L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Les journalistes de Traces Ecrites News, le 14 février 2017

ECO)BREF. Partnair Industries injecte 3,6 millions d’€ en Moselle, et Triumph 10 millions à Obernai. P3G Industries reprend PMH, ex-Parisot. Le Pôle Performance de Nevers Magny-Cours accueille Renault Trucks Defense. Lidl investit 35 millions d’€ en Alsace. L'enquête de la Banque de France annonce une embellie dans l’industrie en Bourgogne - Franche-Comté. Et carriers et cimentiers, une légère reprise dans les matériaux de construction.  Le Fonds Agir pour l'emploi EDF soutient l'insertion. Les jeunes cinéastes de l’industrie primés par le club des professionnels de la communication ClercleCom.

 

- Partnair Industries injecte 3,6 millions d’€ pour déployer ses solutions de ventilation sur les chantiers.

 

partnair
Partnair Industries fabrique des systèmes de ventilation pour l'industrie. @Philippe Bohlinger.

 

Les solutions mises au point par Partnair Industries en Moselle, ont le vent en poupe.  Le spécialiste de la ventilation sur les chantiers clôt ou confinés va injecter 3,6 millions d’€ pour déployer sa stratégie en France et surtout à l’international : 2,1 millions vont être dépensés dans la construction de 1.750 m² de locaux à Forbach (Moselle), tandis qu’une enveloppe de 1,5 million vise à acquérir des machines-outils, des systèmes logistiques et un parc matériels destiné à la location.
La société dirigée par Jean Bertolotti devrait quitter la pépinière d’entreprises Eurodev Center cet automne pour aménager dans son nouvel écrin. Elle ambitionne parallèlement de doubler ses effectifs pour atteindre 30 salariés à l’horizon 2020.
Sa nouvelle envergure devrait lui permettre d’offrir un catalogue complet de services à ses clients dans les secteurs des mines et carrières, travaux publics, pétrole et gaz.

Implantée en Italie et au Maghreb, la société avait créé sa troisième antenne à l’international en juin 2016 à Hanoï (Vietnam) : Partnair industries Asean. L’entreprise dont les savoir-faire sont issus de Charbonnages de France, a réalisé un chiffre d’affaires d’un million d’€ en 2016. P.B.

 

Ecole des vins

 

- Triumph investit 10 millions d’€ sur son site logistique d’Obernai.


L’agence de développement économique d’Alsace, l’Adira, annonce une extension de 3.300 m2 de la plateforme logistique de Triumph à Obernai (Bas-Rhin). L’investissement de 10 millions d’€ porte sur l’immobilier et une automatisation des équipements de préparation de commandes de la plateforme qui s’étendra sur plus de 20.000 m2.
Usine de fabrication de lingerie jusque dans les années 1990, le site alsacien est l'unique site logistique du fabricant de lingerie à l’origine allemand, et dont le siège social est aujourd’hui implanté en Suisse, pour les zones d'Europe du Nord, de l'Ouest et du Sud. Il y emploie 320 salariés. C.P.

 

- P3G Industries reprend PMH, ex-Parisot en Haute-Saône et dans les Vosges.

 

parizot
Parisot fabrique des meubles en kit et toute une gamme de sièges. © Parisot.


Créé en 2008 par Jean-Charles Parisot à partir d’ex-filiales du groupe de meubles de Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône) et spécialisé dans les meubles rembourrés (canapés, fauteuils), de salles de bains et de jardins fabriqués dans des filiales roumaines et chinoises, P3G Industries vient de reprendre la main sur l’ex-groupe Parisot, aujourd’hui PMH.
Petit-fils de Jacques Parisot (le fondateur du groupe, en 1936), Jean-Charles Parisot était revenu au capital en 2014 et en a peu à peu repris la totalité, y compris la part des 10 cadres dirigeants qui avaient racheté l’entreprise (Lire ici). Ces derniers restent dans la société et reviendront progressivement au capital à hauteur d’environ 20%.
L’objectif de Jean-Charles Parisot est de fusionner les deux groupes, P3G et PMH, pour en faire un acteur incontournable du meuble d’entrée de gamme en France, où le marché est morose, mais aussi en Europe, où le dirigeant a identifié des bulles de croissance.
L’ensemble pèse aujourd’hui 290 millions d’€ de chiffre d’affaires, 3.500 salariés et douze usines, dont trois en France : deux en Haute-Saône (meubles en kit et panneaux de bois, la matière première) et une dans les Vosges. M.C.

 

- Le Pôle Performance de Nevers Magny-Cours accueille Renault Trucks Defense.

 

polemagnycours
Tests d'un véhiucle blindé sur la piste club du Circuit de Nevers Magny-Cours afin d'optimiser son efficacité et la sécurité de ses occupants.

 

Le Centre de Maintien en Condition Opérationnelle (CMCO) de Renault Trucks Defense, implanté à Fourchambault (Nièvre) rejoint le Pôle Performance de Nevers Magny-Cours qui fédère déjà une trentaine d’entreprises et d’établissements de R&D ou d’enseignement supérieur autour du circuit de renommée internationale de Nevers Magny-Cours.

Depuis 2006, ce cluster développe des synergies entre des entreprises de la compétition automobile, des sociétés industrielles de très haut niveau technologique et des entités de formation supérieure. Il y a dix ans, Renault Trucks Defense reprenait le site de la 15ème base de soutien du matériel de l’Armée de Terre afin d’en faire son CMCO.

Il a acquis depuis une expertise reconnue en matière de régénération des équipements, en particulier au travers de son expérience de remise en condition opérationnelle du VAB (Véhicule de l’Avant Blindé) au retour d’opérations. Par ailleurs, l’usine de Fourchambault est devenue depuis 3 ans le centre d’excellence de production de toutes les caisses blindées des gammes modernes du constructeur.

Aujourd’hui, le CMCO se prépare à devenir le centre logistique de tous les organes et pièces de rechange du Griffon et du Jaguar, véhicules du programme Scorpion fabriqués par le Groupement Momentané d’Entreprises (GME) composé de Nexter Systems, Thales et Renault Trucks Defense. D.H.

 

pub_TP_longue

 

- Lidl investit 35 millions d’€ dans sa plus ancienne plateforme logistique française.


Avant l’extension de sa base logistique d’Entzheim (Bas-Rhin) qui approvisionne les magasins d'Alsace, de Moselle, du Doubs et du Territoire de Belfort, Lidl a inauguré la semaine dernière sa nouvelle direction régionale, sur le même site.
Le distributeur allemand a annoncé ses ambitions dans l’Est, une dizaine de nouveaux magasins. D’où la nécessité d’agrandir le tout premier entrepôt installé en France dont les capacités se trouvaient déjà réduites.
La base logistique, en travaux jusqu’en avril 2018, sera étendue de près de 20.000 m2. Sa surface de 52.000 m2 permettra d’accueillir 30 quais de chargement supplémentaires (une centaine au total) et de nouvelles chambres froides destinées au stockage des produits frais.
Cet investissement de 35 millions d’€ va générer la création d’une trentaine d’emplois début 2018.
L’enseigne porte un second projet logistique dans l’Est, sur la zone Coriolis, près du Creusot en Saône-et-Loire. Destiné à approvisionner les magasins des régions Bourgogne Franche-Comté et Rhône Alpes - Auvergne, un entrepôt aussi vaste, de 52.000 m2, remplacera l’actuel, deux fois moins grand, de la zone du Prélong à Montceau.

Pour l’heure, le projet qui devait démarrer ce printemps est suspendu à des mesures de compensation pour la protection de plusieurs espèces d’oiseaux. C.P.

 

Gif_articles

 

-  Embellie annoncée dans l’industrie en Bourgogne - Franche-Comté.


L’activité industrielle en Bourgogne - Franche-Comté devrait connaître une embellie cette année, qui se traduirait par une hausse du chiffre d’affaires de 4,6%. Ce sont les chefs d’entreprises qui l’affirment ; ils ont été 850 dirigeants d’entreprises industrielles à répondre à l’enquête annuelle de la Banque de France qui délivrera le bilan de l’activité économique 2016 et les perspectives 2017, à partir de demain à Dijon, puis dans les sept autres départements de la région.
La prévision à la hausse qui suit une année de repli dans l’industrie (- 2,8 % en terme d’activité et - 1,2% des effectifs), concerne quasiment tous les secteurs, même si trois caracolent en tête : l’équipement électrique et électronique, l’agro-alimentaire et les matériels de transport. Les effectifs, eux, devraient être étals. Quant aux investissements, ils font un bon en avant, à + 8,5%, alors qu’ils avaient reculé de 17,2% en 2016. C’est d’ailleurs le bon moment pour investir, commente Jeannine Roghe, directrice régionale, grâce à des taux encore très favorables.
Les autres secteurs d’activité passés en revue (sur un échantillon représentatif de 2.000 entreprises) suivent une courbe variable. Les transports et l’ingénierie vont continuer de progresser, comme ils l’ont fait en 2016, mais ne prévoient pas d’investir. Les premiers qui comprennent également la logistique n’embaucheront pas en raison d’un renforcement de l’automatisation des tâches. En revanche, l’ingénierie prévoit de renforcer ses effectifs de 6,8% après déjà une hausse de 4,4% l’an dernier.
Le bâtiment, en berne en 2016, donne de timides signes de reprise tandis que les travaux publics, sur un échantillon d’entreprises représentant 45% de la profession, prévoient une stagnation après une progression sensible en 2016, chiffrée à + 5,6%. C.P.

 

- Légère reprise de l’activité dans les matériaux de construction.

 

cemex
Les ventes de béton de prêt à l'emploi repartent à la hausse en Bourgogne - Franche-Comté. Ici, l'une des dernières installations, Cémex à Dijon. © Traces Ecrites.


Si l’activité de la filière matériaux de construction revenait à la normale, « on ne saurait pas faire car il y a un réel manque de main d’oeuvre et les outils industriels n’auraient pas forcément le niveau de compétitivité requis  », déclare Laurent Delafond, président de l’Union nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (Unicem) Bourgogne - Franche-Comté.
La profession qui regroupe les producteurs de béton prêt à l’emploi, de granulats, de matériaux pour l’industrie et les carriers, est en crise depuis 2007, une situation en lien direct avec le ralentissement de l’activité des travaux publics et de la construction. En Bourgogne - Franche-Comté, les 205 entreprises du secteur réalisent un chiffre d’affaires de 390 millions d’€ avec 3.240 salariés.
Une éclaircie se profile en ce début 2017 malgré, précisent les professionnels, « l’immobilisme des commandes publiques dues à la campagne présidentielle et à la fusion des régions ». Ils prévoient une croissance de 2% pour les granulats et de 3% pour le béton prêt à l’emploi.

Ces deux secteurs prédominent : les granulats engendrent près de la moitié du chiffre d’affaires de la profession dans la région (plus de 200 millions en 2015) suivi du béton prêt à l’emploi (près de 150 millions). C.P.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

- Le Fonds Agir pour l'emploi EDF veut booster l’insertion par l’emploi en Bourgogne Franche-Comté.

 

edf
De gauche à droite : Gonzague Laurent (Bourgogne Active), Delphine Chouvet (Valoristes Bourguignons), Sophie Ricordel (FAPE EDF).

 

EDF accompagne et soutient de nombreux projets locaux qui promeuvent l’insertion et luttent contre l’exclusion. Le Fonds Agir Pour l'Emploi (FAPE) EDF accompagne les investissements de projets d’insertion par l’emploi. Lors d’une réunion le 9 février dernier, Sophie Ricordel, secrétaire générale, a précisé à une cinquantaine d’acteurs concernés les modalités d’aide que le  Fonds Agir Pour l'Emploi EDF peut apporter.

« Une aide pour de l’investissement, à laquelle il est possible de faire appel trois fois. Les structures éligibles à cette aide doivent être d’intérêt général et agir pour l’emploi et l’insertion des personnes en difficulté, comme par exemple les chantiers d’insertion - mais pas les entreprises d’insertion sauf exception -, les régies de quartiers, les garages solidaires et les associations de l’économie sociale et solidaire qui développent des emplois pour ceux qui en sont éloignés », précise-t-elle.

« J’étais très contente d’avoir un partenaire qui vienne regarder précisément mon analyse financière », témoigne Delphine Chouvet, directrice des Valoristes Bourguignons, structure qui organise des parcours d’insertion pour des personnes en situation d’exclusion. D.H.

 

- Les jeunes cinéastes de l’industrie primés par le club des professionnels de la communication ClercleCom.

 

filmit
Les jeunes font la promotion des métiers de l'industrie pour leurs pairs. © Têt de Com.


Faire connaître les métiers de l’industrie aux jeunes par l’image, un vecteur de communication qui leur parle : c’est le pari, réussi, du festival Film'It (pour Industries technologiques), né il y a trois ans à Besançon dans le cadre de la Semaine de l’industrie animée par l’Union nationale des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM).

Ce sont les jeunes eux-mêmes, des collégiens, des lycéens, des apprentis (du CAP au diplôme d’ingénieur), des étudiants ou encore des jeunes en structures d’insertion qui ont, dans le cadre de leur scolarité, réalisé 29 films de 3 mn sur des entreprises de la métallurgie franc-comtoise. Et comme tout festival, il y a un palmarès : huit ont été primés l’an dernier. La 4ème édition est en route et elle devrait s’étendre à la Bourgogne.
L’événement dont l’idée revient à l’agence de communication Tête de Com à Besançon a été primée le 9 février à Dijon par le club des professionnels de la communication Le CercleCom, avec cinq autres (*). A noter aussi que pour la première fois, le Club de la Presse Bourgogne remettait le trophée des relations presse : les journalistes ont choisi Christine Müller-Ville, attachée de presse qui s’est récemment mise à son compte après avoir longtemps été celle du comité régional de tourisme de Bourgogne. C.P.
(*) AMT, campagne collecte des déchets Grand Dijon ; Tête de Com, promotion Destination Doubs ; Temps Réel, signalétique chantier du musée des Beaux-Art de Dijon ; Couverture Image, vidéo des rencontres cinématographiques de Dijon ; Etudiants Master Communication Université de Bourgogne, journal du chantier de rénovation de la salle de spectacles La Vapeur.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Haute-Saône, Nièvre, Grand Est, logistique, Coriolis, Bas-Rhin, groupe Parisot, conjoncture, Cerclecom, investissements, Obernai, Vosges, Moselle, insertion professionnelle, Banque de France, granulats, UIMM, Unicem, grande distribution, matériaux de construction, Laurent Delafond, béton prêt à l'emploi, Bourgogne Franche-Comté, Partnair Industries, ventilation, Pôle Performance de Nevers Magny-Cours, Renault Trucks Defense, Fonds agir pour l'emploi EDF, Triumph, lingerie, P3G Industries, Lidl, Tête de Com, Festival Film'It, Trophées Cerclecom

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "6 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire