L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 05 décembre 2016

ECO)BREF. Jeangérard Polissage dans de nouveaux locaux en Haute-Saône. Sodetal AWT (Meuse) en redressement judiciaire. Le label Origine France Garantie pour Fontes de Paris (Aube). A Dijon, Hygiène et Nature se renforce dans le bio. Financement participatif made in Côte-d’Or. Le label Grande École du Numérique à la Sem Numerica. Polémique autour du nouveau logo de la région Bourgogne- Franche-Comté. Pluie de médailles pour le liquoriste Gabriel Boudier. Valérie Siegler, directrice générale de Spadel France. 

 

 - Jeangérard Polissage inaugure ses nouveaux locaux à Lure.

 

jeangirard
Les locaux ont été bâtis par Action 70 qui les loue à l'industriel. © Action 70.


Pour mieux résister aux aléas du marché automobile et pour se faire plaisir aussi, David Jeangérard, s’était engagé il y a une dizaine d’années dans la diversification de son activité. Petit-fils de René Jeangérard, le fondateur de Jeangérard Polissage, le dirigeant s’était orienté vers le polissage des ouvrages d’art (pour les boutiques Vuitton, Chanel et Burberry, par exemple) et des œuvres d’art contemporain (celles, monumentales, de l’artiste Richard Orlinski).
Aujourd’hui, la visserie pour les secteurs automobiles et industriels ne représente plus que 50% de l’activité et l’entreprise s’est réorganisée en interne pour développer ces deux savoir-faire en parallèle. Elle réalise un chiffre d’affaires de 850.000 €, emploie 11 salariés et vient de s’installer dans des locaux tout neufs, dans une zone industrielle et commerciale à Lure (Haute-Saône), qu’elle inaugure ce 3 décembre. M.C.

 

- Sodetal AWT en redressement judiciaire malgré un carnet de commande regarni.

 

sodetal
L'industriel avait déjà connu une procédure collective il y a exactement 3 ans. © Philippe Bohlinger

 

Le tribunal de commerce de Bar-le-Duc (Meuse) a ouvert une procédure de redressement judiciaire le 22 novembre à l’encontre de la tréfilerie Sodetal Advanced Wire Technologies à Tronville-en-Barrois (Meuse). Une situation qu’a malheureusement déjà connue il y a exactement trois ans ce fabricant de « steelcords », des assemblages de fils utilisés dans le renfort de pneumatiques.

Les difficultés de l’entreprise avaient conduit l’ancien actionnaire, le sidérurgiste sarrois Saarstahl, à céder l’usine au holding russe Terwingo en mai 2014. A l’époque, le repreneur avait négocié un plan social prévoyant la suppression de 162 emplois sur un total de 355.
En l’espace de deux ans-et-demi, le président de Sodetal AWT, Artyom Bogoslavsky, n’est pas parvenu à redresser la barre. « Notre employeur s’est démené pour regarnir les carnets de commande et les syndicats l’ont soutenu, décrit Fabrice Huot, délégué syndical CFDT. Mais la confiance est rompue depuis que nous avons appris que le parc de machines avait été mis en gage cet été auprès de la filiale slovaque du groupe ».
Pour sortir de la zone rouge en renouvelant ses équipements, Sodetal ATW comptait sur un projet d’investissement de 25 millions d’€. En cessation de paiement depuis la mi-novembre, l’industriel ne serait parvenu à réunir que la moitié de la somme. Sans solution alternative, la liquidation judiciaire pourrait intervenir d’ici la mi-décembre. P.B.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

fontesdeparis- Le label Origine France Garantie décerné à Fontes de Paris.

 
Spécialiste de l’éclairage public, Fontes de Paris a obtenu le label Origine France Garantie délivré par l’association Pro France. L’entreprise implantée à Chavanges, dans l’Aube, devient « le seul fabricant de luminaires labellisé Origine France Garantie », selon sa direction.

Celle-ci se félicite de pouvoir ainsi « se démarquer de ses concurrents en offrant aux professionnels de l’éclairage public une traçabilité complète et transparente des produits concernés ».
La PME qui emploie une vingtaine de personnes, fabrique une large gamme de luminaires, de crosses, de consoles, de bornes lumineuses et de candélabres destinés à l’éclairage urbain dans toutes les villes du monde, ainsi que du mobilier urbain (bornes et bancs). F.M.

 

- Hygiène et Nature accrôit son positionnement dans le bio.

 

 hygieneetnature

 

L’entreprise que pilote Guillaume Fievet dans le cadre du groupe familial Prodef porte bien son nom. Hygiène & Nature, spécialiste des produits d’entretien pour le marché des professionnels et des collectivités, lance une nouvelle gamme biologique. « Ces produits combinent l’action des bio-surfactants, des enzymes et des bactéries, offrant ainsi une solution d’entretien naturelle et biodégradable », indique un communiqué.

Implanté sur 15.000 m2 à Longvic, près de Dijon, le fabricant renforce parallèlement son outil industriel en investissant 750.000 €, sur ces deux dernières années, dans de nouvelles lignes de conditionnement. Hygiène & Nature emploie 41 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 10 millions d’€. Très innovante, grâce à un laboratoire de R&D, l’entreprise dispose en propre de 460 formulations. D.H.

 

Ecole des vins

 

- Du financement participatif made in Côte-d’Or.


La CCI Côte-d’Or s’associe à la plateforme de financement participatif Bulb in Town pour rapprocher porteurs de projets et financeurs (particuliers ou investisseurs) locaux. coccigo21- c’est son nom - a l’ambition, pour les premiers, de mobiliser une communauté d’ambassadeurs de proximité autour de leur projet et pour les seconds, d’aider des initiatives dont ils peuvent bénéficier directement de leur impact positif.

En échange de leur don, les contributeurs peuvent, si le porteur de projet le prévoit, prendre une participation au capital de l’entreprise qu’ils soutiennent, ou plus classiquement, recevoir une contrepartie en nature.
Plusieurs organismes de soutien aux entreprises accompagnent cette initiative de la CCI Côte-d’Or, notamment pour apporter du conseil aux porteurs de projets. C.P.

 

- La Sem Numerica décroche le label Grande École du Numérique.

 

numerica
Les locaux de Numérica à Montbéliard © Frédéric Monnier.

 

La société d’économie mixte, dédiée au numérique en Bourgogne Franche-Comté et implantée à Montbéliard, obtient avec ce label décerné par le Fond d’expérimentation pour la jeunesse et 4 ministères : une vraie reconnaissance pour son travail en matière de formation professionnelle.

Car le label Grande École du Numérique lancé en 2015 par le Président de la République caresse une double ambition : répondre aux besoins croissants du marché de l’emploi en compétences numériques et favoriser l’insertion socio-professionnelle des publics éloignés de l’emploi et de la formation.

Chez Numerica, une première promo de développeurs de solutions mobiles pour objets connectés sortira l’an prochain. D’une durée de 8 mois, dont deux mois de stage en entreprise, cette formation débutera en avril 2017.

Les apprenants découvriront les méthodologies, les technologies et les outils de développement des solutions mobiles en relation avec des objets connectés et ce, dans une région porteuse avec nombre d’entreprises impliquées dans les secteurs de l’automobile et de l’énergie. La Sem Numerica emploie 14 personnes et s'appuie sur un budget d'environ 3 millions d'€ pour, par ailleurs, promouvoir les usages du numérique et d'aider à l'innovation. D.H.

 

pub-gif-juin-v10

 

logocrbfc- Le nouveau logo de la région Bourgogne- Franche-Comté malmené sur les réseaux sociaux.

 

Sitôt publié en fin de semaine dernière, le nouveau logo du conseil régional de Bourgogne  Franche-Comté a reçu une pluie de critiques sur les réseaux sociaux (#BourgogneFrancheComte sur Twitter et création d’une page Pour un vrai logo Bourgogne - Franche - Comté sur Facebook). En dehors des appréciations personnelles sur son esthétisme, les internautes se sont défoulés sur ce qu’on pourrait appeler un mauvais rapport-qualité prix. Sa simplicité - l’empilage vertical  de quatre mots liés par des tirets qui surlignent 4 lettres, et associé au slogan « A nous 2 » ne vaut pas le prix de 18.000 €, , selon le public qui y voit un gâchis de ses impôts.
La polémique a pris un tournant politique : François Sauvadet, président du groupe de l’Union des Républicains, de la Droite et du Centre au conseil régional a lancé une pétition (un millier de soutiens hier soir) sur change.org qui dénonce le fait que les conseillers régionaux n’ont pas été consultés dans le choix et demande qu’un concours soit lancé dans les lycées pour trouver un nouveau logo.
D’autres, comme le site humoristique de Besançon, L’Echo de la Boucle, ici, tourne l'affaire à la dérision en s'essayant au théâtre de l'absurde. C.P.

 

pub_TP_longue

 

- Le liquoriste Gabriel Boudier décroche une pluie de médailles internationales.

 

boudier
De gauche à droite : François Battault, Claire Battault et tout à droite Yves Battault. © Thomas Alexander.

 

La maison dijonnaise de la famille Battault, concepteur et producteur de spiritueux rafle le trophée 2016 du meilleur producteur de liqueur, décerné à Londres par le IWSC (International Wine & Spirit Competition). L’entreprise décroche de plus, à cette occasion, 6 médailles d’argent et une de bronze pour différents produits.

Comme un plaisir n’arrive jamais seul, le MISC (Melbourne International Spirits Competition) de Melbourne (Australie) lui décerne presque au même moment la médaille d’Or du meilleur producteur français de Gin de l’année, la médaille d’Or de la meilleure Crème de Cassis de Dijon, et la médaille d’argent du Saffron Gin.

Gabriel Boudier, fondée en 1874, emploie 60 personnes et réalise un chiffre  d'affaires de 13 millions d’€, dont 60% à l’exportation dans 72 pays. D.H.

 

 banniere-635x102

 

vsiegler
© Jean Haeusser.

- Valérie Siegler, directrice générale de Spadel France.


Depuis 4 ans, la nouvelle directrice générale de Spadel France occupait le poste de directrice Marketing et Ventes hors domicile pour les marques Carola et Wattwiller  (chiffre d’affaires de 92 millions d’€, 92 salariés), les eaux alsaciennes du groupe Spadel. Elle était également membre du comité de direction France piloté par Franck Lecomte, son prédécesseur.
Ca ne s’invente pas : Valérie Siegler, 42 ans, est née Ribeauvillé (Haut-Rhin), le fief des sources Carola. Pour cette marque très implantée en Alsace, elle a créé un blog, étendu depuis peu à la Lorraine qui parle des initiatives des « amoureux de leur région ». Cette démarche fut remarquée par l’association des Femmes de l’Economie du Grand Est, qui lui a décerné le Trophée d’Or de la catégorie « Femme communicante » et lui vaut d’être nominée pour les trophées nationaux dont les résultats seront connus à l’Hôtel Potocki à Paris le 2 décembre.

Le minéralier belge Spadel, aux capitaux familiaux, emploie 733 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 242 millions d’€ dans les eaux minérales et les boissons à base d’eaux minérales. C.P.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Formation, Haute-Saône, liqueurs, Grand Est, numérique, redressement judiciaire, Bas-Rhin, liquoriste, éclairage public, Hygiène et Nature, Spadel, Carola, financement participatif, Aube, Meuse, Bourgogne Franche-Comté, conseil régional Bourgogne Franche-Comté, Les Grandes Sources de Wattwiller, label Origine France Garantie, Valérie Siegler, Sodetal, Terwingo, Sem Numerica, label Grande École du Numérique, Gabriel Boudier, famille Battault, Coccigo21.fr, Fontes de Paris , Jeangérard Polissage

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "2 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire