Traces Ecrites News, le club
  • Roch Constructeur Bois
  • Rougeot
  • EDC
  • Moutarderie Edmond Fallot

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par La Rédaction, le 14 février 2018

ECO)BREF. En Bourgogne-Franche-Comté, l’économie repart, mais de manière poussive. Plant Advanced Technologies créée une filiale pour développer son premier actif  pharmaceutique et envisage une levée de fonds d’une dizaine de millions d’€. En manque de main d'oeuvre, les industriels de Thur-Doller, en Alsace, ouvrent leurs portes aux postulants immédiats et futurs. L’accélérateur de start-up Toaster Lab accueille Géochanvre et L’Atelier du Fruit.

- En Bourgogne-Franche-Comté, l’économie repart de manière poussive.

 

industrieauto
L'industrie automobile tire la reprise de l'activité dans l'industrie, mais tous les secteurs des biens d'équipement suivent : mécanique, métallurgie, machines outils. Ici, fin de ligne de montage chez PSA à Sochaux (Doubs). © PSA.

 

Ce n’est qu’une tendance, mais l’enquête annuelle de la Banque de France (*) en Bourgogne-Franche-Comté est suffisamment représentative pour qu’elle reflète la réalité. Elle confirme la croissance de l’activité économique perçue en 2017 ainsi qu’une reprise des investissements.

Mais l’embellie ne se traduit pas en termes d’emplois :  Sur un an, l’évolution en Bourgogne - Franche-Comté de l’emploi salarié marchand est en deçà de celle constatée au niveau national : +,1 %, ce qui représente 6 800 emplois (Source Directe).
Propulsée par l’automobile, l’industrie repart avec une progression du chiffre d’affaires (+9,1%), et des investissements (+2,9%), évalués sur le panel des chefs d’entreprise interrogés, à 800 millions d’€. Mais l’industrie n’embauche pas encore (+0,7% des effectifs en 2017), en raison de l’amélioration de sa productivité mais aussi des difficultés de recrutement dans certains métiers.
Le secteur des transports va aussi de l’avant (+6,3% en chiffre d’affaires) et lui, il embauche. Les effectifs ont cru de 7,8% en 2017.  Le rebond a également gagné l’ingénierie (bureaux d’études industrielles, informatique) avec un chiffre d’affaires en hausse de +5,2% et le BTP avec un volume d’affaires (de 84 millions d’€ sur le panel de la Banque de France) en hausse de 3,9%.
Côté prévisions, c’est l’ingénierie qui prévoit la plus forte progression de son activité en 2018 (+6%), suivie des transports (+5,3%), puis de l’industrie (+2,4%). L’ingénierie va recruter tout comme les transports, l’industrie plus modestement.
Ces signaux qui clignotent en vert sont cependant à prendre avec modération. Comparativement au plan national, « le moteur est un peu poussif », analyse François Bavay, le tout nouveau directeur régional de la Banque de France en Bourgogne-Franche-Comté.

Présentés hier à Dijon, aux chefs d'entreprises et observateurs économiques, les résultats de l'enquête vont également l'être d'ici la fin du mois de février dans plusieurs chefs-lieux de la région Bourgogne-Franche-Comté (voir dates dans l'agenda de Traces Ecrites News). C.P.

(*) Enquête réalisée en décembre 2017 et janvier 2018  auprès de 1.665 entreprises, parmi lesquelles 69% des entreprises industrielles présentes en Bourgogne-Franche-Comté, 43% des entreprises du BTP, 41% des entrepris de transports et un tiers des sociétés d’ingénierie. Accessible sur le site www.banque-france.fr, rubrique statistiques.

 

 frtpbfc


- Plant Advanced Technologies créé Temisis, sa filiale dédiée à l’élaboration d’un anti-psoriasis.


atnancy

 


Le développeur de la technologie des « plantes à traire », Plant Advanced Technologies (PAT) à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), a annoncé le 9 février la création de sa filiale Temisis. Cette société détenue à 100% par PAT est dédiée au développement d’un premier actif dans le domaine pharmaceutique.

L’entreprise de biotechnologies a en effet mis au point un anti-psoriasis dont les performances au stade préclinique s’avèreraient comparables à celle des corticoïdes ; les effets secondaires en moins.  
La nouvelle filiale aura pour mission d’engager les premières phases de tests cliniques. Elle envisage pour cela une levée de fonds d’une dizaine de millions d’€ au second semestre 2018. « La richesse de notre portefeuille d’actifs nous invite à structurer notre approche pour sécuriser leur développement et la création de valeur pour PAT » commente Jean-Paul Fèvre président de PAT.
Parallèlement, Vetoquinol à Lure (Haute-Saône) a fait son entrée fin 2017 au capital de PAT. Le groupe vétérinaire a acquis 2% des parts de la société cotée sur Alternext Paris afin de développer l’innovation dans le périmètre notamment des anticorps monoclonaux, autrement dit l’utilisation d’anticorps à des fins thérapeutiques.

Le groupe PAT emploie 60 personnes pour un chiffre d’affaires hors filiales de 806.000 € en 2017, en baisse de 30% par rapport à 2016. P.B.

 

jura

 

- En manque de main d'oeuvre, les industriels de Thur-Doller, en Alsace, ouvrent leurs portes aux postulants immédiats et futurs.

 

webed
Usineur, un métier en tension. ici chez We Bed, fabricant de literie.


Neuf entreprises industrielles (*) du Pays Thur-Doller, dans les Vosges alsaciennes, organisent une importante opération Portes ouvertes du 26 février au 9 mars 2018. Elles s'adresseront en particulier aux personnes en reconversion professionnelle, aux demandeurs d'emploi, aux lycéens et aux élèves de collège de 3ème, dans le contexte où ceux-ci devront formuler leurs choix d'orientation définitifs à l'issue des vacances d'hiver du Grand Est, durant lesquelles ces portes ouvertes ont lieu.
Montrer l'industrie sous ses atours du savoir-faire et de « L'Homme placé au cœur du processus, loin de l'image encore tenace du fordisme », comme le soulignent ces PME, vise à attirer vers elle le public dont elle a besoin.

Les entreprises de Thur-Doller expriment des besoins de main d'oeuvre qu'elles ont du mal à satisfaire (usineurs, métalliers, chaudronniers, soudeurs, menuisiers, tourneurs ou fraiseurs) ce qui les a d'ailleurs amenées à lancer une action de promotion de l'usinage, début février. Elle débouche sur un résultat, inespéré pour elles, de 45 candidats jugés aptes par Pôle Emploi (sur 160 intéressés au départ) à s'engager dans une formation d’usineur.
Le déficit d'image s'avère pénalisant. « Plus que la qualification, une autre difficulté consiste à trouver des personnes qui s'adaptent à l'esprit de la PME, fait d'amplitudes de travail variables, de réactivité à la commande client, de changements de postes et de types de production dans la journée. En un mot, un esprit qui oblige à sortir d'une zone de confort », observe Thomas Lefèvre, directeur de We Bed à Masevaux. M.N.

(*) Visites proposées à jours et horaires donnés par entreprise, par groupes de 4 à 15, sur inscription préalable
ici. Chez Kabelec (câbles) à Aspach-le- Haut, Munch (construction métallique et chaudronnerie) à Guewenheim, We Bed (literie) à Masevaux, Sart von Rohr (vannes de régulation) à Bitschwiller-lès-Thann, AMC et Mécaservices (mécanique de précision) ainsi que De Luca Industry (métallerie) tous trois à Burnhaupt-le-Haut, Koehler-Bosshardt (chaudronnerie et soudure) à Kirchberg et Hameca (mécanique de précision) à Richwiller.

munch
Chaudronniers, soudeurs, d'autres compétences rares sur le marché de l'emploi. Ici, chez Munch, construction métallique.

 

cfailorraine

 

 

- L’accélérateur de start-up Toaster Lab accueille Géochanvre et L’Atelier du Fruit.

 

 

geochanvre
Frédéric Roure, fondateur de Géo Chanvre..

Géochanvre à Lézinnes (Yonne) fait partie des six start-up sélectionnées dans le dernier appel à candidatures pour bénéficier du programme Toaster Lab d’accélération de la Foodtech animé par le pôle de compétitivité Vitagora, spécialisé en Bourgogne-Franche-Comté dans l’innovation alimentaire.
La société crée par Frédéric Roure  (Lire ici l’article de Traces Ecrites News) travaille sur des géotextiles biodégradables à base de chanvre et autres fibres naturelles.
L’Atelier du Fruit à Longvic, dans l’agglomération de Dijon quant à lui, été remarqué pour ses travaux sur l’amélioration gustative des fruits et légumes sans ajouts d’arômes et stabilisateurs, par une voie qui consiste à activer les réserves naturelles du fruit.
Ces jeunes entreprises vont bénéficier d’un accompagnement pour la mise sur le marché de leurs produits, notamment à l’export, en Amérique du Nord et en Asie.

L’accélérateur basé à Dijon, se réjouit par ailleurs de l’accueil de trois start‐ups étrangères venant du Portugal, du Nigéria et de la Thaïlande. C.P.

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Emploi - Formation, industrie, Grand Est, Vitagora, conjoncture, Vosges, biotechnologies, Banque de France, De Luca Industry, Kabelec, Vetoquinol, Nancy, Meurthe-et-Moselle, Bourgogne Franche-Comté, Munch, Plant Advanced Technologies, Géochanvre, Pays Thur-Doller, Temisis, We Bed, métiers de l'industrie, Toaster Lab , L’Atelier du Fruit

Découvrez également les articles associés :

Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites NewsBrèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites News
Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "1 plus 8" ?

Envoyer votre commentaire