançon, qui veut développer la filière luxe. M.C.

 

sndrcouture
… et des retouches pour des fabricants et des distributeurs de prêt-à-porter. © SNDR Fashionning

 

Gif_Economia 635x106px

 

johnson
© Traces Ecrites.

- Johnson & Johnson veut délocaliser son site de Dijon.

 

Johnson & Johnson (J&J) Santé Beauté France lance une procédure d’information et de consultation de son personnel dijonnais en vue de transférer ses activités locales vers son siège d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

A Dijon, travaillent plus de 80 personnes, principalement dans le marketing et le commercial. Pour bien comprendre le pourquoi du comment, un petit rappel historique s’impose.

En 2004, l’entrepreneur dijonnais Marcel Elias vend au groupe Fareva l’activité industrielle des laboratoires Vendôme, qu’il contrôle depuis 2002, et passe un contrat de sous-traitance avec lui, via la filiale SPPH. Deux années plus tard, il vend les marques, dont la plus connue est Le Petit Marseillais, au groupe américain Johnson & Johnson.

Ce dernier reste un moment sur le site de Quétigny, près de Dijon, que SPPH exploite depuis pour fabriquer et conditionner nombre d’autres produits pharmaceutiques et cosmétiques. Puis il déménage fin 2008 dans un immeuble du nouveau quartier d’affaires de Valmy. « Tout se concentre dorénavant sur le siège parisien, proche des agences de publicité et des centres de décision », indique un interlocuteur préférant garder l’anonymat.

Reste que ce projet de fermeture n’a pas été du tout du goût de François Rebsamen, maire de Dijon et président de l’agglomération du Grand Dijon, car il est d’usage d’informer en avant-première l’élu concerné en pareilles circonstances.

Aussi, réagit-il vivement : « C'est avec stupéfaction et une profonde amertume que j'ai appris aujourd'hui la volonté du groupe Johnson & Johnson de délocaliser leur activité de Dijon. Bien qu'en France, le groupe ne connaisse aucune difficulté financière, J&J a décidé, sans concertation, dans l’isolement le plus total, de rapatrier ses filiales près de son siège social à Issy-les-Moulineaux.

Je connais les bouleversements que peut provoquer une annonce aussi brutale pour notre territoire. Aussi, aux côtés des services de l'Etat, je ferai preuve de la plus grande vigilance auprès de la direction du groupe afin qu'une solution solide soit proposée aux salariés », poursuit le maire de Dijon dans un communiqué. D.H.

 

Ecole des vins

 

- Alstom conçoit son bus électrique en Alsace.

 

alstomaptis
Le lieu de production à l'échelle industrielle du bus électrique d'Alstom n'est pas encore décidé. © Alstom.


Alstom se lance dans le bus électrique et choisit l’Alsace pour s’y préparer. Le groupe conçoit le nouveau véhicule baptisé Aptis sur le site de New Translohr (NTL), sa filiale à Duppigheim (Bas-Rhin) spécialiste des tramways sur pneus.

De fait, c’est un mariage entre l’habillage tramway et la circulation sur route qui caractérise le prototype dévoilé le 9 mars sur place par la direction du groupe. Son P.-DG Henri Poupart-Lafarge en tête qui y voit une étape dans l’histoire récente d’Alstom aussi importante que la conception de la gamme de tramway Citadis.
Dans sa version de référence, Aptis peut accueillir 100 passagers sur sa longueur de 12 mètres, entièrement en plancher bas. Sa recharge pourra être possible par tous les moyens : complète la nuit pour assurer une autonomie de 200 km ou au terminus des lignes par recharge au sol ou biberonnage par le toit.

Le groupe insiste sur sa nature inédite de « électrique 100 % », dans la mesure où le bus est conçu d’emblée pour cette motorisation, et non comme une adaptation d’une motorisation diesel.
Le nouveau véhicule sera testé en réel en Ile-de-France en deuxième partie d’année. Alstom vise de premières livraisons pour des commandes dans le courant de 2019. Si NTL Duppigheim en fabrique les prototypes, il n’est pas encore acquis qu’il sera le site de production en série. La décision du lieu reste à prendre. M.N.

 

pub_TP_longue


- Un invité-mystère à 500 emplois près de Mulhouse.


Un « leader européen de l’e-commerce » de nationalité allemande va s’implanter à Ensisheim (Haut-Rhin) avec l’intention d’y créer 500 emplois à terme et d’y investir 80 millions d’€, pour la distribution de pneumatiques automobiles.

Un compromis de vente d'un terrain de 20 ha, pour y construire un bâtiment de 10.000 m2 selon l'agence de développement économique d'Alsace (Adira), a été signé fin février dans la zone d’activités de la Plaine de l’Ill. Dans un premier temps, fin 2018, le projet doit créer 300 emplois pour cette vocation automobile, les effectifs supplémentaires viendraient d’une activité logistique en agro-alimentaire.

La décision marquerait le retour d’un investissement international créateur massif d’emplois en Alsace après de longues années de disette. Mais l’investisseur, dont le goût visiblement limité de la transparence ne va pas jusqu’à se dévoiler à ce stade, lie son feu vert au maintien de la France dans la zone euro. Autrement dit il va scruter de près l’issue de la présidentielle… M.N.


- Femmes du BTP et cheminotes au rallye des Gazelles du Maroc.

 

gazellesbtp
Florence Manessier et Valérie Bernard. © Aeropix et David Chedoz.

 

Deux équipes de Côte d’Or s’engagent cette année à la 17ème édition du rallye Aïcha des Gazelles qui se déroule dans le désert du Maroc jusqu’au 1er avril 2017. Le départ a lieu à Nice ce samedi 18 mars.
Valérie Bernard qui n’en est pas à sa première participation a pour coéquipière Florence Mannessier et en se baptisant « les Gazelles du BTP », elles défendent clairement la place des femmes dans les métiers du bâtiment et des travaux publics.

Respectivement secrétaire générale de la fédération française du bâtiment de Côte-d’Or et attachée commerciale de l’entreprise de béton prêt à l’emploi CEMEX à Dijon, Valérie et Florence sont sponsorisées par 18 entreprises, essentiellement du BTP, solidarité oblige.

Parmi elles, Curot Construction qui a fourni le 4X4, Pacotte et Mignotte, Roger Martin, C3B, Suez environnement. Elles forment aussi l’équipage officiel des rencontres « Sensation’elles » qui réunissent chaque année 150 à 200 femmes pour une compétition mêlant course et chantier.

 

gazellessncf
Katell Robert et Christelle Levasseur roulent pour SNCF Reseau.


Katell Robert et Christelle Levasseur porteront, quant à elles, les couleurs de la SNCF. Elles sont respectivement acheteuse à la direction des achats Groupe de SNCF Réseau et opératrice câblage sur le site industriel SNCF de Venarey-Les-Laumes, dans le nord de la Côte-d’Or.
Choisies parmi 32 volontaires, elles sont soutenues en grande partie par la Mutuelle des Cheminots. Lors de cette course, elles souhaitent encourager les femmes à s’engager dans les métiers techniques de la SNCF dont les effectifs restent encore majoritairement masculins.
Créé en 1990, le rallye des Gazelles propose à 320 femmes de 15 nationalités différentes de traverser le Maroc en binôme, munies de cartes et boussoles. Le but est de rallier 8 balises en un minimum de kilomètres. Le rallye est aussi l’occasion d’aider la population locale en pratiquant des visites médicales et en faisant des dons de matériel sportif et éducatif.
L’une et l’autre équipe peuvent être suivies sur la page Facebook Gazelles du BTP et le blog www.katell-christelle.com M.J.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites


- Le Luchrone remis sur son piédestal en attendant un emplacement définitif à Reims.

 

luchrone_1
La restauration du Luchrone a consisté à reconfigurer le système de commande électrique des 324 ampoules qui s'allument selon une scénographie.


L’oeuvre d’Alain Le Boucher que les Rémois appellent communément "L’oeuf" et dont la restaraution est confiée aux élèves du lycée Saint-Jean-Baptiste de La Salle à Reims a été remis sur son piédestal, vendredi 10 mars, à l’angle des rues Ponsardin et Gerbert.

En attendant qu’il ne trouve son emplacement définitif qui résultera d’une consultation des habitants. Bâti par des jeunes du CFA, de l’école de la 2e chance et du lycée, le socle en béton sera enterré.
Prochaine étape, l’installation du circuit électrique. Cette opération fait partie de la politique de mécénat de la ville de Reims pour la restauration de son patrimoine. Lire ici l’article de Traces Ecrites News. C.P.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Mulhouse, Alstom Transport, Haut-Rhin, Grand Est, véhicule électrique, logistique, Bas-Rhin, e-commerce, BTP, Reims, SNCF Réseau, Bourgogne Franche-Comté, Ensisheim, Le Luchrone, New Translohr, tramway sur pneus, rallye des Gazelles, Johnson & Johnson (J&J) Santé Beauté France, Movida, Prévost Transports, SNDR Fashioning, SNDR Evolution, Movi’Lux

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "10 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire