Traces Ecrites News, le club
  • Anthalys
  • Groupe Seb
  • Gaston l'escargot
  • Moutarderie Edmond Fallot

L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News

Publié par La Rédaction, le 16 novembre 2017

ECO)BREF. Les Transports Aloy inaugurent le nouveau parc d'activités Marie-Louise près de Mulhouse. Manquillet-Parizel investit 4 millions d’€ dans les Ardennes. Le Lorrain Cetal agrandit ses ateliers pour 6 millions d’€ et prépare une croissance externe en Alsace. La Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté lance une application pour l'analyse des bilans en temps réel. Nouvel engagement pour favoriser l'emploi frontalier entre le Sud-Alsace et l’Allemagne. La Région Grand Est dope le Fonds Venture Numérique Lorrain. Une cuverie flambant neuve au lycée viticole de Beaune. Valérie Guy, nouvelle directrice de la Citadelle à Besançon. Julien Campagne, nouveau directeur de développement de la Banque Populaire Bourgogne - Franche-Comté.

 

- Les Transports Aloy défrichent le parc Marie-Louise près de Mulhouse.

aloy
Jean-Christophe Thomas (à gauche) et William Maldonado, cogérants des Transports Aloy© Traces Ecrites.


Les Transports Aloy sont les premiers à s'installer sur le parc d'activités Marie-Louise de Staffelfelden (Haut-Rhin), sur le site de l'ancien puits du même nom des mines de potasse. Ils y occuperont 1,5 hectare à partir de janvier 2018, sur les 16 hectares cessibles qu'offre la Zac aménagée par Citivia, société d'économie mixte de l'agglomération de Muhlouse.

Leur actuel base de Ruelisheim, quelques kilomètres plus loin, devenait bien trop étroite pour suivre leur développement : « En six ans, notre flotte est passée de 22 à 35 véhicules, les effectifs de 25 à 40 salariés et le chiffre d'affaires a augmenté de 30 %, pour atteindre 3,5 millions d'€ », soulignent les deux dirigeants, Jean-Christophe Thomas et William Maldonado.

L'année de référence pour leur calcul, 2011, correspond à leur reprise de la société à son fondateur en 1979.  Jean-Christophe Thomas est par ailleurs le dirigeant des Transports Thomas à Saint-Nabord (Vosges), membre comme Aloy du groupement d'indépendants Evolutrans.
Le transporteur haut-rhinois développe  sa clientèle auprès de l'industrie, pour des trajets de - relative - courte distance, de Thionville en Moselle à Pontarlier, dans le Doubs.
Le nouveau site mobilise un investissement de 1,8 million d'€. Il se veut le « tremplin » vers une prochaine phase d'expansion, dans le transport et dans de nouveaux métiers connexes : logistique/entreposage (2.000 m2 bâtis), lavage de véhicules, réparation mécanique. M.N.

 

pub_TP_longue

 

- Le forgeron Manquillet-Parizel investit 4 millions d’€ dans les Ardennes et embauche.


Pièce maîtresse d’un îlot de fabrication fortement automatisé, mis en service en septembre, un marteau-pilon de 25 tonnes devrait ouvrir d’autres marchés que le ferroviaire à cette PME familiale implantée à Hautes-Rivières (Ardennes). Ce nouvel équipement lui permet de forger des pièces de 50 à 100 kg.
Manquillet-Parizel (chiffre d’affaires de 11 millions d’€, 90 salariés) a investit 4 millions d’€ pour diversifier sa clientèle constituée essentiellement des équipementiers et fabricants de matériels roulants (Alstom, Knorr-Bremse). Des embauches sont en cours, au total neuf postes de forgerons, opérateurs et régleurs de centre d’usinage. C.P.

 

- Le Lorrain Cetal agrandit ses ateliers pour 6 millions d’€ et prépare une croissance externe en Alsace.

 

cetallaquage
L'atelier de laquage de Cetal.


Le fabricant de portails et clôtures en aluminium vient d'inaugurer une extension de 4.000 m2 de son unité de production qui porte sa surface à 12.000 m2 installée dans la zone d’activités de Velaine-en-Haye (Meurthe-et Moselle), une ancienne base de l’OTAN.
L’investissement s’élève à 6 millions d’€, un gros challenge pour cette menuiserie d’une centaine de salariés qui devrait réaliser un chiffre d’affaires de 15 millions en 2017. En plus des bâtiments, il concerne l’acquisition d’une machine-outil associant découpe laser et poinçonnage destinée à une gamme de portails modulaires.
Au site d’informations Ici-c-Nancy, Marc Girard, le patron de Cetal, a annoncé l’achat imminent de Volpro, fabricant de volets en aluminum à Spechbach-le-Bas, près Mulhouse. C.P.

 

Ecole des vins

 

- La Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté réinvente le rendez-vous d’affaires en mode numérique.

 

banquepopbfc
Exemple offert par l'application "Alliance Entreprise", ici un comparatif sur deux ans de la capacité d'autofinancement. © BPBFC.

 

La dernière application Internet mis au point par les développeurs web – une service intégré de sept personnes -  de la Banque Populaire de Bourgogne - Franche-Comté fera florès. Baptisée « Alliance entreprise », elle sera progressivement dupliquée dans tout le réseau de cet établissement financier mutualiste. L’originalité numérique, qui lui offre ce devenir national, tient dans l’analyse en temps réel des deux derniers bilans d’une entreprise.

 

Au-delà d’une présentation de la banque régionale, qui revendique haut et fort sa première place auprès des PME, avec un taux de pénétration de 60%, soit 3 sur 5 clients, cet algorythme présente à chaque dirigeant une analyse pointue de ses deux derniers bilans. Les données financières, intégrées en temps réel, informent sur l’évolution des comptes : charges du personnel, crédit fournisseur, capacité d’autofinancement, possibilités d’emprunt résultats économiques…

 

« Nous rendons l’entretien plus convivial, autant qu’informatif », souligne Laurent Berthe, directeur du centre d’affaires de Côte-d’Or, l’un des neuf de l’établissement financier.  Il n’en oublie pas pour autant sa finalité commerciale : adapter son offre de produits à la situation économique de l’entreprise. Cela fonctionne plutôt bien : pas moins de 500 chefs d'entreprise ont déjà adopté la formule. D.H.

 Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

- Nouvel engagement pour favoriser l'emploi frontalier entre le Sud-Alsace et l’Allemagne.

 

Reconduite pour la 3ème fois, et à nouveau pour une durée de deux ans, entre la Maison de l'emploi et de la formation (MEF) Sud-Alsace, la communauté d'agglomération de Mulhouse et les agences pour l'emploi (Agentur für Arbeit) frontalières de Lörrach et Fribourg-en-Brisgau, la convention franco-allemande de l’emploi s'élargit au bassin de Saint-Louis.
L'initiative ne poursuit pas le but direct du placement de candidats à un emploi frontalier de l'autre côté du Rhin : cette mission-là est dévolue au Service de placement transfrontalier du Haut-Rhin entre Pôle emploi et les Agentur für Arbeit. Elle vise à en créer les conditions, en diffusant le maximum d'informations sur le marché du travail et les opportunités d'emploi; et en s'attachant aux facteurs décisifs d'employabilité, en premier lieu le développement de l'apprentissage de la langue allemande.
Parmi les actions concrètes, le salon de l'emploi “Warum Nicht” tiendra sa 5ème édition en 2018 à Mulhouse. Une rencontre mensuelle, le Monatstreff, permet aux candidats au travail frontalier de recevoir toutes informations utiles, à Mulhouse tous les derniers mercredis du mois. Et divers documents sont édités, dont le « Top 10 des secteurs qui recrutent ».
Dans cette partie sud de l'Alsace, le travail frontalier en Allemagne reste dans l'ombre de celui en Suisse. Pourtant, les besoins ne manquent pas. Il y a 3.500 postes ouverts officiellement déclarés dans la région de Lörrach, mais selon les signataires de la convention, le besoin réel est sans doute deux à trois supérieur. Le taux de chômage se limite à 3,5 % dans la région de Lörrach-Fribourg, contre 9 % dans le Haut-Rhin. M.N.

 

cetimdenovembredeuxmilledixsept

 

- La Région Grand Est renforce les moyens d’intervention du Fonds Venture Numérique Lorrain.


Le conseil régional du Grand Est abonde, à hauteur de 3 millions d’€, le capital de la SA SADEPAR, à Metz (57). Cet ILP (pour Institut Lorrain de Participation) est une société de capital investissement qu’avait mis en place la Région Lorraine.

Avec le nouveau périmètre régional, ses compétences territoriales sont élargies, d’où le renforcement des fonds propres détenus par la Région qui conserve ainsi la même proportion du capital (67,2%). L’objectif est d’accroître les moyens d’intervention du Fonds Venture Numérique Lorrain (FVNL) que gère l’Institut Lorrain de Participation. Celui-ci intervient pour des montants de 100.000 € à 1 million d’€ dans des projets de créations d’entreprises dans le domaine du numérique. C.P.

 

 Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

- Une cuverie flambant neuve au lycée viticole de Beaune.

 

vitibeaune

 

Établissement de formation initiale et continue de référence dans le milieu du vin, le lycée viticole de Beaune vient d’investir 2,8 millions d’€ dans une nouvelle cuverie, outil pédagogique pour apprendre aux étudiants à élaborer le vin.
Le Conseil régional a financé les trois quarts du projet, en tant que gestionnaire des lycées et de la formation professionnelle.

Lire la suite le site de notre partenaire  dijonbeaune  en cliquant sur le logo.

 

Nominations

 

citadelle- Valérie Guy,  directrice de la Citadelle à Besançon.


C’est le lieu le plus visité de Besançon avec 300.000 visiteurs annuels et celui qui symbolise l’attachement de la cité comtoise à  Vauban, l’architecte militaire de Louis XIV.

La forteresse qui prépare pour l’an prochain le 10ème anniversaire de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO accueille une nouvelle directrice, Valérie Guy qui succède à Laurence Moragas.

Titulaire d’une licence d’espagnol, d’un double master en tourisme dans les collectivités territoriales et de juriste des collectivités, elle  gérait depuis trois ans le site de Solutré, en Saône-et-Loire. La citadelle qui abrite sur 11 hectares trois musées, un zoo et un parcours des fortifications est un service municipal de la ville de Besançon.

 

 

 

juliencampagne- Julien Campagne, nouveau directeur de développement de la Banque Populaire Bourgogne - Franche-Comté.

 

Ce diplômé 1995 de l’Essec poursuit une carrière dans l’ingénierie financière en rejoignant la direction du développement la Banque Populaire de Bourgogne Franche-Comté. Il remplace Laurent Favre parti pour s’occuper du réseau d’une autre Banque Populaire.

Après de premiers pas chez HSBC, cet homme de 48 ans, intègre Eurogroup, société de conseil en organisation. Il y reste une décennie et rejoint ensuite le cabinet Roland Beger Stratégy consultants.

Depuis 2010 Julien Campagne travaillait au sein du groupe BPCE à la direction du développement des Caisses d’Épargne.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Eco)Bref

Mots-clés : Besançon, Mulhouse, Haut-Rhin, Grand Est, Sud-Alsace, Allemagne, emplois, Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté, Meurthe-et-Moselle, Bourgogne Franche-Comté, Ardennes, ILP-Sadepar , conseil régional du Grand Est, menuiserie aluminium, application web, Transports Aloy, Cetal, lycée viticole de Beaune, parc d'activités Marie-Louise de Staffelfelden, Volpro, citadelle de Besançon, Valérie Guy

Découvrez également les articles associés :

Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites NewsBrèves Alsace, l'essentiel de l'actualité économique vue par Traces Écrites News
Brèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves Bourgogne, l'actualité économique vue par Traces Ecrites News
Brèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites NewsBrèves lorraines, l’actualité économique vue par Traces Ecrites News

3 réponse(s) à "L'essentiel de l'actualité économique de l'Est vu par Traces Ecrites News"

  1. Cherreydit :

    Bonjour, MERCI pour votre média très complet, qui comble mon besoin d'informations sur toute une zone géographique où je suis située en plein coeur : extrême sud Haute-Marne, donc très proche de la Haute-Saône /Franche-Comté et Dijon/Bourgogne, rattachée administrativement Grand-Est Merci à vos journalistes pour cette mine de renseignements, félicitations et beau succès!

  2. La rédactiondit :

    Notre media couvre l'actualité économique de l'Est de la France et nous nous référons aux entités administratives, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand Est, pour situer le périmètre géographique à nos lecteurs.Cette référence n'efface pas les particularismes. D'ailleurs vous remarquerez qu'à chaque fois que nous parlons d'une entreprise, nous la situons, dès le début de l'article, dans le département où elle est implantée et qualifions souvent une personne en fonction de ses origines, l'Alsacien, le Franc-comtois, le Jurassien, le Nivernais etc. Que l'on soit d'accord ou non sur le découpage des nouvelles régions est une autre histoire !

  3. lacuzondit :

    Bourgogne-Franche Comté, c'est un ensemble tordu voulu par la gauche au profit de Dijon (et son Maire ,bien sûr) sans demander l'avis des gens : une région endettée,la Bourgogne, rattachée à la Franche-Comté qui ne l'était pas.Cette nouvelle région n'est qu'une appellation administrative, bureaucrate et n'a rien à voir avec la réalité;la Franche-Comté est la Franche Comté, la région la plus industrialisée de France. J'ai entendu maints Alsacien regretter son non-rattachement (administratif) à l'Alsace fournissant une puissante région industrielle et développée; il est vrai qu'Alsaciens et Comtois sont les mêmes bosseurs ...Bref vous ne cessez d'écrire cette formule Bourgogne-Franche-Comté mais ça n'est que bureaucratique, on doit continuer en dehors des gratte-papiers à parler de Franche Comté, région particulière,industrielle, axée sur l'exportation,avec son accent, ses reliefs, ses proximités frontalières, sa nature. Puisqu'on nous rebat les oreilles avec les particularismes, commençons chez nous!

Commentez !


Combien font "7 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire