L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 15 novembre 2016

ECO)BREF. Émile Henry rachète Jars Céramistes spécialisé dans le grès émaillé. Le nancéien Adista accueille le fonds d’investissement parisien Equistone. Le constructeur éolien allemand WPD installe un bureau à Dijon. WhiteQuest lève 100.000 € auprès d'Alsace Business Angels. Le dijonnais Fabrice Gillotte ouvre la première boutique de son réseau à Besançon. Colmar fait de la place pour l’économie. Besançon expérimente les panneaux intelligents de WorldPlas. Une nouvelle zone d’activités au sud de Vesoul. Le Grand Besançon s’agrandit à 192.000 habitants. 

 

jars
Production chez Jars Céramistes...

 

- Emile Henry complète son vaisselier en rachetant Jars Céramistes.  

 

Le céramiste culinaire, implanté à Marcigny, en Saône-et-Loire, prend la majorité du capital de la société Jars Céramistes, située à Anneyron (Drôme). Les produits de cuisson, plats, tajines, briques à rôtir…, la spécialité d'Emile Henry, côtoieront désormais une gamme assez large en grès émaillé de vaisselle : assiettes, saladiers, tasses… que fabrique depuis 1857 Jars Céramistes.

Cette manufacture atteint les 4,8 millions d’€ de chiffre d’affaires, tandis qu’Émile Henri, entreprise familiale dirigée depuis 2012 par Jean-Baptiste Henry, réalise 25 millions d’€ d’activité consolidée avec 200 personnes, dont 80% à l’export dans 65 pays. D.H.

 

emilehenry
... et chez Émile Henry.

 

- Le nancéien Adista accueille le fonds d’investissement parisien Equistone dans son capital.

 

adista
Adista est spécialiste des services informatiques hébergés, des solutions d’interconnexion et d’accès Internet très haut-débit. © Adista.


Adista qui emploie 350 personnes à Maxéville, dans l’agglomération de Nancy, prépare en douceur le départ de ses dirigeants et fondateurs, Gilles et Pascal Caumont, 59 ans. Cette transition a été gravée dans l’accord signé avec le fonds d’investissement parisien Equistone Partners Europe devenu, cet été, l’actionnaire majoritaire de l’entreprise (60%) aux côtés de cadres (20%), des frères Caumont, du fonds d’investissement régional GEI (Génération, entrepreneurs, investisseurs) et de l’Institut Lorrain de Participation (20%).
Spécialiste des services informatiques hébergés, des solutions d’interconnexion et d’accès Internet très haut-débit, Adista prévoit ce changement dans trois à cinq ans, avant un nouveau changement d’actionnaire. « Dans un monde porté par les technologies innovantes, nous estimons que l’avenir est aux jeunes », annonce Gilles Caumont, fondateur de l’entreprise en 1981. D’ici son départ, le dirigeant, par ailleurs membre du conseil de gouvernance de LornTech, compte encore faire grossir ses 24 agences régionales pour atteindre la barre symbolique des 100 millions d’€ de chiffre d’affaires d’ici 2019.
Boosté par l’accroissement des besoins des PME et des collectivités territoriales - ses principales clientes -, Adista a vu son chiffre d’affaires grimper de 116% entre 2012 et 2015 pour avoisiner 66,5 millions d’€ (exercice clôturé en août 2015). L’entreprise qui inaugure le 15 novembre 2016 à Bourges (Cher) son 7ème data-center, investit en moyenne 6 millions d’€ par an. P.B.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

- Le  constructeur éolien allemand WPD installe un bureau à Dijon.


La filiale française de WPD, groupe allemand spécialisé dans l’éolien (80 salariés en france, siège social à Boulogne-Billancourt) installe une agence à Dijon pour suivre de près ses deux projets de parcs éoliens en Bourgogne.
Avec 22 éoliennes, celui de Joux-la-Ville dans l’Yonne, opérationnel en fin d’année, sera le plus grand du constructeur en France. Un second, de 4 éoliennes, à Quincy-le-Vicomte en Côte d’Or, est en travaux et doit être livré à la fin de 2018. Le total représente une puissance de 44 mégawatts.
Le bureau dijonnais, installé au centre-ville, est pour l’instant composé d’un chef d’agence et de deux chefs de projet. En attendant d’autres opportunités… Selon Philippe Vignal, directeur général de WPD France, avec « des espaces adéquats à la construction de parcs et la vitesse des vents », la région Bourgogne - Franche-Comté est un terrain propice au développement de l'énergie éolienne. C.P.

 

- WhiteQuest lève 100.000 € auprès du fonds d’investissement Alsace Business Angels.

 

whitesecond
WhiteQuest veut adapter ses outils de simulation pour l'industrie pharmaceutique à l'industrie des équipements. © WhiteQuest.

La start-up d’Erstein, près de Strasbourg, qui développe depuis 2013,  un logiciel 3D qui simule le travail en salle propre, lève 100.000 € auprès du fonds d’investissement Alsace Business Angels.
Après le secteur de la pharmacie, WhiteQuest souhaite développer des simulateurs de travail par réalité virtuelle et réalité augmentée pour les fabricants d’équipements industriels.
« Dans les pays à risques comme l’Afghanistan, la Bolivie ou le Kenya, envoyer un formateur sur place pour former 3 à 5 techniciens coûte très cher et se révèle souvent peu efficace tant les turn-over de personnels sont importants chez leurs clients. Nous concevons pour ces équipementiers des outils d’entrainement efficaces qui remplacent les notices de 5.000 pages en anglais que les techniciens de production lisent rarement », explique dans un communiqué Guillaume Ebelmann, président de WhiteQuest. C.P.

 

pub-gif-juin-v10

 

- Le chocolatier dijonnais Fabrice Gillotte ouvre la première boutique de son réseau à Besançon.

 

boutiquefg

 

Voilà, c’est fait ! La première boutique du réseau Fabrice Gillotte, confiseur et chocolatier dijonnais très haut de gamme, vient d’ouvrir à Besançon en plein centre-ville. Elle est tenue par Cécile Girardet qui travaille avec son mari Nicolas. Cette ancienne employée de l’industrie pharmaceutique a voulu changer de métier et se mettre à son compte.

La création de la boutique aura nécessité un investissement de 190.000 €, hors pas-de-porte. La société de Fabrice Gillotte (20 personnes, 3,5 millions d’€ de chiffre d’affaires) s’est occupée de la décoration et de l’agencement des 45 m2 de surface de vente, auxquels s’ajoutent 35 m2 de réserves.

Le chocolatier fournit évidemment les créations-produits et prend en charge le marketing et l’animation commerciale. Deux CDD devraient être créés à court terme. Fabrice Gillotte qui exploite trois boutiques en propre, dont une à Dubaï, envisage une ou deux autres ouvertures en 2017.  « Mais dans des villes moyennes », assure Julien Gillotte, fils de Fabrice et responsable du développement du réseau. D.H.

 

cecilegirardet
Cécile et Nicolas Girardet.

 

 pub_TP_longue

 

- Colmar fait de la place pour l’économie.


En enquête publique jusqu’au 17 novembre, le nouveau PLU (plan local de l’urbanisme) de Colmar va réserver 70 hectares au développement économique, soit un tiers des surfaces d’extension prévues par le document en vue de son adoption au premier trimestre prochain. « Le développement démographique doit aller de pair avec le développement économique », justifie le maire Gilbert Meyer.

Les possibilités foncières dégagées serviront en premier lieu les PME et l’artisanat, compte tenu de la présence dans l’agglomération de la vaste zone de Balgau-Nambsheim qui a vocation à accueillir des projets de plus grande envergure.

Grand amateur de chiffres, le maire n’en manque pas pour faire valoir le soutien à l’économie, notamment de la communauté d’agglomération qu’il préside par ailleurs. « Notre taux de CFE (cotisation foncière des entreprises) de 24,03 % nous place dans le quart des intercommunalités les plus modérées et en ajoutant la non-application de la taxe foncière sur les propriétés bâties, nous faisons économiser un total de 3,9 millions d’€ d’impôts aux entreprises ». En outre, Colmar Agglomération abonde de 50 % l’aide régionale à l’investissement. M.N.

 

Ecole des vins

 

- Besançon expérimente les panneaux intelligents de WorldPlas.


Le projet a été monté en quatre mois par la ville de Besançon et l’entreprise locale WorldPlas, avec la participation de l’office du tourisme et d’Orange. Depuis ce mardi 8 novembre, Bisontins et touristes de passage peuvent télécharger gratuitement l’application « Besançon balades des gens célèbres » et se faire héler par Victor Hugo, Charles Fourier ou les frères Lumière en passant devant leur maison natale.

Leur smartphone les guidera dans une balade de 5 kilomètres dans la Boucle et leur fera découvrir 13 Bisontins célèbres à travers leurs confidences. Ces jolies rencontres hors du temps, c’est une idée de l’entreprise WorldPlas pour expérimenter les possibilités offertes par ses panneaux intelligents (notre article du 5 janvier 2016 ici).

Des capteurs Beacon se cachent dans des panneaux de signalisation proches du lieu à animer et déclenchent l’application des smartphones lorsqu’ils passent à proximité. Un démonstrateur de ce qu’il est possible de faire en matière de ville intelligente et un show-room grandeur nature pour cette innovation très remarquée, il y a quelques jours, à un salon d’Abou Dabi. 


vesoulsocad- Une nouvelle zone d’activités au sud de Vesoul.


La Socad (Société comtoise d’aménagement et de développement) annonce pour 2017, les premiers travaux d’aménagement de la ZAC La Méline, 20 hectares à Echenoz, au sud de Vesoul, dédiés aux entreprises industrielles et tertiaires.
Une concession d’aménagement confie à la  société d’économie mixte de Lons-le-Saunier (Jura), compétente sur les départements de Haute-Saône et du Jura, les procédures d’acquisition des terrains, les études opérationnelles de maîtrise d’œuvre, les travaux d’aménagement ainsi que la commercialisation des terrains.
Située à proximité de la RN 19, la future zone d’activité bénéficiera d’un aménagement particulièrement qualitatif, promet la Socad qui se fait épauler par l’agence d’urbanisme Passagers des Villes (Lyon) avec Ollier Ingénierie (Bas-Rhin). C.P.

 

banniere-635x102

 

- Le Grand Besançon s’agrandit à 192.000 habitants.


Le 1er janvier 2017, la communauté d’agglomération du Grand Besançon accueillera 15 nouvelles communes, aujourd’hui membres des communautés de communes de Saint-Vit (sud-ouest de Besançon) et de Dame Blanche Bussière (secteur de Devecey, au nord).
L’élargissement fait gagner 13.387 habitants au territoire communautaire, qui compte désormais 192.042 habitants. Le transfert des compétences du Grand Besançon va se faire sur l’année 2017, notamment le développement économique, les transports, la collecte des déchets.
La fiscalité des entreprises des nouvelles communes adhérentes va aussi progressivement s’aligner sur celle du territoire actuel de l’agglomération : un taux de 25,95% pour la cotisation foncière des entreprises (FCE) ainsi que, pour les entreprises de plus de 11 salariés, une taxe versement transport. C.P.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Besançon, Dijon, énergie éolienne, Haute-Saône, Grand Est, Socad, croissance externe, Strasbourg, Vesoul, Colmar, réalité augmentée, Economie numérique, Experts Comptable, Nancy, chocolatier, Fabrice Gillotte, Emile Henry, Bourgogne Franche-Comté, Worldplas, réseau de boutiques, Adista, Equistone, Institut Lorrain de Participation, WhiteQuest , WPD, plan local de l’urbanisme, communauté d'agglomération du Grand Besançon, Jars Céramistes, céramistes

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "10 plus 4" ?

Envoyer votre commentaire