Traces Ecrites News, le club
  • Brassserie de Vézelay
  • Excelliance
  • Les Canalous
  • Mulot et Petitjean

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 07 mars 2017

ECO)BREF. Le fabricant d'éclairages Nordeon (Chalon-sur-Saône, Dijon) en redressement judiciaire, cherche des investisseurs. L’usine chimique de Thann (Alsace) change une nouvelle fois de propriétaire. Le fabricant de matériels de lutte contre l’incendie Pok (Aube) célèbre les femmes le 8 mars. Les start-up Geoide et Fosfen s'installent dans le « Village by CA » de Besançon.

 

- En cessation de paiement, le fabricant d’éclairages Nordéon cherche des investisseurs.

 

nordeonchalon
Machine de fixation des culots (bagues en aluminium) aux extrémités des tubes dans l'usine de Chalon-sur-Saône. © Traces Ecrites.


La procédure de redressement judiciaire est enclenchée pour le fabricant d’éclairages Nordeon qui avait succédé, à Chalon-sur-Saône et à Dijon, à Philips Lighting en 2012.
Le repreneur, le fonds d’investissement néerlandais Varova, jette l’éponge. « Il ne souhaite plus injecter d’argent dans l’entreprise », indique Félix Zwaryszczuk, directeur général. De nouvelles pertes, à hauteur de 4 millions d’€ ont été enregistrées l’an dernier sur un chiffre d’affaires de 29 millions d’€.
Selon le directeur du site, la solution de redressement passe immanquablement par une réduction de la masse salariale. L’usine de Chalon-sur-Saône emploie 122 personnes dans la fabrication de tubes fluorescents, auxquelles il faut ajouter les 22 salariés de la filiale Marvell Glass dédiée aux Leds.

Celle de Longvic, dans l’agglomération de Dijon, réorientée vers la logistique, ne fonctionne déjà presque plus. Organisée pour développer la vente en ligne, l'unité de Longvic va fermer, ce mode de distribution à l’attention des installateurs et des électriciens n’ayant pas fait suffisamment ses preuves.
« Nos prix de revient sont trop élevés par rapport à ce qui se pratique sur le marché », indique le directeur général. De surcroît, Nordeon réalise encore l’essentiel de son chiffre d’affaires avec un produit qui sera bientôt dépassé, les tubes fluorescents qui seront interdits en 2022.
Ce sera le défi des investisseurs qui reprendront tout ou partie de l’activité : se donner les moyens d’investir dans la Led qui représente déjà aujourd’hui 60% du marché, à la fois en recherche et développement, et en équipements.
Les difficultés sont également liées à la fin du contrat de Philips qui s’était engagé lors de la vente, à fournir un volume de commandes pendant quatre ans et qui a porté sur 25 millions d’unités en 2016. Malgré la situation, Nordeon annonce un carnet de commandes de 24 millions d’€ pour 2017. C.P.

 

pub_TP_longue


- L’usine chimique de Thann dans les grandes manœuvres de la chimie.


thann

 

Honorable « vieille dame » de plus de 200 ans, l’usine chimique de Thann (Haut-Rhin), change une nouvelle fois de propriétaire à l’occasion de l’un de ces méga-deals dont la chimie mondiale a le secret. Le groupe américain Tronox a signé un accord pour le rachat de l’activité de dioxyde de titane – la production alsacienne – au saoudien Cristal.
Celui-ci avait lui-même racheté il y a dix ans l’américain Lyondell-Millenium Inorganic Chemicals. La transaction d’1,6 milliard de dollars concerne huit sites dans le monde de dioxyde de titane, produit traditionnellement utilisé pour blanchir le papier, récemment soupçonné de nocivité comme additif alimentaire et qui trouve sa diversification en version « ultrafine » dans l’environnement (catalyse de moteurs, nettoyage de façades…).
L’usine de Thann s’apprête donc à changer une fois de plus de nationalité, de nom et de logo. Employant environ 240 salariés, le site a longtemps été propriété de Rhône-Poulenc. Elle partage la plate-forme chimique située en entrée de ville avec PPC (Potasse et produits chimiques), elle-même objet de changements successifs de maison-mère, aujourd’hui l’allemand ICIG. M.N.

 

Ecole des vins

 

mugpok- Le fabricant de matériels de lutte contre l’incendie Pok célèbre ses salariées.


Le courrier et le petit cadeau qu’Alexandra Grandpierre, directrice générale de Pok à Nogent-sur-Seine, dans l’Aube, va adresser à chacune de ses salariées - et à certaines de ses interlocutrices -, pour la journée internationale de la femme, le 8 mars, commence par un beau compliment.
« Les femmes qui travaillent chez nous sont consciencieuses, rigoureuses, travailleuses, intelligentes (*). Elles ont beaucoup d’humour. Elles parviennent à jongler entre la vie de famille et le travail avec maestria. (…) En toute objectivité, les femmes de la société Pok, de Cran (bureau d’études, Ndlr) et Okmetal (fabrication de dévidoirs, Ndlr) sont simplement fabuleuses. »
C’est le comité d’entreprise qui, raconte Alexandra Grandpierre, a adapté il y a plusieurs années déjà, une coutume allemande qui consiste à offrir ce jour-là une rose à chacune des visiteuses aux entreprises. Cette année, chaque salariée sera verra offrir, en plus de la rose, un mug gravé de leur prénom avec la signature “Vous rendez nos vies plus belles”.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites


« N’oublions pas, poursuit la dirigeante, qu’il n’y a pas si longtemps, nous n’avions ni le droit de voter, ni celui de mettre les pieds dans une bibliothèque. » Et ne manquant pas elle aussi d’humour, elle rappelle que « la gente masculine voudrait encore nous faire croire qu’autrefois les hommes des cavernes chassaient, tandis que les femmes restaient près de leurs enfants à … cueillir des fraises !  »
La dirigeante en profite pour lancer un appel à idées : comment recruter des femmes dans des secteurs tels que la chaudronnerie, l’usinage, l’électronique et le bureau d’études mécaniques ? Sans qu'elles soient ingénieures en génie électrique comme elle, Alexandra Grandpierre aimerait trouver des compétences féminines pour étoffer ses équipes. C.P.

(*) Janusz Korwin-Mikke, eurodéputé d'extrême droite, affirme avec conviction dans une vidéo à voir sur le Net le contraire. Comme quoi, la connerie est bien souvent masculine.

 

banniere-635x102

 

- Les start-up Geoide et Fosfen s'installent dans le « Village by CA » de Besançon.

 

geoide
Geoide qui conçoit des solutions software et hardware de communication, de géolocalisation et de sécurité informatique, est née dans l'incubateur de Franche-Comté à Temis. © Geoide.


Le 8e Village by CA a été officiellement lancé lundi 6 mars à Besançon, sur le site de Saint-Jacques, au centre-ville. Ce village a un statut particulier, celui d’une association portée par le Crédit Agricole de Franche-Comté et le pôle Microtechniques.

Soutenu par des entreprises locales partenaires (P3G-Parisot, Imasonic, Erhard, Abéo, Delfingen, Camelin-Ardec Metal), le « village » bisontin peut accueillir une dizaine de start-up dans un premier temps (30 postes disponibles).

Deux ont déjà été sélectionnées : Geoide, qui interconnecte les systèmes de communication sécurisée et Fosfen, créée par un médecin ophtalmologiste et un développeur Web. BlouseBrothers, le nom de leur plateforme Web, connecte les étudiants en sixième année de médecine à des conférenciers pour une sorte d’école en ligne, interactive et à prix accessible à tous, pour préparer au concours d’internat. Le site est en ligne depuis février, il affiche déjà 53 conférences de cas cliniques et 600 étudiants inscrits. M.C.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dijon, Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, Doubs, Haut-Rhin, Grand Est, Chimie, Thann, éclairage industriel à Led, Nordeon, Aube, Pok, Bourgogne Franche-Comté, Village by CA, Geoide, Fosfen, Dijon-Longvic

Découvrez également les articles associés :

Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites NewsBrèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites News
Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "1 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire