L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Les journalistes de Traces Ecrites News, le 15 février 2017

ECO)BREF. Une nouvelle vocation pour l'antre du Charolais, à Magny-Cours. Alsapan achève un investissement de plus de 5 millions d’€ en Moselle. Nouvelle acquisition pour La Française de Gastronomie. Axon’ Cable construit une nouvelle usine en Inde. Lancement de KMØ, la cité numérique de Mulhouse. Une agence Hydrotech à Dijon. Situation délicate, mais pas insurmontable en Champagne Ardenne.

 

- La ferme du Marault, près de Magny-Cours, se cherche une nouvelle vocation.

 

maraultferme
Le ring de 100 places et le hall de 3 200 m2.

 

QG des éleveurs de Charolais, notamment du Herd Book Charolais et du groupement d’éleveurs de la race charolaise d’Entre Loire et Allier, la ferme du Marault, près du circuit de Magny-Cours (Nièvre) cherche à diversifier ses activités. Cet espace de 40 hectares était le lieu d’organisation de concours agricoles et de ventes de bétail. Le GIE qui le gérait depuis sa création il y a plus de 30 ans, a déposé forfait en 2013 et le conseil départemental de la Nièvre a racheté le site en janvier 2016 dans le but de le réhabiliter et d’élargir sa vocation.

Rebaptisé Agropole du Marault, les lieux cherchent des voies pour devenir à la fois une vitrine « des pratiques d’excellence » de l’agriculture et un trait d’union avec le grand public. Des manifestations populaires s’y déroulent déjà (comme Trait Comt’Est) qui ont généré un chiffre d’affaires de 600.000 € en 2016. Mais cela ne suffit pas.

Ce mois de février, la chambre d’agriculture de la Nièvre lance une vaste consultation pour définir les contours des futures missions du lieu. Une fois le programme défini (restauration et vente de produits locaux?, séminaires pour les entreprises ?), il est envisagé de créer une société d’économie mixte qui réunira des collectivités publiques et des acteurs privés déjà membres de l’association de transition, comme les organisations agricoles et le Crédit Agricole centre Loire). C.P.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond


- Alsapan achève un investissement de plus de 5 millions d’€ en Moselle.


L’entreprise alsacienne dirigée par Cécile Cantrelle inaugure le 1er mars un investissement de 5,5 millions d’€ dans son usine de meubles en kit de Boulay, en Moselle.
Il concerne notamment une enrobeuse de 100 mètres de long capable d’habiller un panneau en une seule opération.
Alsapan (chiffre d’affaires de 200 millions d’€, 800 salariés) possède 5 usines, dont deux dans le Bas-Rhin, son berceau historique, spécialisées dans les revêtements de sols.
L’entreprise qui avait mis son capital en bourse dans les années 1990 jusqu’en 2012, est aujourd’hui dirigée par la petite-fille du fondateur Joseph Strub. C.P.

 

- La Française de Gastronomie rachète un transformateur d’escargots en Rhône-Alpes.

 

escargots


La Française de Gastronomie, filiale française du groupe belge Floridienne SA, coté à la bourse de Bruxelles, et dont le siège est situé à Schiltigheim, en Alsace, annonce son entrée au capital, à hauteur de 75%, de L’Escargot Courbeyre à Aurillac (Cantal). La PME de 26 salariés devient le 3ème site de transformation d’escargots du groupe, avec un autre site auvergnat à Vieille-Brioude (Haute-Loire) et le site bourguignon de Bassou, dans l’Yonne.
Le nouveau propriétaire (chiffre d’affaires de environ 57 millions d’€) va y développer une gamme traiteur, en complément des produits snacking développés par ailleurs : escargots,mais aussi coquillages farcis. C.P.

 

pub_TP_longue

 

- Axon’ Cable (Marne) va construire une nouvelle usine en Inde.

 

Concepteur et fabricant de câbles, de connecteurs et de systèmes d’interconnectique pour l’électronique de pointe, Axon’ Cable est installé à Bangalore en Inde depuis 2010. L’ETI implantée dans la Marne y fabrique des fils et des cordons. Axon’ a créé une nouvelle usine en 2013 et s’apprête à en construire une autre sur le parc aérospatial de Devanahalli, à proximité de l’aéroport international de Bangalore.
L’entreprise considère en effet l’Inde « comme un marché stratégique » pour ses activités, en particulier dans le secteur spatial. Le bâtiment sera érigé en deux étapes : une première tranche de 2.000 m2 d’ici à février 2019 ; une seconde tranche de même surface d’ici à 2021. Axon’ prévoit de recruter entre 100 et 200 personnes, s’ajoutant aux 65 personnes déjà employées. Le chiffre d’affaires prévisionnel s’établit à 5 millions d’euros. F.M.

 

- KMØ, la cité numérique de Mulhouse se met sur son tremplin.

 

kmo
Esquisse DeA architecte.


La voie semble désormais libre pour donner réalité au KMØ, le projet de cité numérique de Mulhouse. Le protocole entre les associés de la société porteuse du projet a été signé vendredi dernier 10 février. Cette SAS KMØ réunit les cinq acteurs socio-économiques mulhousiens à l’origine de l’idée (les entrepreneurs Olivier Zeller et Patrick Rein, l’architecte Guillaume Delemazure, l’universitaire Gérald Cohen et l’expert-comptable Michel Lévy), la Caisse des dépôts et le Crédit agricole Alsace Vosges.

Leur apport, une subvention du fonds européen Feder (1 million d’euros) et un prêt bancaire réunissent le financement de 5,2 millions d’€ nécessaire à l’installation « physique » du projet, par la transformation d’un atelier de la défunte SACM, l’ancêtre Alstom, dans le quartier justement nommé de la Fonderie en référence à son passé industriel. Les autorisations administratives sont également obtenues, si bien que les travaux vont démarrer en avril pour permettre la mise en service au printemps 2018.

Le KMØ offrira 11.500 m2 pour créer un « écosystème numérique » autour d’un pôle de formation, d’espaces de bureaux pour start-up notamment et d’un « TechLab » qui permettra aux entreprises de tester des prototypes et débuts de série.  L’ambition consiste en effet à faire du KMØ un lieu de référence bien au-delà de Mulhouse pour l’industrie du futur, la « transformation digitale des entreprises » comme l’ont rappelé les porteurs de projet.
Pour souligner un peu plus la recherche du lien entre passé et avenir, le nom KMØ fait référence à l’emplacement du projet sur le « kilomètre zéro », le point de départ de l’une des premières lignes de chemin de fer françaises ouverte en 1839. M.N.

 

Ecole des vins

 

- Hydrotech ouvre une agence dans l’agglomération de Dijon.

 

hydrotech
© Hydrotech.

 

La société d’ingénierie lyonnaise Hydrotech ouvre une agence Bourgogne - Franche-Comté à Longvic, près de Dijon, sous forme d’une franchise gérée par Cédric Bernard.
L’entreprise est spécialisée dans la recherche de fuites d’eau sur les installations de plomberie (réseaux d’eau, appareils sanitaires), l’enveloppe du bâtiment (toitures, menuiseries extérieures, façades), les réseaux enterrés (système d’arrosage, réseaux d’alimentation et de chauffage), ou encore les piscines. Mais elle ne fait pas les réparations. « La recherche de fuites est véritablement un métier à part entière », souligne Pierre Blanchard, le fondateur de la société qui réalise ici son implantation la plus à l’Est. C.P.

 

Gif_articles


- Conjoncture en berne en Champagne-Ardenne.

 

« Situation délicate, mais pas insurmontable », ainsi l’antenne Champagne-Ardenne de la CCI Grand Est et la Banque de France, analysent l’état de l’économie des départements de l’Aube, des Ardennes, de la Haute-Marne et de la Marne en ce début d’année. L’appréciation de 1.136 chefs d’entreprise de l’industrie, du commerce (gros et détail), des services (aux entreprises et aux particuliers), du bâtiment et des travaux publics révèle des chiffres d’affaires stables, et une augmentation de l’investissement et de l’emploi.
L’industrie poursuit la reprise d’activité observée au dernier semestre 2016 avec des chiffres d’affaires en hausse, bien que l’industrie du textile soit en difficulté. Les trésoreries restent fragiles. L’orientation globale des chiffres d’affaires apparaît positive pour les services aux entreprises et aux particuliers.
Dans le bâtiment comme dans les travaux publics, le second semestre 2016 amorce une reprise d’activité accompagnée d’un gain en visibilité. Pour autant, la demande que constitue la commande publique est encore jugée insuffisante. Les derniers recensements de l’Observatoire de la commande publique animé par la Cellule économique régionale du BTP et des matériaux de construction et la CCI Champagne-Ardenne, peuvent apporter du baume au coeur. Sur plus de 600 projets émanant de Etat, des entreprises publiques, des collectivités territoriales (dont les communes de plus de 500 habitants) et les bailleurs sociaux, 399 opérations devraient se concrétiser en 2017, dont 211 dans le bâtiment et 188 dans les TP. Document téléchargeable sur : www.champagne-ardenne.cci.fr - rubrique Information économique. C.P.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dijon, Côte-d'Or, Yonne, Nièvre, Grand Est, Charolais, Nevers-Magny-Cours, Bas-Rhin, La Française de Gastronomie, conjoncture, Alsapan, Moselle, Marne, Axon’ Cable, Ferme du Marault, conseil départemental de la Nièvre, Bassou, KMØ, cité numérique de Mulhouse

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "6 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire