L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par La Rédaction, le 26 septembre 2017

ECO)BREF. Une filière viticole bourguignonne enfin heureuse avec son millesime 2017. L’usine mosellane Smart se spécialise dans le véhicule électrique. Le jurassien Roch Constructeur Bois s'offre une forêt. Citiz Alsace ouvre son capital à ses utilisateurs et se réorganise à Dijon et Besançon. La Caisse d'Epargne de Bourgogne - Franche-Comté choisit les chaussettes Monnet. Un réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques en Côte-d’Or. Le négociant Joseph Drouhin décroche la norme ISO 22.000. Nouvelle directrice et nouvelle formation à l'école Iméa en Franche-Comté.

 

- La Bourgogne viticole retrouve un large sourire avec son millésime 2017.

 

tabledetri
Table de tri du raisin. © Armelle Photographe

 

Enfin, heureux, radieux même..., les qualificatifs ne manquent pas pour décrire ce que pense la filière viticole bourguignonne de ces vendanges 2017 qui se terminent. Et pour cause, la qualité et quantité pointent au rendez-vous, après des périodes de vaches plutôt très maigres en raison d’aléas climatiques qui ont affecté le vignoble ces dernières années (gel, grêle, maladies…).

Et c’est dans leur jeu habituel de duettiste que Louis-Fabrice Latour, président du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB), et Claude Chevalier, président délégué (*), ont distillé la bonne parole devant un parterre de journalistes lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée.

« Ce devrait être une récolte pleine d’environ 1,5 million d’hectolitres. » « Les blancs présentent un judicieux équilibre et une très belle maturité. » « On pourrait reprocher au rouge d’avoir eu des grappes parfois trop chargées, mais la peur de manquer l’explique. »

Mis à part le vignoble de Chablis, très affecté par le gel, avec une récolte en baisse de 20%, tout va enfin bien en terres burgondes ! Au point que les ventes continuent d’exploser. Cher, et de plus en plus cher, le vin de bourgogne est un produit de plus en plus demandé. On pourrait presque se demander à la longue si ce n'est pas un argument de vente imparable.

Les derniers chiffres l'attestent : près de 500 millions d’€ de chiffre d’affaires sur les 7 premiers mois (+8,3) avec une forte croissance en Amérique du Nord, en Asie du sud-Est : +18,8% à Hong-Kong ; +6% au Japon ; +18,7% en Chine continentale.

 

bivbpresidents
© Traces Ecrites.

 

Et si vous pensez à un effet Brexit au Royaume-Uni, passez votre chemin. Les volumes vendus baissent certes de 13,7%, mais le chiffre d’affaires s’améliore de 5% . Et que dire des petits pays comme la Belgique ou la Suisse qui font des vins de Bourgogne un produit plus que recherché.

Double autre bonne nouvelle : Vézelay (Yonne) et sa vingtaine de vignerons, accèdent au rang d’appellation village et une désignation géographique complémentaire (DGC) apparaît sous le vocable de Bourgogne Côte-d’Or pour offrir aux vins AOC Bourgogne, un produit plus qualitatif avec des conditions de production plus strictes.

Précisons ici que Côte-d’Or est le diminutif de Côte d’Orient, voulant dire, orienté à l’Est, à savoir au soleil levant. Le nom du département lui fait référence aux couleurs mordorées du vignoble après les vendanges. D.H.

 

(*) Candidats à leur propre réélection le 18 décembre prochain lors de la prochaine assemblée générale de l’interprofession.

 

635X106_TE

 

- L’usine mosellane Smart se spécialise dans le véhicule électrique.


Daimler a annoncé lors du Salon automobile de Francfort (du 14 au 24 septembre), son ambition de passer à une production quasi 100% électrique sur son site Smart de Hambach (Moselle). L’usine spécialisée dans la fabrication de Smart Fortwo (2 places) ne conserverait à l’horizon 2020 que des versions thermiques pour le marché asiatique. 
Communément surnommé « Smartville », la plateforme qui emploie 1.500 personnes en comptabilisant les sous-traitants, figure parmi les pionnières de l’électrique en France. Elle a proposé une première version « Electric Drive » dès 2007. Toutefois, cette motorisation ne représente qu’environ 10% des 85.000 voitures attendues cette année en sortie de ligne…
Le site mosellan célèbrera ses 20 ans cet autonome avec un enthousiasme mitigé puisque les volumes sont en baisse. Dans ce contexte, Daimler a également annoncé le transfert à Hambach de la production d’un véhicule Mercedes-Benz à partir de 2019. Il va également y ouvrir dès l’an prochain une antenne du TecFabrik de son usine de Sindelfingen (Allemagne).
Il s’agira d’expertiser toutes les versions de véhicules Mercedes-Benz en amont de la production en série, avant les épreuves d’endurance et de crash test. A noter que les autres modèles de Smart, la Forfour et la Fortwo3 sont fabriquées en Slovénie dans l'usine Renault de Novo Mesto. P.B.

 pub_TP_longue

 

- Le Jurassien Roch Constructeur Bois acquiert une forêt de 10 hectares dans le haut-Jura.  

 

foret
© Thierry Dubrulle.

 

Le bâtisseur de Macornay (Jura), tout près de Lons-le Saunier, poursuit son chemin « made in Jura » en achetant une forêt de 10 hectares d’épicéas à Saint-Claude, au lieu-dit Tré-Bayard. « J’avais à cœur de contribuer au renouvellement de cette ressource naturelle sur le long terme, car l’accroissement naturel d’une forêt est d’environ 5 m3 par hectare et par an, soit la moitié de la consommation annuelle de Roch Constructeur Bois », se réjouit Thierry Dubrulle, dirigeant de l’entreprise depuis 2007.

Le travail forestier se fera ici selon la méthode de la futée jardinée qui respecte la régénération naturelle. Elle est à l’opposé des coupes claires en ce qu’elle opère des prélèvements selon l’état des pousses et nécessite un minimum d’entretien. Constructeur de maison individuelles - une douzaine par an selon les techniques de l’ossature bois et des poteaux-poutres  - Roch Constructeur Bois emploie 28 personnes et réalise 4 millions d’€ de chiffre d’affaires.

En 2018, la société prévoit la création de nouveaux bureaux sur le site actuel, pour gagner en efficacité énergétique. Elle fera ensuite installer 800 m2 de panneaux solaires sur les toits pour une production moyenne d’électricité d’environ 100 000 KWh/an. « Nous consommons 60 000 KWh/an, le reste sera destiné à la revente », précise Thierry Dubrulle. D.H.

 

Cetim magny-cours

 

- Le réseau coopératif d’autopartage Citiz Alsace ouvre son capital à ses utilisateurs.

 

yeah
Citiz Autopartage veut développer son parc de voitures sans station, reconnaissables par leur couleur écarlate. Christophe Urbain / Citiz.


En Alsace, le réseau coopératif d’autopartage Citiz Alsace, également présent à Nancy, Metz, Besançon et Dijon, lance une opération de financement participatif de 160.000 € pour développer à Strasbourg son parc de voitures en libre-dépose (baptisées Yea !) .

Sans station dédiée, ni réservation ni heure de restitution, les voitures disponibles qui peuvent être stationnées dans n’importe quel parking-relais du tramway de l'agglomération de Strasbourg, sont géolocalisées  via une application mobile.
Les utilisateurs sont invités à prendre des parts du capital de la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), en échange de remises sur leur abonnement.

En Bourgogne-Franche-Comté, les services d’autopartage de Dijon et de Besançon sont désormais fusionnés au sein d’une même structure. A partir du 3 octobre, les Dijonnais et les Bisontins réserveront un véhicule dans leur ville et/ou dans la ville voisine, depuis une plateforme et un planning uniques.
Citiz qui possède un parc de 36 voitures dans ces deux villes, ouvre par ailleurs à Besançon sa 13ème station d’autopartage à proximité de la station de tram Tristan Bernard, boulevard Diderot. C.P.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

- La Caisse d’Epargne de Bourgogne-Franche-Comté choisit l’entreprise Monnet de Daniel Porte.

 

monnet
De gauche à droite, Marina Defresne, responsable export à la Caisse d'Epargne, Jean-Pierre Deramecourt, président du directoire de la banque, Daniel Porte, président de Monnet et Thierry Grzeskowiak, le directeur de production chez Monnet.

 

Pour un peu l’information nous aurait échappé. Monnet, fabricant de chaussettes très techniques de sport implanté à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et repris en 2012 par Daniel Porte, illustre pour la Caisse d’Epargne de Bourgogne-Franche-Comté « une transmission réussie, avec une stratégie reposant sur le savoir-faire et l’innovation ».

Ce choix tombait à point nommé lors de la dernière Université du Medef Côte-d’Or qui avait pour thème : se souvenir du futur. Car Monnet qui emploie 20 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 2 millions d’€ a basé tout son développement sur l'anticipation des besoins de sa clientèle.

Après les chaussettes antidouleur pour les skieurs, en ce qu’elles sont dotées d’une plaque de gel absorbante des chocs et amovible, l’entreprise bourguignonne vient de créer un modèle du même type pour les randonneurs. Grâce à ces innovations régulières, la progression de l’activité s’élève à 40% en cinq ans. D.H.

 

bornesiceco
L'une des premières bornes, à Til-Châtel, commune proche de l'A31.

 - Groupement d’achat de bornes de recharges électriques à l’échelle des quatre syndicats d’énergies bourguignons.

 

Le SICECO a démarré le déploiement d’un réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques en Côte-d’Or, avec dans un premier temps une trentaine d'unités.

Le coût du déploiement sur le département, prévu jusqu’en 2020, est estimé à 864.000 €, financé à 30 % par le SICECO et les communes qui reçoivent les bornes.

Un autre tiers l'est par l’Ademe avec le Plan d’Investissement d’Avenir (PIA) et les 40 % restants sont subventionnés par les fonds européens Feder via la Région.
Pour la mise en œuvre du réseau, le syndicat d’énergies de Côte-d’Or a constitué, avec ses 3 homologues bourguignons, un groupement de commandes pour l’achat, l’installation, la maintenance et l’exploitation des bornes.

Coordonné par le syndicat d’énergie de l’Yonne (SDEY), ce groupement d’achats vise à obtenir les meilleurs prix auprès des entreprises prestataires. Le groupement Efacec-Pentair a été retenu pour fournir les bornes que SPIE installera. C.P.

 

Ecole des vins

 

- Le négociant bourguignon Joseph Drouhin décroche la norme ISO 22.000.

 

fredericdrouhin
Frédéric Drouhin.

 

La norme ISO 22.000 concerne la sécurité des denrées alimentaires et vise à créer et maintenir un système de management de la sécurité des aliments (SMSDA). Elle analyse les bonnes pratiques, l'implication du personnel et répond aux normes du PreRequisite Programs et HACCP (analyses des risques et point de contrôle critiques.

« Nous anticipons les futures exigences de nos clients », souligne Frédéric Drouhin, président et quatrième génération de la maison de négoce beaunoise qui porte son nom. Outre cette activité, l’entreprise viticole familiale (35 millions d’€ de chiffre d’affaires, plus d’une centaine de salariés) exploite ses propres domaines.

En Bourgogne, il s’étend sur 80 hectares. Aux Etats-Unis (Oregon), Drouhin possède depuis 1987, 50 hectares dans les Dundee Hills. En décembre 2013, elle s’est offert le domaine Roserock dans les Eola-Amity, autre vallée viticole réputée de l’Oregon. D.H.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

- Nouvelle directrice et nouvelle formation à l'école Iméa en Franche-Comté.

 

francoisesanchez

 

L’école de commerce des CCI du Doubs et de Haute-Saône, baptisée Iméa, fait sa rentrée avec une double actualité. Françoise Sanchez (photo) devient sa nouvelle directrice.

Après 10 ans d’activité comme consultante en entreprise (communication, accompagnement des personnes, des équipes et des organisations), elle décide ainsi de tenter un nouveau challenge.

« Mes objectifs sont de renforcer le lien entre l’école et les entreprises, d’amener des méthodes pédagogiques innovantes et de développer de nouvelles formations bac +. »

Pour l’heure, Iméa enregistre déjà 180 étudiants qui se préparent à devenir gestionnaires d’unités commerciales spécialisées - commerce de proximité et grande distribution -  en deux ans et ensuite, responsables de la distribution (bac+3).

L'école ouvre par ailleurs, sur son campus de Montbéliard, la seule formation (bac+3) de l’aire urbaine spécialisée en développement commercial. Elle se déroulera à partir du 18 octobre sous contrat de professionnalisation. D.H.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Côte-d'Or, Yonne, Jura, forêt, Vin, autopartage, Grand Est, Made in Jura, Roch Constructeur Bois, CCI du Doubs, Moselle, Frédéric Drouhin, Maison Joseph Drouhin, CCI de Haute-Saône, Siceco, bornes de recharge électrique, Bourgogne Franche-Comté, Smart, Société coopérative d’intérêt collectif, Iméa, Thierry Dubrulle, Hambach, Smartville, Citiz Alsace, Yea, groupement d'achat, syndicat d’énergie de l’Yonne SDEY

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "7 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire