Traces Ecrites News, le club
  • Salaisons Sabatier
  • Gabriel Boudier
  • Specific log
  • CLEIA

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par Traces Ecrites News, le 28 juin 2017

ECO)BREF. Trinaps crée un datacenter à Belfort avec EuroCFD. Ouverture de l’Ecole spéciale des travaux publics (ESTP) à Troyes en septembre. Jérôme Hubert, dirigeant de Pinette (PEI) honore l'industrie. Trois entreprises agroalimentaires lorraines à New-York. L'ADN-FC déploie un fil d'Ariane pour s'y retrouver dans le labyrinthe des aides. Le fabricant de fenêtres PM met en place la carte d’identification professionnelle du BTP. Les 50 ans de Bürkert en Alsace.

 

- Trinaps crée un datacenter à Belfort avec EuroCFD.

 

trinaps
Gauthier Douchet, président d’Extendo Datacenter entouré de ses deux co-fondateurs Karim Loueslati et Fabien Hazenbroucq. © Samuel Carnovali


Le projet de datacenter, centre de données informatiques pour les entreprises et collectivités, était en gestation depuis plusieurs années (voir l'article de Traces Ecrites News de juillet 2014 ici), il est maintenant lancé. 

Trinaps, opérateur de téléphonie et d’internet à Belfort, vient de créer la SAS Extendo Datacenter au capital de 200.000 €, avec EuroCFD, société de service de simulation en numérique, implantée également à Belfort.

Le bail pour les locaux de la nouvelle société au Techn'hom a été signé avec Tandem ce mois de juin pour un lancement des travaux en juillet. Il est prévu d'ouvrir le datacenter en janvier 2018.

Annoncé comme étant « 100% français et adapté aux nouvelles contraintes de la gestion des données informatiques », ce datacenter occupera une surface de 700 m² pour une capacité de 32 baies informatiques sur un plateau de 1.600 m².
Le lancement d’Extendo Datacenter part d’un constat fait par l’opérateur de télécommunications belfortain Trinaps : « entre Strasbourg et Lyon il n’existe aucune offre de location de baies informatiques dans un environnement sécurisé, avec une offre de service adaptée aux exigences des professionnels du numérique et détenu par une structure à capitaux privés français et donc régulé par la législation française », explique le communiqué de presse.
Le nouvelle société proposera d’héberger le système d’information de toute entreprise publique ou privée, quelle que soit sa taille ou son secteur d’activité. P.-Y.R.

 

V2-635x106pxl

 

- Ouverture de l’Ecole spéciale des travaux publics (ESTP) à Troyes en septembre.

 

technopoletroyes
La technopole de l'Aube prête à accueillir l'école d'ingénieurs de l'ESTP.

 

C’est le 12 septembre qu’arrivera sur la Technopole de l’Aube, la première promotion d’étudiants ingénieurs en bâtiment de l’Ecole spéciale des travaux publics (ESTP), basée à Cachan dans la région parisienne, qui installe à Troyes son premier campus en région.

La trentaine d'élèves ingénieurs de première année (les sélections, après deux années de préparation, ou sur licence scientifique ne sont pas encore achevées) rejoindra les 10 de 3ème année qui ont fait leurs deux premières années d’études à l’ESTP Cachan et ont choisi l’option designer, co-construite avec l’Ecole supérieure de design de Troyes (groupe ESC - Ecole Supérieure de Commerce - Troyes). Les étudiants pourront également préparer un double diplôme Design pour se spécialiser dans la conception et la conduite de projets.

Hervé Guillermet qui a pris la direction du nouveau campus, a pour objectif d’accueillir 300 étudiants à horizon 2024.

Le conseil départemental héberge l’école dans l’hôtel de bureaux n°1 de la Technopole de l’Aube pendant au moins trois ans, le temps de construire des locaux d’environ 4.000 m2. Celui-ci comprendra 8 laboratoires, des salles de classes et des bureaux. L’architecte devrait être choisi cet été. C.P.

 

-  Pinette (PEI) : une légion d’honneur qui honore toute l’industrie.

 

jhubert
© PEI.

 

Jérôme Hubert, repreneur en 2011 et directeur général de l’entreprise Pinette, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), vient d’être fait chevalier de la légion d’honneur. Cette distinction, qu’il assure n’avoir en rien sollicitée, lui a été remise ce lundi 26 juin par le préfet de Saône-et-Loire.

Au lieu d’en faire un événement personnel avec des invités triés sur le volet, suivi d’un pince-fesses pour VIP, le dirigeant l’a transformé en fête de l’industrie et de l’entrepreneuriat au milieu de son personnel. A preuve, 8 salariés ont eux aussi reçu une médaille : celle du travail et notamment "Grand Or", pour 40 années de travail dont plus de 30 au service de Pinette.

Dans ses propos, le dirigeant a exhalté l’industrie : « un corps social clef pour nos territoires…, qu’il faut encourager et accompagner » et l’entreprise, « un lieu de solidarité et de transmission des savoirs entre les anciens et les jeunes, ainsi qu’une magnifique aventure humaine ». Qu’il soit entendu par les parents, l’éducation nationale et les pouvoirs publics récemment mis en place…

Agé de 55 ans, Jérôme Hubert est un ingénieur diplômé de l’Ecole des Mines. Ingénieur qualité, chef de fabrication, directeur d’usine, chef de projet, directeur commercial, il aura fait tous les postes à responsabilités dans de grands groupes : Michelin, dont le site de Blanzy (Saône-et-Loire), Matra Automobile et Faurecia.

Pinette (PEI) est un constructeur et ingénieriste d’équipements mécaniques de grande dimension qui emploie 120 personnes. Spécialiste des presses et bancs de tests hydrauliques, l’entreprise conçoit également des lignes automatiques de formage pour matériaux composites à destination de l’aéronautique, du spatial et de l’automobile.

Partenaire de nombreuses PME francaises, l’industriel chasse « en meute » à l’international. Son chiffre d’affaires de 30 millions d’€ le prouve, avec 70% de l’activité réalisée à l’international. D.H.

 

legiondhonneurpei
© PEI.

 

- Trois entreprises agroalimentaires lorraines à New-York.

A l’initiative du pôle lorrain des industriels de l’agroalimentaire Agria, trois PME régionales ont présenté leurs produits au Summer Fancy Food Show du 25 au 27 juin à New-York. Avec 2.500 exposants et plus de 24.000 visiteurs, il s’agit d’un des plus grands salons du commerce des aliments gastronomiques aux États-Unis.
Cookal à Maxéville (Meurthe-et-Moselle) a embarqué ses “perles” de vinaigre balsamique de Modène encapsulées. L’entreprise qui emploie 20 personnes a développé un produit comparable à des œufs de poissons dont la fine membrane libère immédiatement les arômes en bouche.

agria
Cookal à Maxéville (Meurthe-et-Moselle) a encapsulé du vinaigre balsamique de Modène dans des perles grâce à un procédé innovant. © Cookal

 

Les gourdes de compote à base de fruits cueillis dans le Grand-Est trouveront sans doute leurs adeptes outre-Atlantique. L’union de deux coopératives fruitières Végafruits à Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle) a adapté ses procédés pour fabriquer cette gamme de trois produits. Enfin, la société vosgienne En Forges créée par un ancien coureur automobile compte accélérer la commercialisation de Miranille. Ce spiritueux à base d’alcool de mirabelle, fruit phare de l’agriculture lorraine, est agrémenté de gousses de vanille de Madagascar. 
L’Agria qui compte 7 salariés est une des rares structures en France à associer les missions de  représentation, emploi/formation et export pour la filière à un centre régional d’innovation et de transfert de technologies (CRITT). Elle accompagne les 300 entreprises lorraines du secteur (10.827 emplois).  P.B.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

-  L'ADN-FC  déploie un fil d'Ariane pour s'y retrouver dans le labyrinthe des aides.

 

Les aides aux entreprises sont multiples et se retrouver dans les critères d'éligibilité relève du casse-tête. L'ADN-FC (agence de développement du nord Franche-Comté) en a listé près de soixante, qu'elle vient de regrouper dans un vade-mecum.

La liste représente « les 20% d’aides qu’on utilise 80% du temps ». Constitué à l'origine pour répondre aux besoins internes de l'agence,  le document est aujourd'hui mis à la disposition de tous, téléchargeable en ligne ici, et sera actualisé chaque mois.
Une fiche décrit chaque aide, indique à quel type d'entreprise s’adresse, les conditions d’éligibilité, indique le lien où faire la demande.
Classés en huit thématiques : aides à l'emploi et à la formation ; à l'internationalisation et à l'exportation ; à l'innovation ; aux entreprises en difficulté ; aides à la création – reprise d'entreprise ; au développement ; à l'immobilier, cet outil liste les aides locales et régionales, mais aussi les nationales comme la bourse French Tech, la prime d’aménagement du territoire (PAT) ou encore des dispositifs de soutien aux entreprises en difficultés comme la CCSF ou la médiation du crédit. Toutefois, par souci de simplicité, les aides européennes n’ont pas été listées. P.-Y.R.

 

Ecole des vins

 

- Le fabricant de fenêtres PM met en place la carte d’identification professionnelle du BTP.

cartepm

Le fabricant de fenêtres Pacotte et Mignotte (PM) à Dijon vient de mettre en place la carte d’identification professionnelle pour ses 83 compagnons intervenant sur les chantiers.Rendue obligatoire par la loi Macron pour lutter contre le travail illégal, cette carte nominative avec photo d’identité du salarié, référence de l’enregistrement à  l'Union des caisses de France et identité de l’entreprise, permet à l’employeur d’assurer que l’embauche a été faite dans les règles, quel que soit le contrat de travail (CDD, CDI, intérimaires, ouvriers d'entreprises étrangères en détachement).
Ce dispositif obligatoire depuis le 22 mars 2017 avec une mise en place progressive s’inscrit, explique l’entreprise, dans une démarche plus globale de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE). Deux fois par semaine, des cours de français sont donnés aux salariés d’origine étrangère en CDD et en CDI.

Ces deux dernières années, le fabricant a embauché 40 nouveaux poseurs-installateurs afin de réaliser à 90% la phase d’installation en interne, plutôt que la sous-traiter. C.P.

 

pub_TP_longue

 

- Le fabricant de capteurs industriels Bürkert fêtes ses 50 ans en Alsace.

 

burkert

 

Le fabricant allemand de systèmes de mesure, de contrôle et de régulation des liquides et des gaz Bürkert dont le siège se trouve à Ingelfingen dans le sud de l’Allemagne, a fêté le 23 juin dernier les 50 ans de son unique implantation en France, à  Triembach-au-Val (Bas-Rhin).
Heribert Rohrbeck représentant de la famille fondatrice Bürkert et Patrick Reimeringer, directeur du site ont accueilli clients et fournisseurs de l’usine alsacienne qui fabrique des capteurs industriels et emploie 165 salariés.
Le site alsacien regroupe également la force de vente commerciale pour le marché français (50 collaborateurs). En 2015, Bürkert a réalisé en France un chiffred’affaires de près de 55 millions d’€. C.P.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Dijon, Belfort, agroalimentaire, Grand Est, Bas-Rhin, Troyes, travaux publics, Jérôme Hubert, Vosges, techn'hom, Bürkert, Pacotte et Mignotte, Aube, Pinette-PEI, Trinaps, Meurthe-et-Moselle, Bourgogne Franche-Comté, aides aux entreprises, Extendo Datacenter, EuroCFD, ESTP, Technopole de l’Aube, Cookal, Agria, Summer Fancy Food Show , Végafruits, En Forges, ADN-FC, carte d’identification professionnelle

Découvrez également les articles associés :

L'essentiel de l'actualité économique du Jura vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique du Jura vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique d'Alsace vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité économique de Lorraine vu par Traces Ecrites News
L'essentiel de l'actualité en Bourgogne vu par Traces Ecrites NewsL'essentiel de l'actualité en Bourgogne vu par Traces Ecrites News

Commentez !


Combien font "10 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire